Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options

L’équipe type du dimanche de Pâques

Pour ce dimanche de Pâques, on a eu droit à des tas de buts en chocolat. 9-2 pour le Bayern contre Hambourg, 5-3 du Napoli face au Torino, 4-3 pour Bastia à Valenciennes, ou encore 4-0 pour City face à Newcastle. À croire que les œufs étaient vraiment mal planqués.

Modififié
Sur le banc
SchürrleKießling

SchürrleKießling

Inséparables, indissociables, inévitables. La paire d’attaque de Leverkusen a encore frappé. Deux buts pour l’un, deux buts pour l’autre. Un duo uni pour la Ligue des champions, qui se rapproche à grands pas.

Bramble

Bramble

Lui aussi, il pourra dire que, quelque part, il a contribué au titre de Manchester United.

Yılmaz

Yılmaz

Le Real Madrid est prévenu. Ce week-end, Burak a encore claqué un doublé. Total : 26 buts en 31 matchs cette saison toutes compétitions confondues. De quoi éclipser Drogba et Sneijder. C’est dire.

Maoulida

Maoulida

Petit Filou a été le grand bonhomme de la victoire corse en terre valenciennoise. Son doublé a mis Bastia sur les bons rails, avant que Thauvin ne vienne parfaire le succès. Une sacrée paire, aussi, ces deux-là.

Wanderson

Wanderson

L’homme du week-end en Russie, c’est lui. Avec un triplé, il a terrassé à lui-seul l’Anzhi de Samuel Eto’o. Son parcours est juste dingue : un début de carrière à Fortaleza, au Brésil, puis cinq ans à GAIS en Suède avec, au milieu, un prêt en Arabie Saoudite. Et le voilà maintenant à Krasnodar. Encore n’importe quoi.

Adler

Adler

Visiblement, en Allemagne, on peut être deuxième gardien de la sélection allemande, et encaisser 9 buts lors d’un match de championnat face au club du premier gardien de la sélection allemande. Un peu comme si Víctor Valdés en prenait 9 face à l’équipe de Casillas. Bah quoi ?

Vertonghen

Vertonghen

Mais qu’est-ce que c’est que ce mois de mars pour le défenseur belge ? En mars, donc, Vertonghen aura marqué quatre buts, soit plus que Gareth Bale, qui en a mis 3. Et ça, cela mérite bien qu’on le mette en latéral droit (en vrai, c’est parce qu’on avait déjà deux défenseurs centraux).

Mangala

Mangala

Varane et Pogba, c’est fait. Maintenant, il va falloir convaincre Didier d’emmener aussi Mangala en équipe de France. Parce qu’en plus d’être énorme défensivement, l’ancien du Standard marque des buts. Bon, OK, Varane aussi. Mais quand même.

Kompany

Kompany

En général, on aime bien dire : « Ah, lui, il ne marque pas souvent, mais quand il marque, c’est toujours important. » Bah, Vincent Kompany ne marque pratiquement jamais, et ce but-là, il n’a quasiment servi à rien. À part à enfoncer un peu plus Newcastle.

Radu

Radu

Il n’a pas marqué, il n’a pas provoqué de pénalty, il n’a pas été exclu, mais il a eu un rôle déterminant, bien malgré lui. D’abord, il dégage un ballon qui traîne dans sa surface, mais ce ballon heurte un joueur adverse et finit au fond de ses propres filets. Dans la foulée, il tente de se racheter avec un centre, qu’un défenseur adverse dévie à son tour dans ses propres filets. N’importe ...

Capoue

Capoue

Bah ouais, le milieu toulousain a fait un match énorme. Bah ouais, le milieu toulousain a marqué deux buts. Bah ouais, Toulouse a gagné. Pâques au balcon.

Dzemaili

Dzemaili

Le Suisse est arrivé en Italie en 2008. Il portait les couleurs du Torino. Pour son retour là-bas avec le maillot du Napoli, il a décidé de faire un cadeau à ses anciens tifosi : leur offrir le premier triplé de sa carrière, avec trois frappes de mule. Et il a même invité son pote Cavani à la fête. Sympa.

Cambiasso

Cambiasso

L’un des symboles de la loyauté et de la bonne conduite sur un terrain de football a littéralement pété un câble, en détruisant la cheville du pauvre Giovinco. Carton rouge, logique. Excuses publiques, logique aussi.

Morales

Morales

Pour son deuxième match de Liga, l’ancien de l’Universidad de Chile s’est payé le scalp du Rayo Vallecano. Le Chilien a offert deux caviars à Welington et Julio Baptista, avant d’inscrire lui-même, comme un grand, le troisième but des siens. De quoi se mettre en confiance, à quatre jours du choc face à Dortmund.

Pizarro

Pizarro

Les deux Mario sont absents ? Pas grave, il y a Claudio. Le Péruvien s’est régalé face à Hambourg, avec un quadruplé, et même une passe décisive pour Robben. Offensivement parlant, Jupp Heynckes n’a que l’embarras du choix pour le choc face à la Juve.

Lima

Lima

Tout va bien pour Benfica. Le futur adversaire de Newcastle en Europa League vient d’en passer six à Rio Ave. L’homme du match : Lima, le Brésilien qui avait explosé les compteurs l’an dernier avec le Sporting Braga. Trois buts, et beaucoup, beaucoup de facilité. D’ailleurs, deux des trois meilleurs buteurs du championnat portugais jouent à Benfica. On vous laisse deviner où évolue le ...

