Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Quarts
  3. //

L'équipe type des quarts de finale

Le révolutionnaire Roberto Martínez, le colosse Harry Maguire, le facteur X Paul Pogba et la dynamite Denis Cheryshev. Voici l'équipe type des quarts de finale, composée de nombreux vainqueurs.

Modififié
Sur le banc
Roberto Martínez
Roberto
Martínez

Roberto Martínez

Le Brésil n'avait plus perdu en match officiel depuis le 9 juin 2017. Oui, cela faisait 391 jours d'invincibilité. Et qui est venu mettre un gros coup de pied dans la fourmilière ? On vous laisse deviner.

Hugo Lloris
Hugo
Lloris

Hugo Lloris

À ce qu'il paraît, Lloris n'avait pas l'étoffe d'un capitaine. À ce qu'il paraît, ses arrêts déterminants n'étaient plus au rendez-vous. Une parade décisive sur Paolo Guerrero plus tard, Lloris fêtait sa centième sélection lors d'un Mondial. Et deux capes plus tard, le voilà en demi-finales d'une Coupe du monde grâce à une prestation dont Fernando Muslera rêve ...

Thomas Meunier
Thomas
Meunier

Thomas Meunier

Le Parisien savait que son principal boulot dans ce choc serait de contrer l'animal Neymar. Mission accomplie avec, en prime, le luxe d'assister aux premières loges à chaque but belge sans y prendre part pour autant. Seule ombre au tableau : son carton jaune, qui le prive de demi-finales contre les Bleus. Encore un coup du sort en faveur de Deschamps ?

Mário Fernandes
Mário
Fernandes

Mário Fernandes

La touche folle de cette équipe. De l'essence à l'infini dans son moteur, une délivrance nationale grâce à son égalisation au bout de suspense qui emmène tout le monde aux tirs au but. Et puis cette mine tout en puissance à côté. Au bout du suspense, il y avait donc vraiment du sang brésilien dans ce joueur.

Antoine Griezmann
Antoine
Griezmann

Antoine Griezmann

Une passe décisive et un but supplémentaire. Antoine Griezmann avance dans l'ombre et sans célébrer ses buts contre son « deuxième pays » , mais il avance. Et c'est bien le plus important.

Fedor Smolov
Fedor
Smolov

Fedor Smolov

Laissons-lui le droit de se cacher sur le banc de touche, pour que Vladimir Poutine ne le lui arrache pas les yeux en personne. Cette panenka foirée, bordel...

Thibaut Courtois
Thibaut
Courtois

Thibaut Courtois

Il y a quatre ans, il était à une poignée de secondes de remporter sa première Ligue des champions avec l'Atlético de Madrid. Quatre ans plus tard, le voilà à deux matchs de remporter la Coupe du monde. Grâce à sept arrêts déterminants face au Brésil, dont une ultime claquette face à Neymar, le portier des Diables rouges démontre qu'il est prêt à soulever un Mondial. Et pour cause : Sergio Ramos est ...

Kieran Trippier
Kieran
Trippier

Kieran Trippier

Un travail défensif irréprochable, une endurance exceptionnelle et un danger permanent au moment d'amener le surnombre sur son côté, le tout à 27 ans. Et si l'Angleterre détenait le meilleur arrière droit de la planète ?

Raphaël Varane
Raphaël
Varane

Raphaël Varane

« Raph' m'avait demandé de faire une feinte et de la mettre au point de penalty. Il se place, je fais la feinte, je la mets où il faut et lui la coupe parfaitement bien. » Si les paroles d'Antoine Griezmann se boivent comme du petit lait, les actes de Raphaël Varane donnent le ton d'un taulier en pleine prise de confiance. José Luis Giménez avait fait la même chose contre l'Égypte ? Il pourra essuyer ses larmes dans l'avion vers ...

Harry Maguire
Harry
Maguire

Harry Maguire

Un tweet de 2016 sur une prise de tête avec une supposée lampe de bureau avait tourné pendant un moment, avant de se rendre compte qu'il s'agissait d'un fake. Mais l'essentiel n'est pas là : avec son numéro de patron, le défenseur central de Leicester City vient de faire comprendre à la Suède que la plus grosse armoire sur la pelouse, c'était lui et personne d'autre.

Domagoj Vida
Domagoj
Vida

Domagoj Vida

Premier buteur de la Coupe du monde 2018 dans la prolongation, sa tête victorieuse ne vaut peut-être pas encore de l'or, mais elle permet grandement à la Croatie de se mettre en route vers le top 4 mondial. Et puis de toute façon, son faciès de tueur laisse peu de place au doute au moment de le placer parmi les meilleurs.

Kevin De Bruyne
Kevin De
Bruyne

Kevin De Bruyne

Lâcher les chevaux, une expression que la petite perle de Tronchiennes avait bien en tête au moment d'utiliser son coup du pied droit pour enfoncer le clou face au Brésil. Sa frappe pure était d'ailleurs bien lisible sur le visage de Tite, marqué après coup. Au fer rouge, bien entendu.

Paul Pogba
Paul
Pogba

Paul Pogba

Un brin de chance contre l'Australie, une récupération déterminante contre le Pérou, de la créativité contre l'Argentine, et puis ce match fou furieux contre l'Uruguay au niveau des interventions : quatorze duels remportés, du jamais-vu depuis 1998 et la prestation de Bixente Lizarazu contre la Croatie. Alors, toujours sceptique ?

N'Golo Kanté
N'Golo
Kanté

N'Golo Kanté

Impossible de l'enlever de ce onze de départ, tant l'équilibre collectif serait perturbé malgré toutes les autres stars de cette équipe. Encore un match de givré contre l'Uruguay, et bientôt une statue à son nom du côté de Caen. Mais rassurez-vous, N'Golo sera encore là pour vous dire qu'il est juste « un joueur parmi les autres » .

Denis Cheryshev
Denis
Cheryshev

Denis Cheryshev

Sa sortie du terrain à la 67e minute était un crève-cœur monumental. À quel moment peut-on décider de remplacer l'auteur du plus beau but de la compétition le soir de son chef-d’œuvre ? Sans son génie, la Russie courait à sa perte... Quatrième but dans la compétition pour le feu follet de Villarreal, dont la valeur marchande aura sans doute quadruplé grâce à ce ...

Romelu Lukaku
Romelu
Lukaku

Romelu Lukaku

Non, il n'est pas nécessaire de marquer pour faire un gros match en attaque. Lancé comme un missile sur le deuxième but belge, le buteur de Manchester United a mis la paire Thiago Silva-Miranda dans sa poche afin de les offrir à sa famille en poupées russes pour Noël. En même temps, quand tu possèdes un mentor comme Thierry Henry, difficile de ne pas faire peur au ...

Andrej Kramarić
Andrej
Kramarić

Andrej Kramarić

Tout compte fait, la réaction puérile de Nikola Kalinić sur son banc de touche était sans doute la meilleure chose qui puisse arriver à la Croatie. À sa place, Andrej Kramarić avait déjà pris la pointe de l'attaque pour empoisonner toutes les défenses qui s'opposent à lui.

Gardien

Thibaut Courtois (Belgique)Il y a quatre ans, il était à une poignée de secondes de remporter sa première Ligue des champions avec l'Atlético de Madrid. Quatre ans plus tard, le voilà à deux matchs de remporter la Coupe du monde. Grâce à sept arrêts déterminants face au Brésil, dont une ultime claquette face à Neymar, le portier des Diables rouges démontre qu'il est prêt à soulever un Mondial. Et pour cause : Sergio Ramos est éliminé.


Défenseurs

Kieran Trippier (Angleterre)Un travail défensif irréprochable, une endurance exceptionnelle et un danger permanent au moment d'amener le surnombre sur son côté, le tout à 27 ans. Et si l'Angleterre détenait le meilleur arrière droit de la planète ?

Raphaël Varane (France) « Raph' m'avait demandé de faire une feinte et de la mettre au point de penalty. Il se place, je fais la feinte, je la mets où il faut et lui la coupe parfaitement bien. » Si les paroles d'Antoine Griezmann se boivent comme du petit lait, les actes de Raphaël Varane donnent le ton d'un taulier en pleine prise de confiance. José Luis Giménez avait fait la même chose contre l'Égypte ? Il pourra essuyer ses larmes dans l'avion vers Montevideo.

Harry Maguire (Angleterre) Un tweet de 2016 sur une prise de tête avec une supposée lampe de bureau avait tourné pendant un moment, avant de se rendre compte qu'il s'agissait d'un fake. Mais l'essentiel n'est pas là : avec son numéro de patron, le défenseur central de Leicester City vient de faire comprendre à la Suède que la plus grosse armoire sur la pelouse, c'était lui et personne d'autre.

Domagoj Vida (Croatie)Premier buteur de la Coupe du monde 2018 dans la prolongation, sa tête victorieuse ne vaut peut-être pas encore de l'or, mais elle permet grandement à la Croatie de se mettre en route vers le top 4 mondial. Et puis de toute façon, son faciès de tueur laisse peu de place au doute au moment de le placer parmi les meilleurs.


Milieux

Kevin De Bruyne (Belgique)Lâcher les chevaux, une expression que la petite perle de Tronchiennes avait bien en tête au moment d'utiliser son coup du pied droit pour enfoncer le clou face au Brésil. Sa frappe pure était d'ailleurs bien lisible sur le visage de Tite, marqué après coup. Au fer rouge, bien entendu.

Paul Pogba (France)Un brin de chance contre l'Australie, une récupération déterminante contre le Pérou, de la créativité contre l'Argentine, et puis ce match fou furieux contre l'Uruguay au niveau des interventions : quatorze duels remportés, du jamais-vu depuis 1998 et la prestation de Bixente Lizarazu contre la Croatie. Alors, toujours sceptique ?

N'Golo Kanté (France)Impossible de l'enlever de ce onze de départ, tant l'équilibre collectif serait perturbé malgré toutes les autres stars de cette équipe. Encore un match de givré contre l'Uruguay, et bientôt une statue à son nom du côté de Caen. Mais rassurez-vous, N'Golo sera encore là pour vous dire qu'il est juste « un joueur parmi les autres » .

Denis Cheryshev (Russie)Sa sortie du terrain à la 67e minute était un crève-cœur monumental. À quel moment peut-on décider de remplacer l'auteur du plus beau but de la compétition le soir de son chef-d’œuvre ? Sans son génie, la Russie courait à sa perte... Quatrième but dans la compétition pour le feu follet de Villarreal, dont la valeur marchande aura sans doute quadruplé grâce à ce tournoi.


Attaquants

Romelu Lukaku (Belgique)Non, il n'est pas nécessaire de marquer pour faire un gros match en attaque. Lancé comme un missile sur le deuxième but belge, le buteur de Manchester United a mis la paire Thiago Silva-Miranda dans sa poche afin de les offrir à sa famille en poupées russes pour Noël. En même temps, quand tu possèdes un mentor comme Thierry Henry, difficile de ne pas faire peur au Brésil...

Andrej Kramarić (Croatie)Tout compte fait, la réaction puérile de Nikola Kalinić sur son banc de touche était sans doute la meilleure chose qui puisse arriver à la Croatie. À sa place, Andrej Kramarić avait déjà pris la pointe de l'attaque pour empoisonner toutes les défenses qui s'opposent à lui.


Remplaçants

Roberto Martínez (Belgique)Le Brésil n'avait plus perdu en match officiel depuis le 9 juin 2017. Oui, cela faisait 391 jours d'invincibilité. Et qui est venu mettre un gros coup de pied dans la fourmilière ? On vous laisse deviner.

Hugo Lloris (France)À ce qu'il paraît, Lloris n'avait pas l'étoffe d'un capitaine. À ce qu'il paraît, ses arrêts déterminants n'étaient plus au rendez-vous. Une parade décisive sur Paolo Guerrero plus tard, Lloris fêtait sa centième sélection lors d'un Mondial. Et deux capes plus tard, le voilà en demi-finales d'une Coupe du monde grâce à une prestation dont Fernando Muslera rêve encore.

Thomas Meunier (Belgique)Le Parisien savait que son principal boulot dans ce choc serait de contrer l'animal Neymar. Mission accomplie avec, en prime, le luxe d'assister aux premières loges à chaque but belge sans y prendre part pour autant. Seule ombre au tableau : son carton jaune, qui le prive de demi-finales contre les Bleus. Encore un coup du sort en faveur de Deschamps ?

Mário Fernandes (Russie)La touche folle de cette équipe. De l'essence à l'infini dans son moteur, une délivrance nationale grâce à son égalisation au bout de suspense qui emmène tout le monde aux tirs au but. Et puis cette mine tout en puissance à côté. Au bout du suspense, il y avait donc vraiment du sang brésilien dans ce joueur.

Antoine Griezmann (France)Une passe décisive et un but supplémentaire. Antoine Griezmann avance dans l'ombre et sans célébrer ses buts contre son « deuxième pays » , mais il avance. Et c'est bien le plus important.

Fedor Smolov (Russie)Laissons-lui le droit de se cacher sur le banc de touche, pour que Vladimir Poutine ne le lui arrache pas les yeux en personne. Cette panenka foirée, bordel...



Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS



Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

Hier à 14:30 Le but de raccroc d'Habibou 9
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:30 Un quadruplé pour Gignac 25