Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options

L'équipe type du dimanche

Un week-end de derbys : le Real remporte celui de Madrid, la Juve celui de Turin, tandis que Lyon et Sainté se quittent (presque) bons amis avec un nul 1-1. Sinon, l'OM gagne encore 1-0, Sagna fait n'importe quoi, le Bayern gagne même sans ses titulaires et le Barça doit reporter la fête pour le titre.

Modififié
Sur le banc
Zanetti

Zanetti

Le dimanche 28 avril restera peut-être comme un jour très triste dans l'histoire de l'Inter Milan et du football. Gravement blessé, et même s'il assure qu'il reviendra, l'immortel Zanetti va peut-être devoir tirer sa révérence. Auguri, Campione.

Goosens

Goosens

S'il fallait un nom pour symboliser le carton de Feyenoord face à Heracles, ce serait le sien. Il est impliqué sur cinq des six buts de son équipe : deux buts et trois passes décisifs. Il semble loin, le temps où Feyenoord perdait 10-0 à Eindhoven...

Nogueira

Nogueira

Le héros du jour en Ligue 1. Alors que son club est mené 3-1 à quelques minutes du terme sur la pelouse du LOSC, il invente deux frappes dans les cinq dernières minutes pour revenir à 3-3. Oui, c'est aussi un doublé qui veut dire : « Je ne veux pas aller en Ligue 2. »

Verratti

Verratti

La soufflante que lui passe Ancelotti après son expulsion est l'une des images de la saison. Papa qui engueule fiston. Superbe.

Ilsinho

Ilsinho

Il suffisait d'un petit point pour offrir le titre au Shakhtar. Ce point a été offert à cinq minutes du terme par Ilsinho, remplaçant au coup d'envoi et auto-proclamé « suber-sub » du Shakhtar. Par contre, pour savoir comment on dit ça en ukrainien...

Osvaldo

Osvaldo

Pendant toute la saison, le sosie de Johnny Depp (version lunettes / chapeau) a essuyé les critiques du côté de Rome. Sa réponse ? Un joli triplé face à Sienne, qui permet à la Roma, pour la première fois de la saison, de se positionner dans la zone Europe. Elle en dit quoi, Vanessa Paradis ?

Anthony
Lopes

Anthony Lopes

Paraît-il qu'on tient là « le nouveau Olmeta » . Bon, il faudra un peu de temps pour se faire un jugement, mais force est de constater que pour sa toute première apparition en Ligue 1, le portier portugais de 22 ans a été impeccable, et a même sorti des parades décisives face à Aubameyang et Hamouma. Revendu 15 millions à Tottenham dans 5 ans ...

Sagna

Sagna

Pendant des années, Bakari a délivré caviar sur caviar à Robin van Persie. Avec le Hollandais dans le camp d'en face, le Français s'est senti déboussolé. Du coup, il lui a fait une passe, s'est rendu compte qu'il était dans l'équipe adverse, a couru pour rattraper sa bourde, a taclé, a provoqué un pénalty. Et a offert à Robin le moment dont il rêvait : le but à l'Emirates. Merci ...

Boyce

Boyce

Tu connais la règle, Emmerson. Un but marqué + un but contre son camp au cours du même match = une place réservée dans l'équipe type du dimanche. Et quand le but contre son camp est inscrit à la 90e minute, c'est quasiment synonyme de brassard de capitaine de cette équipe type. Il ne manquait plus qu'un carton rouge.

Zouma

Zouma

À peu de choses près, on est aussi sur un but marqué + but contre son camp pour le défenseur stéphanois. Heureusement pour lui, le tir de Gourcuff était cadré avant sa déviation (décisive) et le but est donc accordé à l'ancien Bordelais. C'est quand même con, parce qu'à part ça, il a vraiment fait un énorme match en défense centrale. Kurt Cobain Zouma.

Glik

Glik

Le Polonais a reçu deux cartons rouges cette saison en Serie A. Le premier contre la Juventus au match aller. Le second contre la Juventus au match retour. Bilan : 0-3 à l'aller, 0-2 au retour. Elle a un nom, la phobie des derbys ?

Di
María

Di María

Pour marquer un but décisif lors du derby madrilène, il y a du monde. Mais lorsqu'il a fallu sortir un énorme match en demi-finale de Ligue des champions, il était où, notre pote le gobelin ?

