Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe B
  3. // Espagne/Chili (0-2)

L'Espagne est morte, vive la Roja !

Ce n'était pas juste un accident. Après seulement deux matchs, l'Espagne n'est plus de ce Mondial brésilien. Elle vient de se faire éjecter de la compétition par le Chili, dans une rencontre où le champion en titre n'a jamais vraiment pu y croire (2-0). Une grande page de l'histoire du foot vient de se tourner...

Modififié

Espagne - Chili
(0-2)
E. Vargas (20'), C. Aránguiz (43') pour Chili.


L'arbitre américain siffle. Le coup d'envoi est donné. Les attaquants espagnols passent, comme de coutume, en retrait à leur milieu. Le milieu passe à la défense. La défense au gardien, qui dégage immédiatement. Dix secondes de jeu, l'Espagne de Casillas prouve à ceux qui en doutaient encore que c'est pas ce soir qu'elle tenterait un créneau à une main, les yeux fermés. Elle qui, par la voix de ce même gardien, demandait il y a deux ans presque jour pour jour au quatrième arbitre de la finale de l'Euro de faire arrêter leur tiki-taka. Par respect pour les Italiens. À l'heure de sortir le champion d'Europe et du monde en titre, les Chiliens, eux, n'en ont pas eu quand il a fallu jouer à la passe à dix et que leurs supporters, l'heure de jeu même pas passée, ont crié « olé » à chaque transmission réussie. Mais il ne faut pas leur en vouloir. Sortir un champion du monde et double champion d'Europe en titre dans une telle compétition, ça n'arrive qu'une fois dans une vie. La meilleure équipe de ces huit dernières années. Au Maracanã, en plus…

Les statistiques mentent

60% de possession espagnole contre 40% pour le Chili. 265 passes contre 168. 32 duels gagnés contre 26. Mais 2 buts à 0 pour les Sud-Américains à la mi-temps. Même les stats semblent avoir pris un malin plaisir à prouver à leur maître absolu qu'elles ne voulaient plus dire grand-chose. Une minute après les fameuses dix premières secondes, Vargas arme une frappe. Contrée. Sur le corner, Jara, seul au milieu de la surface de réparation, met sa tête. À côté. Si l'Espagne a bien eu l'occasion par Xabi Alonso de marquer à bout portant (16e), l'inéluctable se produit à la 20e minute. Au terme d'une action collective tout en petites passes, Vargas ouvre le score. L'attaquant de Valence prend même le temps d'un contrôle orienté sur Casillas, plutôt que de tirer direct. Coup franc (15e), frappe tendue (25e), demi-volée (28e), rien n'y fait. Le ballon part immanquablement au-dessus pour les Rouges. Tout le contraire d'Aránguiz. Le milieu de terrain du Sport Club Internacional est sur l'arrière au moment de frapper. Il utilise le bout de son pied et vise à moitié. Mais ça rentre. Alexis vient d'enrouler un coup franc que Casillas lui a gentiment délivré dans les pieds (43e)… Juste avant le retour aux vestiaires.

Le tibia de Busquets

Del Bosque a pourtant pris des mesures pour faire mentir l'impitoyable théorie des cycles. Il a changé son équipe – exit Xavi et Piqué au coup d'envoi, place à Martinez et Pedro – et adopté un style de jeu plus « simplifié » . Mais la greffe Diego Costa n'a pas pris. Sorti à l'heure de jeu au profit de Torres, l'attaquant de l'Atlético ne s'est pas fait siffler que par les Chiliens et les Brésiliens. Quelques minutes auparavant, il faut dire que, peu prompt, il se faisait contrer par un défenseur alors qu'il se présentait seul face à Bravo (47e). Il pourra cependant se consoler en se remémorant le loupé de Busquets (52e). Seul au second, le milieu barcelonais a devant lui un but vide. Le centre retourné de Diego Costa (justement) lui arrive dans les pieds, mais il reprend le ballon du… tibia. Un signe qui ne trompe pas. La suite aussi n'était qu'évidence. Il était écrit que le Chili allait avoir des contres, et qu'Alexis & co allaient les croquer. Il était écrit qu'Iniesta et les siens essayeraient tant bien que mal, mais qu'ils tomberaient à chaque fois sur un gant, un tibia ou une motte de terre. En même temps, que pouvaient-ils bien faire contre cet hymne chilien chanté a cappella ? Mais surtout face à l'histoire ? Sur les 4 dernières éditions, 3 champions du monde en titre ont été éliminés au premier tour. Même l'arbitre l'a bien compris. Il n'est pas allé au bout des 6 minutes de temps additionnel... Par respect, sans doute.

Par Maxime Marchon, au Maracanã
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:27 Un club normand change de maillot pour soutenir les gilets jaunes 13 Hier à 15:01 Laporte : « Deschamps ne m’appelle pas pour des raisons personnelles » 100
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur