Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

L'équipe type du dimanche

Un beau week-end de football où les futurs adversaires de l'OM se sont distingués : Naples a pris la tête de la Serie A, Aubameyang a fait voler Dortmund et Ramsey et Arsenal ont démoli Sunderland. En France, déjà un tête-à-tête entre Monaco et le PSG. Ça promet pour le week-end prochain.

Modififié
Sur le banc
Alexis
Sánchez

Alexis Sánchez

L'ancien de l'Udinese a compris comment se faire (enfin) aimer du Camp Nou. Rien ne sert de mettre des triplés, puisque Messi le fait déjà. Non. Mieux vaut marquer un but décisif à la 94e minute, après que le Barça s'était fait incroyablement remonter deux buts dans les 10 dernières minutes. Un homme en quête d'amour.

Candreva

Candreva

Le milieu de la Lazio a enflammé le Stadio olimpico. En marquant un but ? Oui, mais pas seulement. En seconde période, en l'espace de deux minutes, il a enchaîné quatre coups du sombrero sur des joueurs du Chievo. Histoire de se chauffer pour le derby de la semaine prochaine.

Bale

Bale

39 minutes avec le maillot du Real Madrid, et déjà un premier but pour l'ancien de Tottenham. Pour 100 millions d'euros, il fallait au moins ça.

Sigurdsson

Sigurdsson

Who the fuck is Gareth Bale ? Le nouvel homme décisif de Tottenham est islandais. Un doublé pour lui contre Norwich, et les Spurs se baladent, 2-0. 100 millions pour lui l'été prochain ?

Cvitanich

Cvitanich

On est reparti sur les mêmes bases que la saison dernière avec le buteur argentin. Le doublé inscrit sur la pelouse de Lille permet surtout au Gym de remonter à la sixième place. Une place que le LOSC connaît bien, n'est-ce pas ? (cf la saison dernière)

Landreau

Landreau

Futur retraité, Mika ? Ouais, faut voir. En attendant, il est là, et il est toujours aussi bon sur les pénaltys. À la 88e, il encaisse le pénalty de l'égalisation. Quelques instants plus tard, deuxième pénalty, qui peut donner la victoire à Guingamp. Mais cette fois-ci, il se détend et détourne la tentative. Bastia repart avec un point. Merci qui ?

Campagnaro

Campagnaro

L'Argentin est le fidèle serviteur de Mazzarri, qu'il a suivi à la Sampdoria, à Naples et à l'Inter. Samedi, il a réalisé un match énorme face à la Juve, en mordant dans tous les ballons, toujours à la limite de la régularité. Mais avec lui, c'est sûr, l'Inter prendra rarement l'eau en défense. Ou alors, il faudra lui faire bouffer son protège-dents bleu avant.

Garay

Garay

Benfica galère légèrement en ce début de saison. 4 points sur 9 possibles en championnat : il fallait impérativement gagner contre Paços de Ferreira. Mais comme les attaquants lisboètes ne marquent pas, c'est Ezequiel Garay, le défenseur, qui s'y colle. Le 2-0 d'abord, puis le 3-1 pour tuer le match. Son dernier doublé remontait au 14 avril 2007, un Santander-Real Madrid (2-1) où il avait planté deux buts sur pénalty. Autre ...

Distin

Distin

Hazard ? Pas peur. Eto'o ? Pas peur. Mata ? Pas peur. Schürrle ? Pas peur. Lampard ? Pas peur. Oscar ? Pas peur. Fernando Torres ? Pas peur. Sylvain Distin, hier après-midi, a eu tous ces joueurs en face de lui. Il n'a pas tremblé. Et Everton s'est imposé 1-0. Ne venez pas le titiller.

Abdennour

Abdennour

Il n'est pas gracieux, il n'est pas très classe, mais contre l'OM, il a offert une prestation XXL. Les attaquants olympiens ont été muselés, et Alain Casanova le doit en grande partie à son défenseur au crâne chauve. Une valeur sûre.

