Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Qualifications
  3. // Zone Europe
  4. // Finlande/Espagne (0-2)

L'Espagne voit déjà le Brésil

Modififié
FinlandeEspagne : 0-2
Buts : Jordi Alba (19e) et Negredo (86e) pour l'Espagne

C'est une Espagne bien loin de son standing qui s'en est allée ramener un succès déjà décisif en Finlande. Avec ces trois nouveaux points dans la musette, la Roja a quasiment composté son billet brésilien. Une qualification qu'elle doit plus au mauvais résultat des Bleus qu'à son niveau de jeu. Bougée par des Finlandais loin d'être effrayés, la bande à Xavi ne doit son salut qu'à sa qualité technique et un Casillas bien présent. Demi-surprise de la soirée, la titularisation du gardien du Real Madrid est, elle, une réussite. Présent sur sa ligne, San Iker a sorti LA parade-réflexe qu'il faut dans le premier quart d'heure. Par la suite, l'Espagne a contrôlé son avantage acquis rapidement grâce à Jordi Alba tout en se procurant quelques frayeurs. Les absences de certains cadres et la première titularisation de quelques novices (Mario Suárez, Koke) peuvent l'expliquer. Mais plus que la manière, c'est bien une qualification pour la Coupe du monde qu'est allée s'assurer la Roja – la France pointe désormais à trois points. Mission remplie.

San Iker est de retour

Depuis la dernière finale de Coupe des confédérations, aucune feuille de match n'avait vu le nom d'Iker Casillas dans un XI initial. Pour ce déplacement en Finlande, Vicente del Bosque a remis le brassard de capitaine au portier madrilène. Une douzaine de minutes de jeu suffiront à justifier ce choix. Car sur un numéro de funambule de Tainio, San Iker enfile son maillot de super-héros pour détourner du pied une reprise à bout portant du remuant Pukki. Avant cette parade, la Roja a joué au handball. Sans succès. C'est d'ailleurs ce même Pukki qui, sur une perte de balle de Xavi, bouge une nouvelle fois la charnière centrale espagnole. Un brin trop en confiance, la Finlande se risque aux avant-postes. Un choix dangereux qui est dans la foulée puni. Par une subtile passe au-dessus de la défense de Fàbregas, Jordi Alba se retrouve en face à face avec Mäenpää. Le lutin de Barcelone ne rate pas le coche et glisse le ballon sous le portier. Avec cet avantage, la Roja se détend. Et profite des velléités offensives scandinaves pour user de contres rapides. Sur une longue ouverture d'Iniesta, El Guaje bouge la défense adverse et ne manque le cadre que de quelques centimètres. Jusqu'à la mi-temps, c'est une Finlande agréable, et loin du cliché « bétonnant » , qui gênera la Roja. Une Espagne tout en gestion.

Negredo, l'homme en forme

Toujours sur ce même train-train, l'Espagne n'enchante personne pendant que la sélection de Paatelainen tente. Souvent en vain, mais avec intelligence. Avec le tout jeune Koke en arrière droit – tout sauf son poste, lui le milieu offensif de l'Atlético – les Finlandais insistent sur ce couloir. Les décalages se font, mais la qualité des centres se fait désirer. C'est donc sur un corner venant de l'autre aile que l'ancien Auxerrois Tainio inquiète une nouvelle fois Iker Casillas. Entre-temps, Vicente del Bosque procède à son premier ajustement tactique. Comme il en a déjà usé, le moustachu le plus célèbre d'Espagne sort David Villa pour Jesús Navas. Autrement dit, sa Roja ne dispose d'aucun attaquant de formation sur le pré. Une donne dont se fout bien la Finlande qui continue son entreprise de séduction. Que ce soit en contre-attaque (Ring, 68e) ou sur une phase construite, la sélection finnoise répète son match aller. Le point du nul en moins. Insatisfait du rendement de ses ouailles, Del Bosque lance finalement Negredo dans la danse. Par sa présence et ses appels, le néo-Citizen pèse sur la défense et ouvre des brèches. Sur une accélération de son comparse Jesús Navas, c'est lui qui envoie le cuir dans les filets. Et officialise quasiment la qualification de la Roja pour le Mondial brésilien.

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 58

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 15:45 Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 21