Adler (Hambourg) Visiblement, en Allemagne, on peut être deuxième gardien de la sélection allemande, et encaisser 9 buts lors d’un match de championnat face au club du premier gardien de la sélection allemande. Un peu comme si Víctor Valdés en prenait 9 face à l’équipe de Casillas. Bah quoi ?

Vertonghen (Tottenham) Mais qu’est-ce que c’est que ce mois de mars pour le défenseur belge ? En mars, donc, Vertonghen aura marqué quatre buts, soit plus que Gareth Bale, qui en a mis 3. Et ça, cela mérite bien qu’on le mette en latéral droit (en vrai, c’est parce qu’on avait déjà deux défenseurs centraux).

Mangala (FC Porto) : Varane et Pogba, c’est fait. Maintenant, il va falloir convaincre Didier d’emmener aussi Mangala en équipe de France. Parce qu’en plus d’être énorme défensivement, l’ancien du Standard marque des buts. Bon, OK, Varane aussi. Mais quand même.

Kompany (Manchester City) En général, on aime bien dire : « Ah, lui, il ne marque pas souvent, mais quand il marque, c’est toujours important. » Bah, Vincent Kompany ne marque pratiquement jamais, et ce but-là, il n’a quasiment servi à rien. À part à enfoncer un peu plus Newcastle.

Radu (Lazio Rome) Il n’a pas marqué, il n’a pas provoqué de pénalty, il n’a pas été exclu, mais il a eu un rôle déterminant, bien malgré lui. D’abord, il dégage un ballon qui traîne dans sa surface, mais ce ballon heurte un joueur adverse et finit au fond de ses propres filets. Dans la foulée, il tente de se racheter avec un centre, qu’un défenseur adverse dévie à son tour dans ses propres filets. N’importe quoi.

Capoue (Toulouse) Bah ouais, le milieu toulousain a fait un match énorme. Bah ouais, le milieu toulousain a marqué deux buts. Bah ouais, Toulouse a gagné. Pâques au balcon.

Dzemaili (Napoli) Le Suisse est arrivé en Italie en 2008. Il portait les couleurs du Torino. Pour son retour là-bas avec le maillot du Napoli, il a décidé de faire un cadeau à ses anciens tifosi : leur offrir le premier triplé de sa carrière, avec trois frappes de mule. Et il a même invité son pote Cavani à la fête. Sympa.

Cambiasso (Inter) L’un des symboles de la loyauté et de la bonne conduite sur un terrain de football a littéralement pété un câble, en détruisant la cheville du pauvre Giovinco. Carton rouge, logique. Excuses publiques, logique aussi.

Morales (Málaga) Pour son deuxième match de Liga, l’ancien de l’Universidad de Chile s’est payé le scalp du Rayo Vallecano. Le Chilien a offert deux caviars à Welington et Julio Baptista, avant d’inscrire lui-même, comme un grand, le troisième but des siens. De quoi se mettre en confiance, à quatre jours du choc face à Dortmund.

Pizarro (Bayern Munich) : Les deux Mario sont absents ? Pas grave, il y a Claudio. Le Péruvien s’est régalé face à Hambourg, avec un quadruplé, et même une passe décisive pour Robben. Offensivement parlant, Jupp Heynckes n’a que l’embarras du choix pour le choc face à la Juve.

Lima (Benfica) Tout va bien pour Benfica. Le futur adversaire de Newcastle en Europa League vient d’en passer six à Rio Ave. L’homme du match : Lima, le Brésilien qui avait explosé les compteurs l’an dernier avec le Sporting Braga. Trois buts, et beaucoup, beaucoup de facilité. D’ailleurs, deux des trois meilleurs buteurs du championnat portugais jouent à Benfica. On vous laisse deviner où évolue le troisième.

Remplaçants :

SchürrleKießling (Bayer Leverkusen) Inséparables, indissociables, inévitables. La paire d’attaque de Leverkusen a encore frappé. Deux buts pour l’un, deux buts pour l’autre. Un duo uni pour la Ligue des champions, qui se rapproche à grands pas.

Bramble (Sunderland) : Lui aussi, il pourra dire que, quelque part, il a contribué au titre de Manchester United.

Yılmaz (Galatasaray) Le Real Madrid est prévenu. Ce week-end, Burak a encore claqué un doublé. Total : 26 buts en 31 matchs cette saison toutes compétitions confondues. De quoi éclipser Drogba et Sneijder. C’est dire.

Maoulida (Bastia) Petit Filou a été le grand bonhomme de la victoire corse en terre valenciennoise. Son doublé a mis Bastia sur les bons rails, avant que Thauvin ne vienne parfaire le succès. Une sacrée paire, aussi, ces deux-là.

Wanderson (Krasnodar) : L’homme du week-end en Russie, c’est lui. Avec un triplé, il a terrassé à lui-seul l’Anzhi de Samuel Eto’o. Son parcours est juste dingue : un début de carrière à Fortaleza, au Brésil, puis cinq ans à GAIS en Suède avec, au milieu, un prêt en Arabie Saoudite. Et le voilà maintenant à Krasnodar. Encore n’importe quoi.



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié