Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // Bilan
  2. //
  3. // Liga 2013/2014

L'équipe type des révélations de Liga 2013/14

L'Espagne, c'est la culture du 4-3-3. Surtout, c'est une source inépuisable de nouveaux talents. 38 journées après ses débuts, voici donc l'équipe type des révélations de cette Liga. Un onze tout en toucher, forcément.

Modififié
Keylor
Navas

Keylor Navas

Il aurait pu jouer dans la saison 3 de Prison Break. Tranquille sur son île de Porto Rico, Keylor Navas a finalement décidé de traverser l'océan il y a de ça quatre ans. À l'époque, l'Espagne du football le cataloguait comme un joueur exotique au blase low-cost. Depuis, le portier a fait ses débuts en Liga et en est devenu une valeur plus que sûre. Cette saison, il truste le classement des parades ...

Dani
Carvajal

Dani Carvajal

Petit taureau a été ramené par les cornes, et cavale comme un goret sur son côté. Revenu de Leverkusen en tant que doublure d'Arbeloa, le Canterano est la fierté du Bernabéu. Insatiable contre-attaquant, costaud défensivement, il vient même de se taper l'incruste dans la liste des 30 de Del Bosque. Le nouveau Salgado.

Aymeric
Laporte

Aymeric Laporte

Les supporters basques ne lui en tiennent pas rigueur. Seul étranger du onze de Valverde, l'Agenais de 19 ans a progressé dans tous les domaines. Relance, physique, lecture du jeu, il aguiche même la direction barcelonaise. D'un indépendantisme à un autre, il n'y a que 36 millions d'euros.

Mateo
Musacchio

Mateo Musacchio

Tata Martino en avait fait l'une de ses priorités, Zubi n'en a pas voulu. Dommage, car le grand gaillard argentin est une tour de contrôle précieuse. Ses taquets bien sentis le sont tout autant. Une moussaka de bonne facture.

Alberto
Moreno

Alberto Moreno

Une tête de gitan, des tatouages de brigand, un vrai Sévillan. Toujours prompt à aller de l'avant, Alberto doit encore progresser sur son placement défensif. Mais à 21 piges, l'avenir lui appartient.

Ander
Iturraspe

Ander Iturraspe

Un coton-tige dont le coiffeur est en grève. Ce défaut capillaire mis à part, Ander est un travailleur infatigable du milieu de terrain. Vincent du Bois l'a récompensé par une convocation méritée. La fameuse fierté basque.

Koke

Koke

Le lascard n'est plus une révélation, mais il a touché la consécration. Capitaine de ce onze, il a écœuré la Liga de ses courses, de ses caviars et de son envie. Moins un pour ce vilain gel Vivel Dop.

Rafinha

Rafinha

Le meilleur Barcelonais de l'année. Dommage, il était en prêt. Sous les ordres de Luis Enrique, Rafinha a prouvé qu'il n'était pas qu'un vulgaire frère de. Boule de nerfs du milieu de Vigo, l'Hispano-Brésilien explose hyper rapidement vers l'avant.

José
Carlos

José Carlos

Le Rayo, c'est un football d'un autre temps. Un football anarchique, toujours porté vers l'avant, qui ne réfléchit pas. Et qu'importe si José Carlos, blessé durant six mois, n'a joué que trois matchs cette saison, il est l'étendard des gars de Vallecas. Pourquoi ? Pour ça :

Ibai
Gómez

Ibai Gómez

Premier ballon, reprise de volée de l'exter, petit filet, GOLAZO. Une action face au Real Madrid qui symbolise la qualité d'Ibai (8 buts au compteur cette saison) et de cet Athletic :

Francisco
Rodriguez

Francisco Rodriguez

« Si Francisco est heureux, nous serons tous heureux. » Ces palabres du père Justo de la paroisse d'Almería ont porté leurs fruits, car l'enfant du pays a réussi son pari. Alors qu'on lui prédisait l'ascenseur, le plus jeune entraîneur d'Espagne a décroché son maintien à la dernière journée. Avec l'effectif à sa disposition, l'exploit est ...

Keylor Navas (Levante/27 ans) :Il aurait pu jouer dans la saison 3 de Prison Break. Tranquille sur son île de Porto Rico, Keylor Navas a finalement décidé de traverser l'océan il y a de ça quatre ans. À l'époque, l'Espagne du football le cataloguait comme un joueur exotique au blase low-cost. Depuis, le portier a fait ses débuts en Liga et en est devenu une valeur plus que sûre. Cette saison, il truste le classement des parades (267).

Dani Carvajal (Real Madrid/22 ans) : Petit taureau a été ramené par les cornes, et cavale comme un goret sur son côté. Revenu de Leverkusen en tant que doublure d'Arbeloa, le Canterano est la fierté du Bernabéu. Insatiable contre-attaquant, costaud défensivement, il vient même de se taper l'incruste dans la liste des 30 de Del Bosque. Le nouveau Salgado.

Aymeric Laporte (Athletic Bilbao/19 ans) : Les supporters basques ne lui en tiennent pas rigueur. Seul étranger du onze de Valverde, l'Agenais de 19 ans a progressé dans tous les domaines. Relance, physique, lecture du jeu, il aguiche même la direction barcelonaise. D'un indépendantisme à un autre, il n'y a que 36 millions d'euros.

Mateo Musacchio (Villarreal/23 ans) : Tata Martino en avait fait l'une de ses priorités, Zubi n'en a pas voulu. Dommage, car le grand gaillard argentin est une tour de contrôle précieuse. Ses taquets bien sentis le sont tout autant. Une moussaka de bonne facture.

Alberto Moreno (FC Séville/21 ans) : Une tête de gitan, des tatouages de brigand, un vrai Sévillan. Toujours prompt à aller de l'avant, Alberto doit encore progresser sur son placement défensif. Mais à 21 piges, l'avenir lui appartient.

Ander Iturraspe (Athletic Bilbao/25 ans) : Un coton-tige dont le coiffeur est en grève. Ce défaut capillaire mis à part, Ander est un travailleur infatigable du milieu de terrain. Vincent du Bois l'a récompensé par une convocation méritée. La fameuse fierté basque.

Koke (Atlético de Madrid/22 ans) : Le lascard n'est plus une révélation, mais il a touché la consécration. Capitaine de ce onze, il a écœuré la Liga de ses courses, de ses caviars et de son envie. Moins un pour ce vilain gel Vivel Dop.

Rafinha (Celta Vigo/21 ans) : Le meilleur Barcelonais de l'année. Dommage, il était en prêt. Sous les ordres de Luis Enrique, Rafinha a prouvé qu'il n'était pas qu'un vulgaire frère de. Boule de nerfs du milieu de Vigo, l'Hispano-Brésilien explose hyper rapidement vers l'avant.

José Carlos (Rayo Vallecano/26 ans) : Le Rayo, c'est un football d'un autre temps. Un football anarchique, toujours porté vers l'avant, qui ne réfléchit pas. Et qu'importe si José Carlos, blessé durant six mois, n'a joué que trois matchs cette saison, il est l'étendard des gars de Vallecas. Pourquoi ? Pour ça :

Vidéo

Ibai Gómez (Athletic Bilbao/24 ans) : Premier ballon, reprise de volée de l'exter, petit filet, GOLAZO. Une action face au Real Madrid qui symbolise la qualité d'Ibai (8 buts au compteur cette saison) et de cet Athletic :

Vidéo
Paco Alcácer (FC Valence/20 ans) : Le rayon de soleil de la saison plus que pourrie des Chés. Rapide, vif et petit, Paco a été mis en confiance par Pizzi. Ne cherchez plus, la lignée des Villa, Silva et Mata est assurée. Ne reste plus qu'à y aller Paco à Paco.Entraîneur :

Francisco Rodriguez (Almería/35 ans) : « Si Francisco est heureux, nous serons tous heureux. » Ces palabres du père Justo de la paroisse d'Almería ont porté leurs fruits, car l'enfant du pays a réussi son pari. Alors qu'on lui prédisait l'ascenseur, le plus jeune entraîneur d'Espagne a décroché son maintien à la dernière journée. Avec l'effectif à sa disposition, l'exploit est divin.



Par Robin Delorme, en Espagne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico il y a 13 heures DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
il y a 5 heures La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 7 il y a 8 heures Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 15
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE