Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Amateurs
  2. //

L’équipe type des Barjots

Il y a les Barjots français du hand, et puis il y a les Barjots de Châtillon. Évoluant en troisième division de Foot Loisir Amateur, cette équipe de foot à sept dispose d’un effectif de tarés où chacun a sa petite anecdote à raconter. Une team complètement dingue à retrouver dès octobre prochain sur So Foot puisqu'elle est déjà inscrite au Vrai Foot Day, la première journée européenne du foot amateur.

Modififié
Sur le banc
André Djian :
André Djian
:

André Djian :

Entraîneur officieux depuis trente ans. La légende stipule que les Barjots n'ont pas perdu un seul match en sa présence. Ses capacités à imposer une certaine pression sur les arbitres, les joueurs ou les supporters pourraient expliquer cette invincibilité.

Raphaël Djian :
Raphaël Djian
:

Raphaël Djian :

Oubliez Stéphane Sessègnon et ses jambes de poney. Ici, la puissance est de mise et les mollets ont la gueule de cuisses. Mieux vaut ne pas s’attaquer à ses cuisses, donc... Pas toujours présent dans les deux premières mi-temps, mais le plus régulier dans la troisième.

Jérémie Marciano :
Jérémie Marciano
:

Jérémie Marciano :

Essentiel. Par son boulot défensif, mais aussi et surtout par sa connaissance du dopage et du camouflage. Un biologiste, ça sert toujours.

Yohan Benabou :
Yohan Benabou
:

Yohan Benabou :

Présent normalement à la récupération, le roi de la grogne peut râler s’il passe derrière, mais fait le taf à la perfection. Car ce poids plume est d’une générosité sans faille : tapant la balle six fois par semaine minimum et carburant au rythme moyen de 312 matchs par an, il n'hésite pas à offrir des penaltys lorsque l'adversaire se trouve en difficulté. ...

Nathan Benichou :
Nathan Benichou
:

Nathan Benichou :

Si des demoiselles de Châtillon vous parlent d’un certain « Brian » , vous tenez le Miss Barjot. Hargneux, mais technique, le sexy man ressemble au Yoann Gourcuff de la bande. Destiné à une belle carrière, l'homme a vu son corps en décider autrement. Aïe.

Samuel Benhamou :
Samuel Benhamou
:

Samuel Benhamou :

Le deuxième du nom, qui brille par la fougue de sa jeunesse et ses dribbles. Lesquels peuvent même parfois humilier ses propres partenaires quand il est lancé. Plus Samuel Eto’o fils que Walter Samuel, donc.

Jeremy Djian :
Jeremy Djian
:

Jeremy Djian :

Le Lev Yachine 2.0. Celui qui a attendu les années 2000 pour postuler le Ballon d’or amateur, celui qui dégoûte les autres clubs du championnat chaque semaine. Celui aussi qui sait faire trembler les filets autres que les siens, en témoigne son but cette saison sur un puissant dégagement. Manuel Neuer peut prendre sa retraite.

Franck Badache :
Franck Badache
:

Franck Badache :

Véritable mascotte des Barjots et musicien à ses heures perdues, le latéral surnommé le serpent de Marrakech excelle par ses courtes transmissions et son jeu au sol. Son secret pour conserver ce niveau dantesque ? Son alimentation, basée principalement sur des herbes aussi amères que ses adversaires.

Michel Beraza :
Michel Beraza
:

Michel Beraza :

Le doyen, dont l’expérience n’a d’égal que son sens du sacrifice démontré tout au long de l’année. Comme ce week-end de compétition où, prévenu à la dernière minute, l’arrière s’est tapé un aller-retour Paris-Amsterdam dans la même journée pour soutenir ses coéquipiers. So-li-da-ri-té.

Charles Benhamou :
Charles Benhamou
:

Charles Benhamou :

Seul élément à être autorisé à diffuser des vidéos non footballistiques dans le vestiaire, Charlot n'en est pas vraiment un. Sa plus grande qualité sur le terrain ? Son frère.

Axel Djian :
Axel Djian
:

Axel Djian :

Comme Nathan, il joue une multitude de rôles. Analyste, tacticien, entraîneur adjoint quand il y a besoin, kinésithérapeute... Une histoire de famille.

Olivier Altit :
Olivier Altit
:

Olivier Altit :

Devant, derrière, partout. Il pourrait faire la publicité de la marque de fringue DDP, mais il préfère promouvoir l’alcool : c’est en effet avec quelques grammes dans le sang que le couteau suisse a réalisé ses meilleures performances de la saison. Ça promet un beau mariage. Sans parler de l’EVG.

David Dufour :
David Dufour
:

David Dufour :

Excellent gardien qui s’ignore puisqu'il préfère évoluer plus haut, « Bambi » est un puriste qui prône le redoublement de passes, les analyses tactiques et l'apéro du vendredi. Hésite encore entre une carrière de foot et les défilés de la fashion week. Élégance, quand tu nous tiens...

Nathaniel Djian :
Nathaniel Djian
:

Nathaniel Djian :

Appelez-le Nathan – parce que c’est moins long et moins chiant –, ou bien Monsieur Djian. Car on a affaire là à quatre personnes regroupées en une : président, coach, joueur et capitaine, il multiplie les casquettes et par ricochet les conflits d’intérêts. Bizarrement, certains membres de sa famille ont facilement accès au onze. Ce qui n’a pas échappé aux ...

Livay Assouline :
Livay Assouline
:

Livay Assouline :

« On l’appelle l’ovni » , dirait Jul s’il prenait le temps de l’observer jouer. Toujours en mouvement et ne comptant pas ses efforts, le bonhomme passe plus de temps à courir qu’à respirer après être entré sur un terrain. Tout ça pour impressionner le serpent de Marrakech, avec qui il rêve de sortir un featuring.

Benjamin Benoliel :
Benjamin Benoliel
:

Benjamin Benoliel :

Le benjamin de l’équipe, comme son prénom l'indique. Roi de la reprise acrobatique, roi de la bière, roi du domaine offensif des Barjots. Un luxe de pouvoir le compter dans son effectif. La star, c’est lui.

Rudy Hattab :
Rudy Hattab
:

Rudy Hattab :

Un mystère, mais un indispensable. Attaquant de formation et hyper complet, le mauvais perdant de la team recule d’un cran chaque année. Ce qui ne change pas en revanche, ce sont ses embrouilles régulières avec les gardiens de stade les soirs de défaite. Rudy Hattaque !

Gardien

Jeremy Djian : Le Lev Yachine 2.0. Celui qui a attendu les années 2000 pour postuler le Ballon d’or amateur, celui qui dégoûte les autres clubs du championnat chaque semaine. Celui aussi qui sait faire trembler les filets autres que les siens, en témoigne son but cette saison sur un puissant dégagement. Manuel Neuer peut prendre sa retraite.


Défenseurs

Franck Badache : Véritable mascotte des Barjots et musicien à ses heures perdues, le latéral surnommé le serpent de Marrakech excelle par ses courtes transmissions et son jeu au sol. Son secret pour conserver ce niveau dantesque ? Son alimentation, basée principalement sur des herbes aussi amères que ses adversaires.

Michel Beraza : Le doyen, dont l’expérience n’a d’égal que son sens du sacrifice démontré tout au long de l’année. Comme ce week-end de compétition où, prévenu à la dernière minute, l’arrière s’est tapé un aller-retour Paris-Amsterdam dans la même journée pour soutenir ses coéquipiers. So-li-da-ri-té.

Charles Benhamou : Seul élément à être autorisé à diffuser des vidéos non footballistiques dans le vestiaire, Charlot n'en est pas vraiment un. Sa plus grande qualité sur le terrain ? Son frère.

Axel Djian : Comme Nathan, il joue une multitude de rôles. Analyste, tacticien, entraîneur adjoint quand il y a besoin, kinésithérapeute... Une histoire de famille.


Milieux

Olivier Altit : Devant, derrière, partout. Il pourrait faire la publicité de la marque de fringue DDP, mais il préfère promouvoir l’alcool : c’est en effet avec quelques grammes dans le sang que le couteau suisse a réalisé ses meilleures performances de la saison. Ça promet un beau mariage. Sans parler de l’EVG.

David Dufour : Excellent gardien qui s’ignore puisqu'il préfère évoluer plus haut, « Bambi » est un puriste qui prône le redoublement de passes, les analyses tactiques et l'apéro du vendredi. Hésite encore entre une carrière de foot et les défilés de la fashion week. Élégance, quand tu nous tiens...

