Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options

L'équipe-type du dimanche

Quoiqu’en pense Canal, il n’y a pas eu que le Clasico ce week-end. Il s’est également passé de très belles choses en Italie, en Angleterre, en Allemagne et même en Hollande, où un mec a marqué plus de buts que Gomis contre Zagreb. Si si.

Modififié
Sur le banc
Ruben
Castro

Ruben Castro

Dans la famille Solksjaer, je voudrais le cousin espagnol. Ruben Castro a fait encore mieux que le Norvégien : face à Valence, il a égalisé à la 91ème minute, et a donné la victoire à son équipe à la 93ème. Certains ont des statues pour moins que ça.

Mario
Gomez

Mario Gomez

Il paraît qu’il n’a pas de dégaine, qu’il n’est pas beau à voir jouer, qu’il « joue crade » . Peut-être. En attendant, il en est à 15 buts en 15 matches. Son doublé, hier, permet au Bayern de reprendre son envol en tête de la Bundesliga. Et si le Pento, ce n’est pas la classe…

Cristiano
Ronaldo

Cristiano Ronaldo

Aujourd’hui, il ne mérite que ça : cirer le banc.

Kadir

Kadir

Il ne remporte pas le classement des « beaux gosses » organisé par Têtu. En revanche, il est, depuis hier soir, le nouveau chouchou du Parc des Princes. Comme tous ceux qui fileront un coup de pouce au projet qatari.

Van
Persie

Van Persie

Aucune équipe, cette année, n’est aussi dépendante d’un joueur qu’Arsenal de Van Persie. Monstrueux, il a encore offert les siens hier, d’une reprise de volée toute simplement somptueuse.

Anelka

Anelka

Après 16 saisons passées aux quatre coins de l’Europe (France, Angleterre, Esapgne, Turquie), il s’offre un dernier challenge. Directement la Chine, un pays où on lui conseille fortement de ne pas trop insulter ses entraîneurs. Hǎo yùn.

Valdes

Valdes

Si le Barça avait perdu ce match, le portier aurait peut-être reçu quelques menaces de mort dans les prochains jours. Heureusement, le Barça a gagné. Alors il ne recevra que quelques vannes.

Callsen-Bracker

Callsen-Bracker

Le 15 octobre dernier, l’ami Jan-Ingwer avait offert à Augsbourg, avec un but décisif à la 88ème minute, le premier succès de son histoire en Bundesliga. Samedi, il a récidivé, en scorant le seul but du match face à Mönchengladbach, son ancienne équipe. Et pour la première fois de la saison, son club n’est plus lanterne rouge. Un homme qui pèse.

Puyol

Puyol

Le capitaine-symbole. Ses poings serrés à la fin du Clasico valent plus que n’importe quelle analyse. Quand « captain Pupu » est là, le navire Barça est insubmersible. La preuve ? La dernière défaite catalane avec Puyol sur la pelouse remonte au 20 avril 2010. C’était contre l’Inter de Mourinho.

Centurioni

Centurioni

Un mec qui s’appelle Centurion, et qui est défenseur, c’est presque une lapalissade. Hier, le légionnaire a totalement annihilé Edinson Cavani, à tel point que le coach napolitain a fait sortir son buteur uruguayen. Si Novara prend un point face à Naples, il le lui doit en grande partie. Avé.

Onyewu

Onyewu

Le géant américain explose enfin, depuis son arrivée au Portugal. Banni par le Milan AC, il a, samedi soir, annihilé tous ses adversaires, et s’est même permis d’inscrire le but de la victoire pour le Sporting. Et mercredi soir, il va devoir s’occuper de Cissé et Klose.

Mandjeck

Mandjeck

Frédéric Antonetti, son coach, glisse quelques mots doux à son égard après une grosse faute : « Mais comment voulez-vous finir dans les trois premiers avec des joueurs comme ça ? Ca c’est des bons joueurs ? » . Puis Mandjeck sort, et file aux vestiaires. « Et en plus, il n’est pas content  » . Besoin d’un conseiller conjugal pour apaiser les tensions ...

Iniesta

Iniesta

Fabio Coentrao se souviendra toute sa vie de ce match. C'est celui où il est devenu l'esclave sexuel d'un enfant-lune.

Seedorf

Seedorf

Le Hollandais, promu capitaine du Milan AC, a fait son match. Après avoir inscrit un but splendide (pan, dans la lucarne), le voilà qui contrôle un ballon dans la main dans sa surface. L’arbitre ne bronche pas. Et lui, serein, va expliquer à ses adversaires qu’il l’a prise de l’épaule. Clarence, on est en 2011, il y a des ralentis.

Nani

Nani

L’élimination en Ligue des Champions a fait beaucoup de mal. Alors, Nani a pris ses responsabilités, a inscrit deux buts, et a remis les Red Devils sur les bons rails, avec la complicité de Wayne Rooney. Au moins un Portugais dribbleur qui n’a pas raté son week-end.

Dost

Dost

Bas Dost n’est pas emmerdé. Son équipe de Heerenveen gagne 5-0 ? Bah lui, il marque le premier but. Le deuxième. Le troisième aussi. Et puis le quatrième. Et comme il ne veut pas que l’on dise : « il a fait aussi bien que Gomis » , il claque même le cinquième. Totalitariste.

Klose

Klose

Le jour où la Lazio réalise peut-être son pire match de la saison, l’Allemand prend les choses en mains, inscrit deux buts (dont un à trois minutes du terme) et réussit même l’exploit d’offrir une passe décisive à Lorik Cana. Oui : pas à Cissé. A Lorik Cana.

Valdes (FC Barcelone) Si le Barça avait perdu ce match, le portier aurait peut-être reçu quelques menaces de mort dans les prochains jours. Heureusement, le Barça a gagné. Alors il ne recevra que quelques vannes.

Callsen-Bracker (Augsbourg) Le 15 octobre dernier, l’ami Jan-Ingwer avait offert à Augsbourg, avec un but décisif à la 88ème minute, le premier succès de son histoire en Bundesliga. Samedi, il a récidivé, en scorant le seul but du match face à Mönchengladbach, son ancienne équipe. Et pour la première fois de la saison, son club n’est plus lanterne rouge. Un homme qui pèse.

Puyol (FC Barcelone) Le capitaine-symbole. Ses poings serrés à la fin du Clasico valent plus que n’importe quelle analyse. Quand « captain Pupu » est là, le navire Barça est insubmersible. La preuve ? La dernière défaite catalane avec Puyol sur la pelouse remonte au 20 avril 2010. C’était contre l’Inter de Mourinho.

Centurioni (Novara) : Un mec qui s’appelle Centurion, et qui est défenseur, c’est presque une lapalissade. Hier, le légionnaire a totalement annihilé Edinson Cavani, à tel point que le coach napolitain a fait sortir son buteur uruguayen. Si Novara prend un point face à Naples, il le lui doit en grande partie. Avé.

Onyewu (Sporting) Le géant américain explose enfin, depuis son arrivée au Portugal. Banni par le Milan AC, il a, samedi soir, annihilé tous ses adversaires, et s’est même permis d’inscrire le but de la victoire pour le Sporting. Et mercredi soir, il va devoir s’occuper de Cissé et Klose.

Mandjeck (Rennes) Frédéric Antonetti, son coach, glisse quelques mots doux à son égard après une grosse faute : « Mais comment voulez-vous finir dans les trois premiers avec des joueurs comme ça ? Ca c’est des bons joueurs ? » . Puis Mandjeck sort, et file aux vestiaires. « Et en plus, il n’est pas content  » . Besoin d’un conseiller conjugal pour apaiser les tensions ?

Iniesta (FC Barcelone) Fabio Coentrao se souviendra toute sa vie de ce match. C'est celui où il est devenu l'esclave sexuel d'un enfant-lune.

Seedorf (Milan AC) Le Hollandais, promu capitaine du Milan AC, a fait son match. Après avoir inscrit un but splendide (pan, dans la lucarne), le voilà qui contrôle un ballon dans la main dans sa surface. L’arbitre ne bronche pas. Et lui, serein, va expliquer à ses adversaires qu’il l’a prise de l’épaule. Clarence, on est en 2011, il y a des ralentis.

Nani (Manchester United) L’élimination en Ligue des Champions a fait beaucoup de mal. Alors, Nani a pris ses responsabilités, a inscrit deux buts, et a remis les Red Devils sur les bons rails, avec la complicité de Wayne Rooney. Au moins un Portugais dribbleur qui n’a pas raté son week-end.

Dost (Heerenveen) Bas Dost n’est pas emmerdé. Son équipe de Heerenveen gagne 5-0 ? Bah lui, il marque le premier but. Le deuxième. Le troisième aussi. Et puis le quatrième. Et comme il ne veut pas que l’on dise : « il a fait aussi bien que Gomis » , il claque même le cinquième. Totalitariste.

Klose (Lazio Rome) Le jour où la Lazio réalise peut-être son pire match de la saison, l’Allemand prend les choses en mains, inscrit deux buts (dont un à trois minutes du terme) et réussit même l’exploit d’offrir une passe décisive à Lorik Cana. Oui : pas à Cissé. A Lorik Cana.

Ruben Castro (Bétis Séville) Dans la famille Solksjaer, je voudrais le cousin espagnol. Ruben Castro a fait encore mieux que le Norvégien : face à Valence, il a égalisé à la 91ème minute, et a donné la victoire à son équipe à la 93ème. Certains ont des statues pour moins que ça.

Mario Gomez (Bayern Munich) Il paraît qu’il n’a pas de dégaine, qu’il n’est pas beau à voir jouer, qu’il « joue crade » . Peut-être. En attendant, il en est à 15 buts en 15 matches. Son doublé, hier, permet au Bayern de reprendre son envol en tête de la Bundesliga. Et si le Pento, ce n’est pas la classe…

Cristiano Ronaldo (Real Madrid) : Aujourd’hui, il ne mérite que ça : cirer le banc.

Kadir (Valenciennes) Il ne remporte pas le classement des « beaux gosses » organisé par Têtu. En revanche, il est, depuis hier soir, le nouveau chouchou du Parc des Princes. Comme tous ceux qui fileront un coup de pouce au projet qatari.

Van Persie (Arsenal) Aucune équipe, cette année, n’est aussi dépendante d’un joueur qu’Arsenal de Van Persie. Monstrueux, il a encore offert les siens hier, d’une reprise de volée toute simplement somptueuse.

Anelka (Shanghai Shenhua) Après 16 saisons passées aux quatre coins de l’Europe (France, Angleterre, Esapgne, Turquie), il s’offre un dernier challenge. Directement la Chine, un pays où on lui conseille fortement de ne pas trop insulter ses entraîneurs. Hǎo yùn.

Mourinho (Real Madrid) Try again, Mou.



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:11 Premier League : le mercato estival fermera encore plus tôt 4 Hier à 14:25 Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 29

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 11:53 Le but pas vraiment fair-play d'une joueuse ouzbèke 30 Hier à 11:20 Christian Vieri derrière les platines 24