Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des nations
  2. // J1
  3. // Angleterre-Espagne (1-2)

L'Espagne remporte la battle royale d'Angleterre

Face à une toute jeune Angleterre sur la lancée de sa campagne russe, la Roja a offert une victoire de prestige à Luis Enrique, pour sa première sortie sur le banc espagnol. Saúl et Rodrigo ont retourné l'Angleterre façon crêpe, après l'ouverture du score de Rashford.

Modififié

Angleterre 1-2 Espagne

Buts : Rashford (11e) pour l'Angleterre // Saúl (13e), Rodrigo (32e) pour l'Espagne.

C'est ce que l'histoire retiendra : lors de la battle royale de Wembley, en l'an 2018, moins de deux mois après la campagne de Russie, les monarques espagnols ont assujeti leurs homologues anglais. Volontaire, le très jeune bataillon de la perfide Albion (aucun soldat de plus de 28 ans) avait pourtant planté la première banderille en territoire adverse. Mais l'Empire espagnol, certes fragilisé par sa Bérézina moscovite, peut encore compter sur des fondations solides, bien exploitées par le général Enrique.

Sereine Espagne


Si l'Angleterre cherche à entretenir la dynamique du Mondial alors que l'Espagne est au premier jour d'un nouveau cycle, la première période va mettre en lumière une caractéristique commune aux deux nations : leur fragilité défensive. Dès la 11e minute, la Roja se retrouve déséquilibrée. Shaw, lancé à gauche, active la connexion mancunienne pour servir d'une passe lumineuse Rashford, qui devance Nacho et bat De Gea. Rictus de Mourinho en tribunes. Dominée dans l'intensité, l'Espagne réagit par sa qualité technique une minute plus tard, et Saúl reprend de volée un centre en retrait de Rodrigo pour égaliser rapidement à 1-1. Enthousiaste, mais encore fruste sur le plan technique, la sélection des Three Lions perd doucement la formule et concède un deuxième but en oubliant le marquage sur Rodrigo, à la réception d'un coup franc d'Alcántara (32e). Implacable.

Shaw, l'inquiétude


Moins emballant que le premier, le second acte a surtout été marqué par la sortie sur blessure de Luke Shaw. Touché à la tête dans un duel avec Carvajal, le latéral de Manchester United est resté immobile sur le terrain durant de longues minutes, entouré par une multitude de médecins, avant d'être finalement évacué vers l'hôpital dans une ambiance navrée.


Anesthésiés par ce fait de jeu malheureux et la maîtrise de la Roja, les Anglais sortent quand même de leur sommeil à l'entrée du dernier quart d'heure, où Rashford se procure plusieurs situations dangereuses sans parvenir à conclure. Welbeck pensera même égaliser dans le temps additionnel, mais verra en fin de compte l'arbitre lui refuser ce petit plaisir pour une obstruction sur De Gea. 1-2, pliez les gaules.



Angleterre (3-5-2) : Pickford – Maguire, Stones, Gómez – Trippier, Henderson (Dier, 64e), Dele Alli, Lingard, Shaw – Kane, Rashford (Welbeck, 90e). Sélectionneur : Gareth Southgate.

Espagne (4-3-3) : De Gea – Alonso (Martínez, 87e), Ramos, Nacho, Carvajal – Busquets, Thiago Alcántara (Roberto, 80e), Saúl Ñíguez – Isco, Rodrigo, Iago Aspas (Asensio, 69e). Sélectionneur : Luis Enrique.


Par Albert Marie
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

Hier à 15:01 Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 11 Hier à 14:41 Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 23
À lire ensuite
Le Sens de la fête