Lucas

Lucas

Enfin ! Le Brésilien attendait son match référence avec le maillot parisien. Le voilà. Sur la pelouse bordelaise, il a vraiment été très bon sur son flanc droit. Rapide, percutant, toujours à l'aise dans le dribble, il a, en plus, inscrit son premier but en Ligue 1. Une arrivée avec six mois de retard ?

Ramsey

Ramsey

L'homme en forme des Gunners. Encore un doublé ce week-end, face à Sunderland, ce qui porte son total de la saison à 5 en 6 rencontres officielles. Özil, Flamini, Cazorla, Arteta, Wilshere, Ramsey... Ouais, peut-être qu'Arsenal a un milieu de terrain pas trop mal...

Cleiton
Xavier

Cleiton Xavier

La domination du Shakhtar Donetsk est en péril. La faute au Metalist Karkhov, qui mène une cadence d'enfer (7 victoires et 2 nuls), et à ses Brésiliens. Parmi eux, Cleiton Wavier, véritable pilier de l'équipe, buteur ce week-end lors du choc face au Dynamo Kiev. Un bon blase de chanteur de pop des années 80, quand même.

Salva
Sevilla

Salva Sevilla

S'appeler « Sauve Séville » et jouer au Betis Séville, c'est quand même le truc le plus drôle de la Liga. Le bien-nommé a donc fait honneur à son nom, en inscrivant deux buts face à Valence, et en sauvant son équipe, donc.

Aubameyang

Aubameyang

PEA à Dortmund, c'est soit des triplés, soit des doublés. Samedi, l'ancien Stéphanois a été l'un des grands artisans de la victoire du BVB contre Hambourg (6-2). Un doublé, mais aussi une passe dé pour Lewandowski, le joueur est déjà plus que jamais intégré dans le collectif de Jürgen Klopp. Et maintenant, la C1, Naples, etc.

El
Hamdaoui

El Hamdaoui

La vie est parfois drôle. Ce dimanche, Mario Gómez, l'attaquant de la Fiorentina, s'est blessé. Deux mois d'absence, et une vraie question : qui va bien pouvoir le remplacer ? Le soir même, El Hamdaoui, vendu cet été par la Fiorentina parce que jugé « inutile » , claque un triplé contre le Rayo Vallecano. Presque comme si c'était fait exprès.

Landreau (Bastia) Futur retraité, Mika ? Ouais, faut voir. En attendant, il est là, et il est toujours aussi bon sur les pénaltys. À la 88e, il encaisse le pénalty de l'égalisation. Quelques instants plus tard, deuxième pénalty, qui peut donner la victoire à Guingamp. Mais cette fois-ci, il se détend et détourne la tentative. Bastia repart avec un point. Merci qui ?

Campagnaro (Inter) L'Argentin est le fidèle serviteur de Mazzarri, qu'il a suivi à la Sampdoria, à Naples et à l'Inter. Samedi, il a réalisé un match énorme face à la Juve, en mordant dans tous les ballons, toujours à la limite de la régularité. Mais avec lui, c'est sûr, l'Inter prendra rarement l'eau en défense. Ou alors, il faudra lui faire bouffer son protège-dents bleu avant.

Garay (Benfica) : Benfica galère légèrement en ce début de saison. 4 points sur 9 possibles en championnat : il fallait impérativement gagner contre Paços de Ferreira. Mais comme les attaquants lisboètes ne marquent pas, c'est Ezequiel Garay, le défenseur, qui s'y colle. Le 2-0 d'abord, puis le 3-1 pour tuer le match. Son dernier doublé remontait au 14 avril 2007, un Santander-Real Madrid (2-1) où il avait planté deux buts sur pénalty. Autre époque.

Distin (Everton) Hazard ? Pas peur. Eto'o ? Pas peur. Mata ? Pas peur. Schürrle ? Pas peur. Lampard ? Pas peur. Oscar ? Pas peur. Fernando Torres ? Pas peur. Sylvain Distin, hier après-midi, a eu tous ces joueurs en face de lui. Il n'a pas tremblé. Et Everton s'est imposé 1-0. Ne venez pas le titiller.

Abdennour (Toulouse) Il n'est pas gracieux, il n'est pas très classe, mais contre l'OM, il a offert une prestation XXL. Les attaquants olympiens ont été muselés, et Alain Casanova le doit en grande partie à son défenseur au crâne chauve. Une valeur sûre.

Lucas (PSG) : Enfin ! Le Brésilien attendait son match référence avec le maillot parisien. Le voilà. Sur la pelouse bordelaise, il a vraiment été très bon sur son flanc droit. Rapide, percutant, toujours à l'aise dans le dribble, il a, en plus, inscrit son premier but en Ligue 1. Une arrivée avec six mois de retard ?

Ramsey (Arsenal) : L'homme en forme des Gunners. Encore un doublé ce week-end, face à Sunderland, ce qui porte son total de la saison à 5 en 6 rencontres officielles. Özil, Flamini, Cazorla, Arteta, Wilshere, Ramsey... Ouais, peut-être qu'Arsenal a un milieu de terrain pas trop mal...

Cleiton Xavier (Metalist Kharkov) La domination du Shakhtar Donetsk est en péril. La faute au Metalist Karkhov, qui mène une cadence d'enfer (7 victoires et 2 nuls), et à ses Brésiliens. Parmi eux, Cleiton Wavier, véritable pilier de l'équipe, buteur ce week-end lors du choc face au Dynamo Kiev. Un bon blase de chanteur de pop des années 80, quand même.

Salva Sevilla (Betis) S'appeler « Sauve Séville » et jouer au Betis Séville, c'est quand même le truc le plus drôle de la Liga. Le bien-nommé a donc fait honneur à son nom, en inscrivant deux buts face à Valence, et en sauvant son équipe, donc.

Aubameyang (Borussia Dortmund) PEA à Dortmund, c'est soit des triplés, soit des doublés. Samedi, l'ancien Stéphanois a été l'un des grands artisans de la victoire du BVB contre Hambourg (6-2). Un doublé, mais aussi une passe dé pour Lewandowski, le joueur est déjà plus que jamais intégré dans le collectif de Jürgen Klopp. Et maintenant, la C1, Naples, etc.

El Hamdaoui (Málaga) La vie est parfois drôle. Ce dimanche, Mario Gómez, l'attaquant de la Fiorentina, s'est blessé. Deux mois d'absence, et une vraie question : qui va bien pouvoir le remplacer ? Le soir même, El Hamdaoui, vendu cet été par la Fiorentina parce que jugé « inutile » , claque un triplé contre le Rayo Vallecano. Presque comme si c'était fait exprès.

Remplaçants :

Alexis Sánchez (FC Barcelone) L'ancien de l'Udinese a compris comment se faire (enfin) aimer du Camp Nou. Rien ne sert de mettre des triplés, puisque Messi le fait déjà. Non. Mieux vaut marquer un but décisif à la 94e minute, après que le Barça s'était fait incroyablement remonter deux buts dans les 10 dernières minutes. Un homme en quête d'amour.

Candreva (Lazio) Le milieu de la Lazio a enflammé le Stadio olimpico. En marquant un but ? Oui, mais pas seulement. En seconde période, en l'espace de deux minutes, il a enchaîné quatre coups du sombrero sur des joueurs du Chievo. Histoire de se chauffer pour le derby de la semaine prochaine.

Bale (Real Madrid) 39 minutes avec le maillot du Real Madrid, et déjà un premier but pour l'ancien de Tottenham. Pour 100 millions d'euros, il fallait au moins ça.

Sigurdsson (Tottenham) Who the fuck is Gareth Bale ? Le nouvel homme décisif de Tottenham est islandais. Un doublé pour lui contre Norwich, et les Spurs se baladent, 2-0. 100 millions pour lui l'été prochain ?

Cvitanich (Nice) : On est reparti sur les mêmes bases que la saison dernière avec le buteur argentin. Le doublé inscrit sur la pelouse de Lille permet surtout au Gym de remonter à la sixième place. Une place que le LOSC connaît bien, n'est-ce pas ? (cf la saison dernière)



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 58

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
il y a 9 heures Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 66