Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options

L'équipe type du dimanche

Ce week-end, on a vu Mandanda faire des arrêts de dingue contre Lille, Jérome Boateng mettre une option pour une place de titulaire contre le Barça, Flamini marquer et prendre un rouge, Sessègnon être en feu et Muriel courir très très vite. Ah, oui, et Cristiano Ronaldo a marqué deux buts, aussi.

Modififié
Sur le banc
Altidore

Altidore

Après 37 minutes, l'Américain avait déjà gagné le match à lui seul avec un triplé express. Un succès qui va permettre à Alkmaar de prendre une grande bouffée d'oxygène. 21 buts pour lui cette saison. Et si, en fait, il n'était pas si nul ?

Matuidi

Matuidi

Le but de Blaise à Troyes = encore un bout de titre dans la besace pour le PSG. Et avec Blaise au Camp Nou, ça aurait donné quoi ?

Toprak

Toprak

Mener 2-0 face à un concurrent direct dans la course à la C1. Puis mener 2-1. Puis se faire exclure à quelques minutes du terme à cause d'une superbe simulation de l'attaquant adverse et ainsi provoquer un pénalty totalement imaginaire. Puis faire 2-2 alors que l'on menait 2-0. La lose.

Heung-Min
Son

Heung-Min Son

« Vous me reconnaissez ? Mais si, c'est moi. C'est moi, le mec qui marque toujours des doublés à l'extérieur. Mais si, j'en avais mis deux à Dortmund, et là, j'en ai remis deux à Mayence. Et je ne marque jamais à domicile. Mais oui, c'est moi, Super-Coréen. »

Igiebor

Igiebor

Il aura du mal à oublier son premier but en LIga. Le Nigérian a égalisé à la toute dernière minute lors du derby contre Séville, alors que son équipe était menée 3-0 à la 33e minute de jeu. On parle là d'un joueur dont le parcours est : Nigeria-Norvège-Israël-Espagne.

Grégorini

Grégorini

Si Nancy a pu repartir d'Ajaccio avec un point, il le doit à son poteau, mais surtout à son gardien. À 34 ans, le portier a prouvé qu'il avait toujours « de beaux restes » . Sérieusement, quelles parades de dingue il nous a sorties !

Mandanda

Mandanda

Monstrueux. Tout simplement. Le portier a été héroïque face au LOSC, a tout sorti et a arraché le point du nul quasiment à lui seul. Avec un Steve de ce niveau-là, c'est sûr, Marseille peut aller chercher la qualification en C1. Énorme.

Krivstov

Krivstov

Face au Zorya Louhansk, le Shakhtar a bien cru qu'il allait devoir se contenter d'un 0-0 tout nul. Et puis, le petit Krivtsov est venu inscrire son premier but avec le Shakhtar, à dix minutes du terme. Derrière, ses potes ont fini le taf, pour un 3-0 final. À six journées de la fin, le Shakhtar compte 17 points d'avance. Eh non, pas encore champions !

Boateng

Boateng

Entré en cours de jeu face à la Juventus, mercredi, le frère Boateng était titulaire contre Nuremberg. Résultat : un but dès la 5e minute, et une passe décisive dix minutes plus tard pour Mario Gómez. Voilà qui va ajouter quelques doutes dans la tête de Jupp Heynckes quant à la charnière centrale à aligner face au Barça.

Britos

Britos

Ce n'était pas Milan-Naples, c'était Pazzini-Britos. Pendant 94 minutes, les deux joueurs se sont cherchés, se sont tiré le maillot, se sont mis des petits coups. Score final : 1-1. Comprendre : un carton jaune chacun.

Trémoulinas

Trémoulinas

Du grand Trémoulinas, ça fait plaisir. Sur son côté gauche, le Français a été insaisissable, et a offert un doublé de passes décisives à Plašil et Saivet. Et franchement, offrir un but à Henri Saivet, ce n'est tout de même pas donné à tout le monde.

Błaszczykowski

Błaszczykowski

À côté de la plaque contre Málaga, Kuba s'est totalement ressaisi face à Greuther Fürth, transporté par l'euphorie ambiante du reste de son équipe. Et maintenant, la même prestation face au Real Madrid, s'il vous plaît.

Sessègnon

Sessègnon

Il est là, l'effet Di Canio. Sunderland a marché sur Newcastle lors du derby, avec un Sessègnon des grands jours, auteur d'un but et d'une passe dé. C'est qu'il serait presque en feu depuis quelques semaines, le Stéphane.

Flamini

Flamini

Le match complet par excellence. Un but, beaucoup d'envie, une grosse débauche d'énergie, un coup de folie, un tacle affreux, un carton rouge, une standing-ovation de San Siro. Bravo.

Valerón

Valerón

Pour la Supercoupe d'Espagne en 2000 et 2002, il était là. Pour la Copa del Rey 2002, il était là. Pour le match mythique face au Milan AC, il était là. En deuxième division, il était là. Ce week-end, pour la victoire 4-0 du Depor face à Levante, il était encore là. Une quatrième victoire consécutive qui permet au Depor de sortir de la zone de relégation. Porte-étendard.

Muriel

Muriel

Il est chaud, le Colombien. Pendant que Falcao en plante deux contre Grenade, lui en met deux aussi contre Parme. Courses, dribbles, feintes, frappes, ce type-là a tout et pourrait bien être l'une des grandes attractions du prochain mercato. Et de la prochaine Coupe du monde.

Agüero

Agüero

Après son but exceptionnel contre Manchester United, le Kun envoie City en finale de FA Cup. Slalom ? Frappe de mule ? Tu parles. Faites un vœu, mesdames et messieurs : le gendre de Diego a marqué de la tête. Tel Messi un soir de mai 2009...

Mandanda (Marseille) Monstrueux. Tout simplement. Le portier a été héroïque face au LOSC, a tout sorti et a arraché le point du nul quasiment à lui seul. Avec un Steve de ce niveau-là, c'est sûr, Marseille peut aller chercher la qualification en C1. Énorme.

Krivstov (Shakhtar Donetsk) Face au Zorya Louhansk, le Shakhtar a bien cru qu'il allait devoir se contenter d'un 0-0 tout nul. Et puis, le petit Krivtsov est venu inscrire son premier but avec le Shakhtar, à dix minutes du terme. Derrière, ses potes ont fini le taf, pour un 3-0 final. À six journées de la fin, le Shakhtar compte 17 points d'avance. Eh non, pas encore champions !

Boateng (Bayern Munich) Entré en cours de jeu face à la Juventus, mercredi, le frère Boateng était titulaire contre Nuremberg. Résultat : un but dès la 5e minute, et une passe décisive dix minutes plus tard pour Mario Gómez. Voilà qui va ajouter quelques doutes dans la tête de Jupp Heynckes quant à la charnière centrale à aligner face au Barça.

Britos (Napoli) Ce n'était pas Milan-Naples, c'était Pazzini-Britos. Pendant 94 minutes, les deux joueurs se sont cherchés, se sont tiré le maillot, se sont mis des petits coups. Score final : 1-1. Comprendre : un carton jaune chacun.

Trémoulinas (Bordeaux) Du grand Trémoulinas, ça fait plaisir. Sur son côté gauche, le Français a été insaisissable, et a offert un doublé de passes décisives à Plašil et Saivet. Et franchement, offrir un but à Henri Saivet, ce n'est tout de même pas donné à tout le monde.

Błaszczykowski (Borussia Dortmund) À côté de la plaque contre Málaga, Kuba s'est totalement ressaisi face à Greuther Fürth, transporté par l'euphorie ambiante du reste de son équipe. Et maintenant, la même prestation face au Real Madrid, s'il vous plaît.

Sessègnon (Sunderland) : Il est là, l'effet Di Canio. Sunderland a marché sur Newcastle lors du derby, avec un Sessègnon des grands jours, auteur d'un but et d'une passe dé. C'est qu'il serait presque en feu depuis quelques semaines, le Stéphane.

Flamini (Milan AC) Le match complet par excellence. Un but, beaucoup d'envie, une grosse débauche d'énergie, un coup de folie, un tacle affreux, un carton rouge, une standing-ovation de San Siro. Bravo.

Valerón (Deportivo La Corogne) Pour la Supercoupe d'Espagne en 2000 et 2002, il était là. Pour la Copa del Rey 2002, il était là. Pour le match mythique face au Milan AC, il était là. En deuxième division, il était là. Ce week-end, pour la victoire 4-0 du Depor face à Levante, il était encore là. Une quatrième victoire consécutive qui permet au Depor de sortir de la zone de relégation. Porte-étendard.

Muriel (Udinese) : Il est chaud, le Colombien. Pendant que Falcao en plante deux contre Grenade, lui en met deux aussi contre Parme. Courses, dribbles, feintes, frappes, ce type-là a tout et pourrait bien être l'une des grandes attractions du prochain mercato. Et de la prochaine Coupe du monde.

Agüero (Manchester City) Après son but exceptionnel contre Manchester United, le Kun envoie City en finale de FA Cup. Slalom ? Frappe de mule ? Tu parles. Faites un vœu, mesdames et messieurs : le gendre de Diego a marqué de la tête. Tel Messi un soir de mai 2009...

Remplaçants :

Altidore (AZ Alkmaar) Après 37 minutes, l'Américain avait déjà gagné le match à lui seul avec un triplé express. Un succès qui va permettre à Alkmaar de prendre une grande bouffée d'oxygène. 21 buts pour lui cette saison. Et si, en fait, il n'était pas si nul ?

Matuidi (PSG) Le but de Blaise à Troyes = encore un bout de titre dans la besace pour le PSG. Et avec Blaise au Camp Nou, ça aurait donné quoi ?

Toprak (Bayer Leverkusen) Mener 2-0 face à un concurrent direct dans la course à la C1. Puis mener 2-1. Puis se faire exclure à quelques minutes du terme à cause d'une superbe simulation de l'attaquant adverse et ainsi provoquer un pénalty totalement imaginaire. Puis faire 2-2 alors que l'on menait 2-0. La lose.

Heung-Min Son (Hambourg) « Vous me reconnaissez ? Mais si, c'est moi. C'est moi, le mec qui marque toujours des doublés à l'extérieur. Mais si, j'en avais mis deux à Dortmund, et là, j'en ai remis deux à Mayence. Et je ne marque jamais à domicile. Mais oui, c'est moi, Super-Coréen. »

Igiebor (Bétis Séville) Il aura du mal à oublier son premier but en LIga. Le Nigérian a égalisé à la toute dernière minute lors du derby contre Séville, alors que son équipe était menée 3-0 à la 33e minute de jeu. On parle là d'un joueur dont le parcours est : Nigeria-Norvège-Israël-Espagne.

Grégorini (Nancy) Si Nancy a pu repartir d'Ajaccio avec un point, il le doit à son poteau, mais surtout à son gardien. À 34 ans, le portier a prouvé qu'il avait toujours « de beaux restes » . Sérieusement, quelles parades de dingue il nous a sorties !



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 8 heures Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
il y a 5 heures Neymar lance son propre jeu de foot 19 il y a 8 heures La statue de Falcao 28 il y a 8 heures Un Ballon d'or créé pour les femmes 42
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom
il y a 12 heures Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5