Şahin

Şahin

Sur le banc mercredi soir lors de la démonstration face au Real Madrid, le Turc a été l'homme fort du BVB, ce week-end, sur la pelouse du Fortuna Düsseldorf. Un but, une passe dé. Histoire de dire à son coach : « Hey, Jurgen, au moment de faire ta compo pour Bernabéu, pense à moi, hein. »

Ander
Herrera

Ander Herrera

Une victoire du Barça cumulée à une défaite du Real Madrid aurait offert le titre aux joueurs catalans. La première étape était quasiment faite, jusqu'à ce que le Basque de 23 ans s'en mêle. La bonne vieille égalisation à la dernière minute, qui, cumulée à la victoire du Real quelques minutes plus tard, reporte la fête blaugrana d'au moins une semaine. « T'es pas basque pour rien, mon ...

Ljajić

Ljajić

La revanche du Serbe. L'an dernier, Delio Rossi, son coach à la Fiorentina, désormais à la Sampdoria, lui avait mis son poing sur la gueule. Un an plus tard, l'attaquant lui renvoie le boomerang en pleine gueule, avec un but et une passe décisive lors de la confrontation entre la Fiorentina et la Sampdoria. Et tout ça sans violence. C'est beau.

Sturridge

Sturridge

Depuis qu'il est arrivé à Liverpool, il fait des ravages. Ce week-end, encore, il a été l'un des grands artificiers du carton des Reds à Newcastle (0-6). Une passe décisive et un doublé pour lui, ce qui porte son total à huit depuis son arrivée. Suárez qui ?

Huntelaar

Huntelaar

Après un mois et demi d'absence, le Néerlandais a signé son retour de la plus belle des façons : avec un triplé contre Hambourg, qui permet à Schalke de reprendre seul la quatrième place. Pas sûr, toutefois, que cela suffise à convaincre les dirigeants de la conserver la saison prochaine.

Anthony Lopes (Lyon) Paraît-il qu'on tient là « le nouveau Olmeta » . Bon, il faudra un peu de temps pour se faire un jugement, mais force est de constater que pour sa toute première apparition en Ligue 1, le portier portugais de 22 ans a été impeccable, et a même sorti des parades décisives face à Aubameyang et Hamouma. Revendu 15 millions à Tottenham dans 5 ans ?

Sagna (Arsenal) Pendant des années, Bakari a délivré caviar sur caviar à Robin van Persie. Avec le Hollandais dans le camp d'en face, le Français s'est senti déboussolé. Du coup, il lui a fait une passe, s'est rendu compte qu'il était dans l'équipe adverse, a couru pour rattraper sa bourde, a taclé, a provoqué un pénalty. Et a offert à Robin le moment dont il rêvait : le but à l'Emirates. Merci Baki.

Boyce (Wigan) Tu connais la règle, Emmerson. Un but marqué + un but contre son camp au cours du même match = une place réservée dans l'équipe type du dimanche. Et quand le but contre son camp est inscrit à la 90e minute, c'est quasiment synonyme de brassard de capitaine de cette équipe type. Il ne manquait plus qu'un carton rouge.

Zouma (Saint-Étienne) : À peu de choses près, on est aussi sur un but marqué + but contre son camp pour le défenseur stéphanois. Heureusement pour lui, le tir de Gourcuff était cadré avant sa déviation (décisive) et le but est donc accordé à l'ancien Bordelais. C'est quand même con, parce qu'à part ça, il a vraiment fait un énorme match en défense centrale. Kurt Cobain Zouma.

Glik (Torino) : Le Polonais a reçu deux cartons rouges cette saison en Serie A. Le premier contre la Juventus au match aller. Le second contre la Juventus au match retour. Bilan : 0-3 à l'aller, 0-2 au retour. Elle a un nom, la phobie des derbys ?

Di María (Real Madrid) Pour marquer un but décisif lors du derby madrilène, il y a du monde. Mais lorsqu'il a fallu sortir un énorme match en demi-finale de Ligue des champions, il était où, notre pote le gobelin ?

Şahin (Borussia Dortmund) : Sur le banc mercredi soir lors de la démonstration face au Real Madrid, le Turc a été l'homme fort du BVB, ce week-end, sur la pelouse du Fortuna Düsseldorf. Un but, une passe dé. Histoire de dire à son coach : « Hey, Jurgen, au moment de faire ta compo pour Bernabéu, pense à moi, hein. »

Ander Herrera (Athletic Bilbao) Une victoire du Barça cumulée à une défaite du Real Madrid aurait offert le titre aux joueurs catalans. La première étape était quasiment faite, jusqu'à ce que le Basque de 23 ans s'en mêle. La bonne vieille égalisation à la dernière minute, qui, cumulée à la victoire du Real quelques minutes plus tard, reporte la fête blaugrana d'au moins une semaine. « T'es pas basque pour rien, mon petit. »

Ljajić (Fiorentina) : La revanche du Serbe. L'an dernier, Delio Rossi, son coach à la Fiorentina, désormais à la Sampdoria, lui avait mis son poing sur la gueule. Un an plus tard, l'attaquant lui renvoie le boomerang en pleine gueule, avec un but et une passe décisive lors de la confrontation entre la Fiorentina et la Sampdoria. Et tout ça sans violence. C'est beau.

Sturridge (Liverpool) : Depuis qu'il est arrivé à Liverpool, il fait des ravages. Ce week-end, encore, il a été l'un des grands artificiers du carton des Reds à Newcastle (0-6). Une passe décisive et un doublé pour lui, ce qui porte son total à huit depuis son arrivée. Suárez qui ?

Huntelaar (Schalke 04) Après un mois et demi d'absence, le Néerlandais a signé son retour de la plus belle des façons : avec un triplé contre Hambourg, qui permet à Schalke de reprendre seul la quatrième place. Pas sûr, toutefois, que cela suffise à convaincre les dirigeants de la conserver la saison prochaine.

Remplaçants :

Zanetti (Inter Milan) Le dimanche 28 avril restera peut-être comme un jour très triste dans l'histoire de l'Inter Milan et du football. Gravement blessé, et même s'il assure qu'il reviendra, l'immortel Zanetti va peut-être devoir tirer sa révérence. Auguri, Campione.

Goosens (Feyenoord) S'il fallait un nom pour symboliser le carton de Feyenoord face à Heracles, ce serait le sien. Il est impliqué sur cinq des six buts de son équipe : deux buts et trois passes décisifs. Il semble loin, le temps où Feyenoord perdait 10-0 à Eindhoven...

Nogueira (Sochaux) Le héros du jour en Ligue 1. Alors que son club est mené 3-1 à quelques minutes du terme sur la pelouse du LOSC, il invente deux frappes dans les cinq dernières minutes pour revenir à 3-3. Oui, c'est aussi un doublé qui veut dire : « Je ne veux pas aller en Ligue 2. »

Verratti (PSG) La soufflante que lui passe Ancelotti après son expulsion est l'une des images de la saison. Papa qui engueule fiston. Superbe.

Ilsinho (Shakhtar Donetsk) Il suffisait d'un petit point pour offrir le titre au Shakhtar. Ce point a été offert à cinq minutes du terme par Ilsinho, remplaçant au coup d'envoi et auto-proclamé « suber-sub » du Shakhtar. Par contre, pour savoir comment on dit ça en ukrainien...

Osvaldo (AS Roma) Pendant toute la saison, le sosie de Johnny Depp (version lunettes / chapeau) a essuyé les critiques du côté de Rome. Sa réponse ? Un joli triplé face à Sienne, qui permet à la Roma, pour la première fois de la saison, de se positionner dans la zone Europe. Elle en dit quoi, Vanessa Paradis ?

Mandanda (Marseille) Ne pas prendre de but depuis 649 minutes, ce n'est pas donné à toutes les équipes. Mais c'est sûr que lorsque l'on a un Mandanda de ce niveau-là dans les bois, cela rend les choses beaucoup plus simples. Chiche de terminer la saison sans reprendre un but ?

Pazzini (Milan AC) Entré en jeu à la 67e, buteur à la 74e et à la 77e. Le Pazzo a fait son job. Killer.



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:29 La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 15

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Hier à 11:52 Diego Maradona : « Mourinho est le meilleur coach du monde » 76