Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options

L'équipe type du dimanche

Tiens, quoi de neuf ce week-end ? Landreau égale le record de Jean-Luc Ettori, Škrtel fait le pire match de sa vie contre Hull, Bale claque un triplé en l'absence de CR7, Rooney déroule face à Tottenham, Llorente libère la Juve à la 91e, Robben fait gagner le Bayern et Zouma, de Sochaux, inscrit le plus beau but du week-end. Mais contre son camp, par contre.

Modififié
Sur le banc
Jonas

Jonas

À Valence, on a toujours aimé les buteurs. Claudio López, David Villa, Roberto Soldado... Et maintenant ? Maintenant, il y a Jonas. Le Brésilien, éteint depuis le mois de septembre, s'est réveillé ce week-end. Pour rattraper le temps perdu, il s'est offert un triplé, amplement suffisant pour disposer d'Osasuna (3-0). Maintenant, il faut enchaîner.

Cahill-Terry

Cahill-Terry

Face à Southampton, les attaquants de Chelsea n'y arrivaient pas, bloqués par un très bon Boruc. Alors, si les attaquants n'y arrivent pas, les défenseurs prennent le relais. Hop, un but de Cahill, un but de Terry, et voilà les Blues qui renversent la situation. So easy.

Jussiê

Jussiê

Oui, Jussiê dans l’équipe type, tout arrive. Le Brésilien, principal artisan de la victoire bordelaise face à Ajaccio, n’avait plus signé le moindre doublé en Ligue 1 depuis le 21 avril 2012, face à l’OM. Et si le vrai renfort bordelais, c’était lui ?

Meyler

Meyler

Buteur et passeur décisif contre Liverpool, il a été le grand artisan de la victoire de « Hull Tigers » et, par conséquent, de la chute des Reds. David Meyler and Arsène Wenger are now friends.

Sokratis

Sokratis

L'ancien du Werder profite actuellement des absences de Hummels et Subotić pour être titulaire en défense centrale. Plutôt bon malgré les résultats en dent de scie du BVB, il affiche une stat étonnante : celui du plus grand nombre de duels gagnés en Bundesliga. À ce rythme-là, il va être compliqué de le déloger.

Zouma

Zouma

Sa reprise de volée est vraiment magnifique. Dommage, juste, qu'il se soit trompé de but. Mais à part ça, rien à redire : techniquement, c'est le geste parfait.

Landreau

Landreau

Record de Jean-Luc Ettori égalé (602 matchs en première division) et une victoire 2-0 face à Évian TG pour fêter ça. Micka Landreau, c’est la famille, mais c’est aussi, désormais, un vrai morceau d’histoire du ballon rond français. Rendez-vous mercredi, pour un derby corse dont il sera, forcément, le héros.

Walker

Walker

Le week-end des Walker. Pendant que Paul appuie pour la dernière fois sur l’accélérateur (RIP), Kyle, lui, est le protagoniste de Tottenham-Manchester United. D’abord, il ouvre le score d’un coup franc malin, puis il offre bien malgré lui une passe décisive à Wayne Rooney pour l’égalisation. Un bel hommage, sans nul doute.

Perrin

Perrin

Certains défenseurs mettent plusieurs années avant de marquer deux buts. Le Stéphanois, lui, a mis trois minutes. 76e et 78e minutes. Reims ne s'est pas encore remis de ce double uppercut.

Škrtel

Škrtel

Journée cauchemardesque pour le défenseur slovaque face à Hull City. D’abord, le tatoué dévie une frappe de Livermore et trompe son propre gardien. Puis, en fin de match, il réalise une magnifique tête plongeante et marque… dans le mauvais camp. Un but contre son camp et demi : performance complète.

Van
Rhijn

Van Rhijn

Quatre jours après sa magnifique victoire contre le Barça, l'Ajax est allé bousiller l'ADO La Haye lors du derby des capitales néerlandaises. Toute l'équipe a déroulé, mais plus particulièrement le latéral Van Rhijn, auteur notamment d'un but. De quoi bien préparer la « finale » contre le Milan AC dans dix jours.

