Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe B
  3. // Espagne/Australie (3-0)

L'Espagne part la tête haute

En collant un 3-0 à l'Australie, l'Espagne prouve qu'il ne faut pas grand-chose pour que l'armada se remette en ordre de marche.

Modififié

Australie - Espagne
(0-3)
D. Villa (36'), F. Torres (69'), J. Mata (82') pour Espagne.


En l'espace de deux matchs et moins d'une semaine, l'Espagne a tout perdu. La Roja, qui a tout raflé pendant six ans, est devenu la risée de tous. C'est la règle du jeu. Avant de quitter le sol brésilien, la sélection ibérique a toutefois saisi l'opportunité de s'offrir un large succès contre l'Australie. La dernière fois que la Selección était sortie au premier tour d'un Mondial, elle avait également tout explosé pour son dernier match. C'était en France contre la Bulgarie avec un gros 6-1. Là, avec cette victoire 3-0 contre une équipe d'Australie qui ne mérite pas le titre de pire équipe du tournoi, elle permet d'alimenter la thèse de l'accident. Et de se dire dès maintenant qu'il y a une sacrée qualité pour revenir soulever des trophées dans très peu de temps.

Pour ce match d'après, Del Bosque avait le choix : aligner une dernière fois ceux qui ont fait vibrer le monde entier, mais qui ne seront plus là à l'Euro 2016, ou mettre ceux qui n'ont pas trop joué, mais qui seront appelés à disputer la compétition en France justement. Le sélectionneur essaie de faire plaisir à tout le monde : Reina dans les cages, Juanfran et Albiol derrière, Koke et Cazorla au milieu et enfin le duo Villa-Torres devant. Le duo de l'Euro 2008, qui avait fracassé la Russie en ouverture. La boucle est bouclée. Et comme le monde est bien fait, c'est El Guaje qui ouvre le score, d'une belle talonnade à l'heure de jeu alors qu'il était seul aux six mètres, suite à un bon débordement de Juanfran, avec qui il s'est très bien entendu cette saison à l'Atlético Madrid. Au moment de célébrer son but, Villa embrasse l'écusson sur son maillot, non sans émotion. Il y en aura au moins tout autant à sa sortie du terrain à l'heure de jeu. Bon, sur le coup, Villa fait quand même un peu la gueule parce que son compteur restera sûrement bloqué à 59 buts pour 97 sélections. 60 pions en moins de 100 capes, ça aurait eu plus de gueule sur le CV. Mais une fois sur le banc, il lâchera des larmes… et constatera qu'il aurait bien fait de rester sur le pré encore un peu. Avec un Iniesta comme ça (qui lui ne devrait pas prendre sa retraite internationale pour autant, hein), c'est plus facile de marquer des buts. À la 70e, Torres profite de l'offrande pour ajuster, petit filet opposé, le goal australien.

Et l'Australie d'ailleurs dans tout ça ? Dix bonnes premières minutes, pour montrer aux Espagnols qu'il allait falloir se bouger pour que le fiasco ne soit pas total, puis une grosse difficulté dans le jeu. Face à une équipe qui fait tourner le ballon, et pas les joueurs, c'est difficile d'accrocher quoi que ce soit. Après l'ouverture du score, ils essaieront bien de faire pression directement sur Reina en difficulté pour dégager. Mark Bresciano tentera de marquer les esprits à son entrée en jeu, lui aussi pour sa dernière cape à 34 piges, mais rien n'y fera. Pire, à dix minutes de la fin, Fàbregas ouvre comme il faut pour trouver Mata tout seul dans la surface au second poteau. Le joueur de Man United ajustera tranquillement en glissant la balle sous les pieds de Ryan. Le score aurait même pu être de 4-0 sur de nouvelles offrandes du Cesc. Pas grave, à 3-0, le message est passé.

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 7 heures Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti il y a 6 heures La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 16
il y a 7 heures Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 il y a 7 heures Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 il y a 8 heures Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 45
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi