Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // Ce qu'il faut retenir des dernières journées de LDN

L'équipe type de la Ligue des nations

Des équipes pas souvent reconnues à leur juste valeur, des hommes trop peu mis en lumière, des objets qui peuvent compter au moment fatidique : au moins, la Ligue des nations récompense certains héros que personne n'a l'habitude de voir.

Modififié
Sur le banc
Roberto Mancini
Roberto
Mancini

Roberto Mancini

Il n'a peut-être pas réussi à qualifier son équipe pour le Final Four, ni à ramener trois points du Portugal, mais la Nazionale commence à avoir de la gueule. Et le coach n'y est pas pour rien.

Hugo Lloris
Hugo
Lloris

Hugo Lloris

Le seul champion du monde à avoir fait honneur à son statut. Avec un record en prime.

Van Dijk
Van
Dijk

Van Dijk

Un pion dans le temps additionnel qui met ces mêmes champions en titre à la porte. Tout simplement.

Donis Avdijaj
Donis
Avdijaj

Donis Avdijaj

Petit doublé pour l'attaquant kosovar face à Malte. Et en deux minutes chrono, s'il vous plaît. Sans oublier le triplé qui va bien de son partenaire Zeneli quelques jours plus tard devant l'Azerbaïdjan.

Harry Kane
Harry
Kane

Harry Kane

« Le meilleur buteur du monde » , selon Gareth Southgate. Celui qui a donné le droit à un Final Four aux Three Lions, pour le reste des Anglais. Une passe décisive et une vingtième réalisation (en 35 sélections) face aux Croates.

Ilija Nestorovski
Ilija
Nestorovski

Ilija Nestorovski

Trois goals en deux matchs. Ou en quatre jours, c'est selon.

Rui Patrício
Rui
Patrício

Rui Patrício

Si certains se demandent encore pourquoi Anthony Lopes n'a pour l'instant jamais pu se faire une place dans les cages de la Selecção, il ne leur reste plus qu'à regarder le match de l'actuel titulaire contre l'Italie.

La gourde
La
gourde

La gourde

Elle n'a pas eu de boulot, mais elle fait déjà peur aux adversaires de l'Angleterre. Avec le nom des tireurs de penalty inscrits sur sa peau, Pickford peut compter sur sa bouteille pour qu'elle lui souffle le côté où il faut plonger.

Álvaro Morata
Álvaro
Morata

Álvaro Morata

Superbe sauvetage de la part du défenseur pour empêcher la Roja d'ouvrir le score...

Dejan Lovren
Dejan
Lovren

Dejan Lovren

« 3-2 ! Vas-y, parle maintenant mon pote. C'est une bande de putes. » Charmante façon de célébrer une victoire contre l'Espagne de Sergio Ramos. Qui lui a répondu sur les réseaux sociaux. Et qui est certainement ravi que la Croatie se soit fait attraper par l'Angleterre.

István Kovács
István
Kovács

István Kovács

L'arbitre avait-il prévu de siffler le péno donné aux visiteurs en seconde période lors de Turquie-Suède ? Oui, à en croire les propos de Marcus Berg : «  À la mi-temps, je suis allé parler à l'arbitre pour protester pour une faute dont j'avais été victime et non sifflée. Je lui ai fait part de mon point de vue et il m'a répondu : "Je vais voir les images et si je constate la faute, je vous accorderai deux penaltys en seconde période." » Résultat ...

Thorgan Hazard
Thorgan
Hazard

Thorgan Hazard

Un doublé pour lui. Sauf que quand Eden marque, c'est en général pour faire gagner son équipe. Voilà toute la différence avec le frangin.

Frenkie de Jong
Frenkie de
Jong

Frenkie de Jong

Quelle classe. Tout simplement l'un des jeunes les plus prometteurs de la planète. Normal que Pep Guardiola soit tombé amoureux.

Valentino Lazaro
Valentino
Lazaro

Valentino Lazaro

Un peu plus, et l'Irlande du Nord prenait son premier point dans la compétition. Mais non, le milieu avait envie qu'elle termine fanny. Alors, il a marqué sur penalty. À la 93e minute. Méchant garçon.

James Forrest
James
Forrest

James Forrest

Petit doublé pour l'attaquant écossais face à l'Albanie. Et en douze minutes chrono, s'il vous plaît. Sans oublier le triplé qui va bien quelques jours plus tard devant Israël.

Haris Seferović
Haris
Seferović

Haris Seferović

Le voilà, le tombeur du Plat Pays. Menant 2-0, les Belges n'ont pas vu venir Seferović et sa bande. Le premier s'est offert un triplé, la seconde une victoire de prestige.