Bale

Bale

Au Real Madrid, c’est pratique. Quand Cristiano Ronaldo n’est pas là pour claquer un triplé, bah c’est le Gallois qui prend le relais. Trois buts pour lui, son premier triplé avec le maillot madrilène et, peut-être, son véritable match référence avec le Real. Qui, donc, coïncide avec l’absence de CR7. Coïncidence, vraiment ?

Bargfrede

Bargfrede

L'homme du destin. Remplaçant au coup d'envoi de Hoffenheim-Werder, il entre en jeu à la 70e minute, alors que son club est mené 4-3. Au final, c'est lui qui égalise à la dernière seconde, portant donc le score à 4-4. Son numéro de maillot ? Le 44, bien sûr.

Montolivo

Montolivo

Il n’avait pas encore marqué cette saison. C’est désormais chose faite, et il a choisi le bon moment. Milan était mené 1-0 à Catane, et l’ancien Florentin est alors sorti de sa tanière pour égaliser, et remettre les siens sur les bons rails. Drôle : déjà, l’an dernier, c’est lui qui avait relancé Milan au mois de novembre, en égalisant sur la pelouse de Palerme. Sicile addict ...

Robben

Robben

Ribéry Ballon d'or ? Voilà une nouvelle qui ne plaît guère à Arjen. Depuis quelques semaines, le Néerlandais est à nouveau en feu. Ce week-end, encore, il a été le grand bonhomme de la victoire bavaroise face à l’Eintracht Brunswick. Allez, Arjen, résigne-toi, les votes sont clos. À moins qu’on ne les prolonge encore une fois ?

Rooney

Rooney

En l’absence de Van Persie, Wayne prend Manchester United sur ses épaules. Double buteur contre Tottenham, il a été énorme tout au long de la rencontre, tant sur le plan offensif que défensif. «  D’une autre planète  » , dit-on de lui outre-Manche. Physiquement aussi, non ?

Llorente

Llorente

À Turin, on n'avait plus vu un tel avant-centre depuis Trezeguet. Buteur lors de tous les derniers matchs de la Juve, il a cette fois-ci attendu la 91e minute pour faire chavirer le Juventus Stadium et offrir trois points en or à son équipe. Coucou, Del Bosque.

Landreau (Bastia) Record de Jean-Luc Ettori égalé (602 matchs en première division) et une victoire 2-0 face à Évian TG pour fêter ça. Micka Landreau, c’est la famille, mais c’est aussi, désormais, un vrai morceau d’histoire du ballon rond français. Rendez-vous mercredi, pour un derby corse dont il sera, forcément, le héros.

Walker (Tottenham) Le week-end des Walker. Pendant que Paul appuie pour la dernière fois sur l’accélérateur (RIP), Kyle, lui, est le protagoniste de Tottenham-Manchester United. D’abord, il ouvre le score d’un coup franc malin, puis il offre bien malgré lui une passe décisive à Wayne Rooney pour l’égalisation. Un bel hommage, sans nul doute.

Perrin (Saint-Étienne) Certains défenseurs mettent plusieurs années avant de marquer deux buts. Le Stéphanois, lui, a mis trois minutes. 76e et 78e minutes. Reims ne s'est pas encore remis de ce double uppercut.

Škrtel (Liverpool) Journée cauchemardesque pour le défenseur slovaque face à Hull City. D’abord, le tatoué dévie une frappe de Livermore et trompe son propre gardien. Puis, en fin de match, il réalise une magnifique tête plongeante et marque… dans le mauvais camp. Un but contre son camp et demi : performance complète.

Van Rhijn (Ajax) Quatre jours après sa magnifique victoire contre le Barça, l'Ajax est allé bousiller l'ADO La Haye lors du derby des capitales néerlandaises. Toute l'équipe a déroulé, mais plus particulièrement le latéral Van Rhijn, auteur notamment d'un but. De quoi bien préparer la « finale » contre le Milan AC dans dix jours.

Bale (Real Madrid) Au Real Madrid, c’est pratique. Quand Cristiano Ronaldo n’est pas là pour claquer un triplé, bah c’est le Gallois qui prend le relais. Trois buts pour lui, son premier triplé avec le maillot madrilène et, peut-être, son véritable match référence avec le Real. Qui, donc, coïncide avec l’absence de CR7. Coïncidence, vraiment ?