Nathaniel Djian : Appelez-le Nathan – parce que c’est moins long et moins chiant –, ou bien Monsieur Djian. Car on a affaire là à quatre personnes regroupées en une : président, coach, joueur et capitaine, il multiplie les casquettes et par ricochet les conflits d’intérêts. Bizarrement, certains membres de sa famille ont facilement accès au onze. Ce qui n’a pas échappé aux médias.

Livay Assouline : « On l’appelle l’ovni » , dirait Jul s’il prenait le temps de l’observer jouer. Toujours en mouvement et ne comptant pas ses efforts, le bonhomme passe plus de temps à courir qu’à respirer après être entré sur un terrain. Tout ça pour impressionner le serpent de Marrakech, avec qui il rêve de sortir un featuring.


Attaquants

Benjamin Benoliel : Le benjamin de l’équipe, comme son prénom l'indique. Roi de la reprise acrobatique, roi de la bière, roi du domaine offensif des Barjots. Un luxe de pouvoir le compter dans son effectif. La star, c’est lui.

Rudy Hattab : Un mystère, mais un indispensable. Attaquant de formation et hyper complet, le mauvais perdant de la team recule d’un cran chaque année. Ce qui ne change pas en revanche, ce sont ses embrouilles régulières avec les gardiens de stade les soirs de défaite. Rudy Hattaque !


Sur le banc

André Djian : Entraîneur officieux depuis trente ans. La légende stipule que les Barjots n'ont pas perdu un seul match en sa présence. Ses capacités à imposer une certaine pression sur les arbitres, les joueurs ou les supporters pourraient expliquer cette invincibilité.

Raphaël Djian : Oubliez Stéphane Sessègnon et ses jambes de poney. Ici, la puissance est de mise et les mollets ont la gueule de cuisses. Mieux vaut ne pas s’attaquer à ses cuisses, donc... Pas toujours présent dans les deux premières mi-temps, mais le plus régulier dans la troisième.

Jérémie Marciano : Essentiel. Par son boulot défensif, mais aussi et surtout par sa connaissance du dopage et du camouflage. Un biologiste, ça sert toujours.

Yohan Benabou : Présent normalement à la récupération, le roi de la grogne peut râler s’il passe derrière, mais fait le taf à la perfection. Car ce poids plume est d’une générosité sans faille : tapant la balle six fois par semaine minimum et carburant au rythme moyen de 312 matchs par an, il n'hésite pas à offrir des penaltys lorsque l'adversaire se trouve en difficulté. #cœursurlamaindanslasurface

Nathan Benichou : Si des demoiselles de Châtillon vous parlent d’un certain « Brian » , vous tenez le Miss Barjot. Hargneux, mais technique, le sexy man ressemble au Yoann Gourcuff de la bande. Destiné à une belle carrière, l'homme a vu son corps en décider autrement. Aïe.

Samuel Benhamou : Le deuxième du nom, qui brille par la fougue de sa jeunesse et ses dribbles. Lesquels peuvent même parfois humilier ses propres partenaires quand il est lancé. Plus Samuel Eto’o fils que Walter Samuel, donc.

Nathanaël Sellam : Ultra dispo pour dépanner en cas d’absence(s), il peut filer un coup de main à tous les postes. Sous condition, bien entendu, d'avoir le droit de réaliser des roulettes, son geste préféré. Sa gentillesse légendaire n’est compensée que par sa nonchalance. Sellami, le vrai.



Par Florian Cadu Propos recueillis par FD. Si vous aussi, vous voulez participer au Vrai Foot Day, la première journée européenne du foot amateur, et/ou que votre club du dimanche soit l'objet d'un article sur So Foot, inscrivez-vous (et inscrivez-le) sur vraifootday.sofoot.com !
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible

Hier à 17:11 Le responsable de la VAR en Premier League lui donnerait « environ 7 sur 10 » 23 Hier à 16:17 Un coach amateur mis à pied pour avoir traité son équipe de pieds carrés sur Facebook 35
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom
Hier à 10:34 Inscris-toi au 1er tournoi de la communauté SoFoot.com ! 84