Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Ce qu'il faut retenir du week-end

L'équipe type du week-end

Ces trois derniers jours, énormément de gardiens ont fait le show. Pour le plus grand plaisir de leur équipe, en général... À leurs côtés, quelques joueurs de champ connus ou méconnus ainsi qu'un tennisman complètent cette jolie équipe.

Modififié
Sur le banc
Gregor Kobel
Gregor
Kobel

Gregor Kobel

Le Bayern Munich lui dit merci. Parce que si le Borussia Dortmund s'est incliné vendredi, c'est en partie la faute du portier intraitable devant Marco Reus, Paco Alcácer, Jadon Sancho ou encore Bruun Larsen. Ça vaut bien une chope.

Artur Boruc
Artur
Boruc

Artur Boruc

Lui aussi a été excellent contre le leader de son championnat, à savoir Manchester City. Sauf que ça n'a pas suffi.

Marc-Aurèle Caillard
Marc-Aurèle
Caillard

Marc-Aurèle Caillard

Encore un dernier rempart qui s'est distingué de fort belle manière. En stoppant un penalty à la 96e. Et en permettant à l'En Avant de croire encore au maintien. Tout simplement.

Andrea Consigli
Andrea
Consigli

Andrea Consigli

Après le contre-son-camp magique de 2016, la sortie magnifique de 2019. Et le rouge qui va avec.

Ozan Kabak
Ozan
Kabak

Ozan Kabak

Deux corners. Deux têtes. Deux buts. Trois points. Le football simple, même s'il est parfois un peu plus compliqué.

Robin van Persie
Robin van
Persie

Robin van Persie

Et le triplé du week-end est pour... l'éternel RVP. Éternel dans les mémoires, oui.

Bego Llono
Bego
Llono

Bego Llono

Quel match pour le portier... S'il a encaissé deux buts – dont un sur penalty –, il a stoppé un péno à la dernière minute pour éviter la défaite et s'est démarqué par plusieurs parades spectaculaires. La grande classe.

Niklas Stark
Niklas
Stark

Niklas Stark

Le masque quand il trompe son propre gardien pour l'ouverture du score adverse juste après la pause. Le smile quand il donne l'avantage aux siens moins d'un quart d'heure plus tard. Un beau samedi, finalement.

Bruno Alves
Bruno
Alves

Bruno Alves

Le combo but/passe décisive pour le Portugais, au cœur d'un match nul assez dingue. Pas mal pour un défenseur.

Gerard Piqué
Gerard
Piqué

Gerard Piqué

Six lettres. Consonne. Voyelle. Consonne. Consonne. Voyelle. Consonne. Gérard prend la main. P-A-T-R-O-N.

Jony
Jony

Jony

Il joue un cran plus haut habituellement, mais la tendance est aux latéraux offensifs. Lui et ses deux centres gagnants par match feront donc très bien le taf.

Youcef Atal
Youcef
Atal

Youcef Atal

Au milieu ou derrière, l'Aiglon est bon. En plus, il marque. Et comme les buts de l'OGCN valent très cher (quarante points en vingt réalisations)...

Roger Federer
Roger
Federer

Roger Federer

Et de cent. Mais plus le temps passe, plus on a envie de parler de Nick Kyrgios...

Barre Poteau
Barre
Poteau

Barre Poteau

Décisif à cinq reprises, dont quatre rien qu'en première mi-temps. Une performance énorme, bien aidé par son partenaire Tran Sversal. Cauchemar d'Ángel Di María, notamment.

Wu Lei
Wu
Lei

Wu Lei

Pour l'éternité. S'il est encore loin de justifier son statut de « Maradona chinois » , l'attaquant est devenu le premier homme de son pays à marquer en Liga. Et ça, personne ne lui enlèvera.

Robert Lewandowski
Robert
Lewandowski

Robert Lewandowski

Un doublé. Rien d'inhabituel, pour le Bavarois ? Si, car ces deux nouveaux pions lui permettent d'égaler le record du plus grand nombre de goals claqué par un étranger en Bundesliga. La somme totale du bordel ? 195.

Radavien Faltait
Radavien
Faltait

Radavien Faltait

Carrément un quadruplé pour lui, alors qu'on n'attendait pas forcément monts et merveilles de cette rencontre. Et comme Bego Llono, il a permis d'éloigner la déception d'un éventuel revers.

Gardien

Bego Llono (Tottenharsenal) : Quel match pour le portier... S'il a encaissé deux buts – dont un sur penalty –, il a stoppé un péno à la dernière minute pour éviter la défaite et s'est démarqué par plusieurs parades spectaculaires. La grande classe.


Défenseurs

Niklas Stark (Hertha Berlin) : Le masque quand il trompe son propre gardien pour l'ouverture du score adverse juste après la pause. Le smile quand il donne l'avantage aux siens moins d'un quart d'heure plus tard. Un beau samedi, finalement.

Bruno Alves (Parme) : Le combo but/passe décisive pour le Portugais, au cœur d'un match nul assez dingue. Pas mal pour un défenseur.

Vidéo

Gerard Piqué (Barcelone) : Six lettres. Consonne. Voyelle. Consonne. Consonne. Voyelle. Consonne. Gérard prend la main. P-A-T-R-O-N.

Jony (Alavés) : Il joue un cran plus haut habituellement, mais la tendance est aux latéraux offensifs. Lui et ses deux centres gagnants par match feront donc très bien le taf.


Milieux

Youcef Atal (Nice) : Au milieu ou derrière, l'Aiglon est bon. En plus, il marque. Et comme les buts de l'OGCN valent très cher (quarante points en vingt réalisations)...

Roger Federer (Suisse) : Et de cent. Mais plus le temps passe, plus on a envie de parler de Nick Kyrgios...

Barre Poteau (Stade Malherbe de Paris) : Décisif à cinq reprises, dont quatre rien qu'en première mi-temps. Une performance énorme, bien aidé par son partenaire Tran Sversal. Cauchemar d'Ángel Di María, notamment.


Attaquants

Wu Lei (Espanyol Barcelone) : Pour l'éternité. S'il est encore loin de justifier son statut de « Maradona chinois » , l'attaquant est devenu le premier homme de son pays à marquer en Liga. Et ça, personne ne lui enlèvera.

Robert Lewandowski (Bayern Munich) : Un doublé. Rien d'inhabituel, pour le Bavarois ? Si, car ces deux nouveaux pions lui permettent d'égaler le record du plus grand nombre de goals claqué par un étranger en Bundesliga. La somme totale du bordel ? 195.

Radavien Faltait (Sconaco) : Carrément un quadruplé pour lui, alors qu'on n'attendait pas forcément monts et merveilles de cette rencontre. Et comme Bego Llono, il a permis d'éloigner la déception d'un éventuel revers.


Sur le banc

Gregor Kobel (Augsbourg) : Le Bayern Munich lui dit merci. Parce que si le Borussia Dortmund s'est incliné vendredi, c'est en partie la faute du portier intraitable devant Marco Reus, Paco Alcácer, Jadon Sancho ou encore Bruun Larsen. Ça vaut bien une chope.

Artur Boruc (Bournemouth) : Lui aussi a été excellent contre le leader de son championnat, à savoir Manchester City. Sauf que ça n'a pas suffi.

Marc-Aurèle Caillard (Guingamp) : Encore un dernier rempart qui s'est distingué de fort belle manière. En stoppant un penalty à la 96e. Et en permettant à l'En Avant de croire encore au maintien. Tout simplement.

Andrea Consigli (Sassuolo) : Après le contre-son-camp magique de 2016, la sortie magnifique de 2019. Et le rouge qui va avec.

Vidéo

Ozan Kabak (Stuttgart) : Deux corners. Deux têtes. Deux buts. Trois points. Le football simple, même s'il est parfois un peu plus compliqué.

Robin van Persie (Feyenoord Rotterdam) : Et le triplé du week-end est pour... l'éternel RVP. Éternel dans les mémoires, oui.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article