Bargfrede (Werder Brême) L'homme du destin. Remplaçant au coup d'envoi de Hoffenheim-Werder, il entre en jeu à la 70e minute, alors que son club est mené 4-3. Au final, c'est lui qui égalise à la dernière seconde, portant donc le score à 4-4. Son numéro de maillot ? Le 44, bien sûr.

Montolivo (Milan AC) Il n’avait pas encore marqué cette saison. C’est désormais chose faite, et il a choisi le bon moment. Milan était mené 1-0 à Catane, et l’ancien Florentin est alors sorti de sa tanière pour égaliser, et remettre les siens sur les bons rails. Drôle : déjà, l’an dernier, c’est lui qui avait relancé Milan au mois de novembre, en égalisant sur la pelouse de Palerme. Sicile addict ?

Robben (Bayern Munich) Ribéry Ballon d'or ? Voilà une nouvelle qui ne plaît guère à Arjen. Depuis quelques semaines, le Néerlandais est à nouveau en feu. Ce week-end, encore, il a été le grand bonhomme de la victoire bavaroise face à l’Eintracht Brunswick. Allez, Arjen, résigne-toi, les votes sont clos. À moins qu’on ne les prolonge encore une fois ?

Rooney (Manchester United) En l’absence de Van Persie, Wayne prend Manchester United sur ses épaules. Double buteur contre Tottenham, il a été énorme tout au long de la rencontre, tant sur le plan offensif que défensif. «  D’une autre planète  » , dit-on de lui outre-Manche. Physiquement aussi, non ?

Llorente (Juventus) À Turin, on n'avait plus vu un tel avant-centre depuis Trezeguet. Buteur lors de tous les derniers matchs de la Juve, il a cette fois-ci attendu la 91e minute pour faire chavirer le Juventus Stadium et offrir trois points en or à son équipe. Coucou, Del Bosque.

Remplaçants :

Jonas (FC Valence) À Valence, on a toujours aimé les buteurs. Claudio López, David Villa, Roberto Soldado... Et maintenant ? Maintenant, il y a Jonas. Le Brésilien, éteint depuis le mois de septembre, s'est réveillé ce week-end. Pour rattraper le temps perdu, il s'est offert un triplé, amplement suffisant pour disposer d'Osasuna (3-0). Maintenant, il faut enchaîner.

Cahill-Terry (Chelsea) Face à Southampton, les attaquants de Chelsea n'y arrivaient pas, bloqués par un très bon Boruc. Alors, si les attaquants n'y arrivent pas, les défenseurs prennent le relais. Hop, un but de Cahill, un but de Terry, et voilà les Blues qui renversent la situation. So easy.

Jussiê (Bordeaux) Oui, Jussiê dans l’équipe type, tout arrive. Le Brésilien, principal artisan de la victoire bordelaise face à Ajaccio, n’avait plus signé le moindre doublé en Ligue 1 depuis le 21 avril 2012, face à l’OM. Et si le vrai renfort bordelais, c’était lui ?

Meyler (Hull City) Buteur et passeur décisif contre Liverpool, il a été le grand artisan de la victoire de « Hull Tigers » et, par conséquent, de la chute des Reds. David Meyler and Arsène Wenger are now friends.

Sokratis (Borussia Dortmund) L'ancien du Werder profite actuellement des absences de Hummels et Subotić pour être titulaire en défense centrale. Plutôt bon malgré les résultats en dent de scie du BVB, il affiche une stat étonnante : celui du plus grand nombre de duels gagnés en Bundesliga. À ce rythme-là, il va être compliqué de le déloger.

Zouma (Sochaux) Sa reprise de volée est vraiment magnifique. Dommage, juste, qu'il se soit trompé de but. Mais à part ça, rien à redire : techniquement, c'est le geste parfait.

Lima (Benfica) Cela aurait été trop bête de ne pas profiter de la première défaite de la saison du FC Porto, battu samedi. C'est certainement ce que s'est dit Rodrigo Lima, auteur d'un doublé décisif en fin de rencontre face à Rio Ave. Conséquence : Benfica est seul leader de Liga Sagres. Cela valait le coup de se la donner, non ?



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:51 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 10
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
Hier à 09:25 Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 27 Hier à 08:54 Infantino contre les matchs de Liga aux USA 28
À lire ensuite
Landreau a savouré sa 602e