Yura Movsisyan
Yura
Movsisyan

Yura Movsisyan

OK, ce n'était « que » Gibraltar en face. Sauf qu'un quadruplé reste un quadruplé. Les trois derniers pions ? 48e, 52e, 54e. Boom.

Gardien

Rui Patrício (Portugal) : Si certains se demandent encore pourquoi Anthony Lopes n'a pour l'instant jamais pu se faire une place dans les cages de la Selecção, il ne leur reste plus qu'à regarder le match de l'actuel titulaire contre l'Italie.


Défenseurs

La gourde (Jordan Pickford) : Elle n'a pas eu de boulot, mais elle fait déjà peur aux adversaires de l'Angleterre. Avec le nom des tireurs de penalty inscrits sur sa peau, Pickford peut compter sur sa bouteille pour qu'elle lui souffle le côté où il faut plonger.

Álvaro Morata (Espagne) : Superbe sauvetage de la part du défenseur pour empêcher la Roja d'ouvrir le score...

Dejan Lovren (Croatie) : « 3-2 ! Vas-y, parle maintenant mon pote. C'est une bande de putes. » Charmante façon de célébrer une victoire contre l'Espagne de Sergio Ramos. Qui lui a répondu sur les réseaux sociaux. Et qui est certainement ravi que la Croatie se soit fait attraper par l'Angleterre.

István Kovács (Roumanie) : L'arbitre avait-il prévu de siffler le péno donné aux visiteurs en seconde période lors de Turquie-Suède ? Oui, à en croire les propos de Marcus Berg : «  À la mi-temps, je suis allé parler à l'arbitre pour protester pour une faute dont j'avais été victime et non sifflée. Je lui ai fait part de mon point de vue et il m'a répondu : "Je vais voir les images et si je constate la faute, je vous accorderai deux penaltys en seconde période." » Résultat final : 0-1 grâce à un but inscrit sur penalty.


Milieux

Thorgan Hazard (Belgique) : Un doublé pour lui. Sauf que quand Eden marque, c'est en général pour faire gagner son équipe. Voilà toute la différence avec le frangin.

Frenkie de Jong (Pays-Bas) : Quelle classe. Tout simplement l'un des jeunes les plus prometteurs de la planète. Normal que Pep Guardiola soit tombé amoureux.

Valentino Lazaro (Autriche) : Un peu plus, et l'Irlande du Nord prenait son premier point dans la compétition. Mais non, le milieu avait envie qu'elle termine fanny. Alors, il a marqué sur penalty. À la 93e minute. Méchant garçon.


Attaquants

James Forrest (Écosse) : Petit doublé pour l'attaquant écossais face à l'Albanie. Et en douze minutes chrono, s'il vous plaît. Sans oublier le triplé qui va bien quelques jours plus tard devant Israël.

Haris Seferović (Suisse) : Le voilà, le tombeur du Plat Pays. Menant 2-0, les Belges n'ont pas vu venir Seferović et sa bande. Le premier s'est offert un triplé, la seconde une victoire de prestige.

Yura Movsisyan (Arménie) : OK, ce n'était « que » Gibraltar en face. Sauf qu'un quadruplé reste un quadruplé. Les trois derniers pions ? 48e, 52e, 54e. Boom.


Sur le banc

Roberto Mancini (Italie) : Il n'a peut-être pas réussi à qualifier son équipe pour le Final Four, ni à ramener trois points du Portugal, mais la Nazionale commence à avoir de la gueule. Et le coach n'y est pas pour rien.

Hugo Lloris (France) : Le seul champion du monde à avoir fait honneur à son statut. Avec un record en prime.

Van Dijk (Pays-Bas) : Un pion dans le temps additionnel qui met ces mêmes champions en titre à la porte. Tout simplement.

Donis Avdijaj (Kosovo) : Petit doublé pour l'attaquant kosovar face à Malte. Et en deux minutes chrono, s'il vous plaît. Sans oublier le triplé qui va bien de son partenaire Zeneli quelques jours plus tard devant l'Azerbaïdjan.

Harry Kane (Angleterre) : « Le meilleur buteur du monde » , selon Gareth Southgate. Celui qui a donné le droit à un Final Four aux Three Lions, pour le reste des Anglais. Une passe décisive et une vingtième réalisation (en 35 sélections) face aux Croates.

Ilija Nestorovski (Macédoine) : Trois goals en deux matchs. Ou en quatre jours, c'est selon.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 19:30 L'ES Tunis corrigée par Al Ain en quarts du Mondial des clubs 3 Hier à 16:09 Kashima cuisine les Chivas 6
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE