Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr.B
  3. // Espagne-Iran (1-0)

L'Espagne braque le coffre iranien

Après cinquante minutes à buter sur le mur iranien, l'Espagne a eu besoin d'un coup de chance pour marquer le but qu'elle attendait. Elle gagne, mais n'a pas maîtrisé son sujet.

Modififié

Espagne 1-0 Iran

But : Diego Costa (54e)

Oui, la Roja a gagné. Mais elle n'a pas assuré, loin s'en faut. Face à des Iraniens très bien organisés et même emballants en fin de match, les champions du monde 2010 se sont imposés sur un fragile 1-0. Surtout, ils ont passé la dernière demi-heure à attendre que le ciel leur tombe sur la tête. Les voilà malgré tout installés en tête du groupe B avec le Portugal.

390 passes contre 88


Disciplinés et concentrés, les Iraniens lancent leur match la bave aux lèvres et parviennent à bloquer les Espagnols à une trentaine de mètres de leur but. Les joueurs de Fernando Hierro commencent à gentiment s’impatienter et tentent, sans succès, de casser le coffre avec des frappes lointaines, à l'image de David Silva aux 19e, 24e et 45e minutes. La défense en fonte de l'Iran, qui n’a concédé que deux buts en dix matchs de qualification pour la Coupe du monde, dégage tout ce qu'elle peut où elle peut. Silva, le plus actif avec Isco, envoie un retourné juste au-dessus du but à la 30e minute après une remise de la tête de Piqué, et c'est à peu près tout. Quand tout ce petit monde regagne les vestiaires, l'Iran a tenté 88 passes (49 réussies). L'Espagne, 390.

Costa marque, mais la Roja déjoue


Le début de la seconde période ressemble à une fin de match, tant la Roja accentue encore et encore la pression. Beiranvand repousse d'une charmante claquette une frappe enveloppée de Busquets, puis s'impose devant Vasquez. L'Espagne s'expose et, sur une longue touche mal renvoyée, Ansarifard hérite du ballon dans la surface et claque une grosse volée qui frôle le but d'un De Gea battu. Sans solution face à l'opposition iranienne, l'Espagne va s'en remettre à la chance. Trouvé par Iniesta au sein de la défense adverse, Costa effectue un contrôle orienté, se retourne et Rezaeian dégage le ballon, qui rebondit sur le genou de Costa avant de finir dans le but. 1-0, et la Roja s'arrête de jouer, comme si elle avait déjà tout donné. La fin de match est dominée par des Iraniens que personne n'attendait à ce niveau. Un but refusé pour hors-jeu, des situations dangereuses à répétition sur des centres ou des récupérations hautes, mais pas d'égalisation. Et bien qu'ils n'auront pas réussi à recoller au score, les Iraniens ont sorti une prestation porteuse d'espoir avant la manche finale, face au Portugal. L'Espagne, elle, n'a pas encore la carrure d'un favori.



Espagne (4-2-3-1) : De Gea – Alba, Ramos (cap), Piqué, Carvajal – Iniesta, Busquets – Vázquez, Isco, Silva – Costa. Sélectionneur : Fernando Hierro.

Iran (4-5-1) : Beiranvand – Rezaeian, Hosseini, Pouraliganji, Haji Safi (cap) – Ebrahimi, Ezatolahi, Ansarifard, Taremi, Amiri – Azmoun. Sélectionneur : Carlos Queiroz.


Par Albert Marie
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

I récup ze ball !

Vidéo



Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Les notes d'Iran-Espagne