Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options

L'équipe type de Sébastien Piocelle

Sébastien Piocelle, c'est le puriste qui s'est un jour permis de mettre un petit pont à Pavel Nedvěd. Une raison suffisante pour lui demander son équipe type, tirée de ses passages à Nantes, Bastia, Crotone et Arles-Avignon.

Modififié
Sur le banc
Michael Landreau
:

Michael Landreau :

Sur la durée, c'est un exemple. Sa force, c'est la régularité. Il ne fait pas l'unanimité, mais son jeu au pied était au-dessus du lot.

Fred Mendy
:

Fred Mendy :

Je venais d'arriver à Bastia. J'avais 20 ans, il faisait peur. C'était l'époque de la pression, c'était chaud à Bastia. Un match, on le gagnait à 70% dans les couloirs.

Fernando Redondo
:

Fernando Redondo :

Je n'ai jamais joué avec lui, c'est pour ça qu'il est remplaçant, mais sinon il est titulaire à 100%. C'est mon modèle. C'était le premier à mon poste à être le premier relanceur, un vrai meneur de jeu devant la défense. Exceptionnel ! Mon idole.

Stéphane Ziani
:

Stéphane Ziani :

L'un des derniers numéros dix à l'ancienne. Il faisait que courir, il avait un coffre impressionnant.

Angelos Charisteas
:

Angelos Charisteas :

Le joueur le plus bidon que j'ai jamais vu. Rectification, le seul joueur avec qui j'ai joué, mais que je n'ai jamais vu. Il est parti rapidement à Schalke 04 et il a marqué en Ligue des champions derrière. Incroyable.

Salvatore Soviero
:

Salvatore Soviero :

Mon gardien à Crotone. C'est le mec le plus fou avec qui j'ai joué, dans tous les sens du terme. C'était un super gardien, mais surtout un nationaliste ardent, il vient de Naples. En Italie, il y a des fans clubs partout à sa gloire.

Abdulay
Konko

Abdulay Konko

Abdu', je l'ai connu à la Lazio. C'est un pote, il m'a aidé quand je suis arrivé en Italie. Physiquement, c'était un monstre. C'est un bon mec de Marseille, il répond toujours présent pour mon association Press Play, il m'envoie des maillots.

Eric Decroix
:

Eric Decroix :

Quand j'étais au centre de formation, il m'impressionnait car il avait les deux pieds naturellement, il faisait des transversales gauches ou droites sans problèmes. C'était l'école nantaise.

Christian Karembeu
:

Christian Karembeu :

C'était un très bon joueur, il a commencé et fini en défense centrale. Je l'ai connu à Nantes et Bastia. C'est quelqu'un de simple, avec un super état d'esprit.

Didier
Domi:

Didier Domi:

J'ai joué avec lui en sélection espoirs. On se voit moins maintenant. C'est l'un des premiers latéraux de la nouvelle génération, il allait vite, il était très offensif, à la manière d'un Lizarazu.

Jaroslav Šedivec
:

Jaroslav Šedivec :

C'est un milieu de terrain tchèque, il est gaucher, mais je le place là. Lui, c'était un très bon ailier, capable d'éliminer. Il te faisait gagner des matchs à lui seul. Maintenant, je ne sais pas où il est, la boisson l'a sûrement emporté (rires).

Michael Essien
:

Michael Essien :

Au milieu, je mets Essien devant la défense. Je l'ai connu quand il avait 17 ans à Bastia. Un phénomène. J'ai rarement vu un garçon aussi puissant. En plus, c'était un bon mec.

André Ayew
:

André Ayew :

Il jouait à ce poste à Arles-Avignon, quand il nous a fait monter à lui tout seul en Ligue 1. Vraiment énorme. Il pensait déjà que milieu, c'était son meilleur poste. Au niveau du timing de la tête, il est très impressionnant. C'est dur aussi de lui prendre le ballon. Il est très fort, et surtout, il sait où il veut aller.

Olivier Monterrubio
:

Olivier Monterrubio :

Je mets Oliv' parce que c'est mon pote, et qu'il avait une grosse sensibilité quand il jouait. Il savait tout faire avec le ballon. Il aurait pu aller en équipe de France, il lui a manqué de jouer dans un club au-dessus, mais il a fait une belle carrière.

Antoine Sibierski
:

Antoine Sibierski :

Il avait la classe. C'était un milieu offensif avec une grosse technique, qui prenait les coups, mais ne se plaignait jamais.

Nicolas Anelka
:

Nicolas Anelka :

Je l'ai côtoyé à Clairefontaine, quand on avait 13 ans, c'est mon pote. Il a une personnalité controversée. Personnellement, je l'ai toujours connu introverti, mais égal à lui-même. À l'aise avec ses potes, mais méfiant avec les médias. En tout cas, il allait à 2000 à l'heure, techniquement très à l'aise, vraiment un super joueur.

Salvatore Soviero : Mon gardien à Crotone. C'est le mec le plus fou avec qui j'ai joué, dans tous les sens du terme. C'était un super gardien, mais surtout un nationaliste ardent, il vient de Naples. En Italie, il y a des fans clubs partout à sa gloire.

Abdulay Konko (latéral droit) : Abdu', je l'ai connu à la Lazio. C'est un pote, il m'a aidé quand je suis arrivé en Italie. Physiquement, c'était un monstre. C'est un bon mec de Marseille, il répond toujours présent pour mon association Press Play, il m'envoie des maillots.

Eric Decroix : Quand j'étais au centre de formation, il m'impressionnait car il avait les deux pieds naturellement, il faisait des transversales gauches ou droites sans problèmes. C'était l'école nantaise.

Christian Karembeu : C'était un très bon joueur, il a commencé et fini en défense centrale. Je l'ai connu à Nantes et Bastia. C'est quelqu'un de simple, avec un super état d'esprit.

Didier Domi: J'ai joué avec lui en sélection espoirs. On se voit moins maintenant. C'est l'un des premiers latéraux de la nouvelle génération, il allait vite, il était très offensif, à la manière d'un Lizarazu.

Jaroslav Šedivec : C'est un milieu de terrain tchèque, il est gaucher, mais je le place là. Lui, c'était un très bon ailier, capable d'éliminer. Il te faisait gagner des matchs à lui seul. Maintenant, je ne sais pas où il est, la boisson l'a sûrement emporté (rires).

Michael Essien : Au milieu, je mets Essien devant la défense. Je l'ai connu quand il avait 17 ans à Bastia. Un phénomène. J'ai rarement vu un garçon aussi puissant. En plus, c'était un bon mec.

André Ayew : Il jouait à ce poste à Arles-Avignon, quand il nous a fait monter à lui tout seul en Ligue 1. Vraiment énorme. Il pensait déjà que milieu, c'était son meilleur poste. Au niveau du timing de la tête, il est très impressionnant. C'est dur aussi de lui prendre le ballon. Il est très fort, et surtout, il sait où il veut aller.

Olivier Monterrubio : Je mets Oliv' parce que c'est mon pote, et qu'il avait une grosse sensibilité quand il jouait. Il savait tout faire avec le ballon. Il aurait pu aller en équipe de France, il lui a manqué de jouer dans un club au-dessus, mais il a fait une belle carrière.

Antoine Sibierski : Il avait la classe. C'était un milieu offensif avec une grosse technique, qui prenait les coups, mais ne se plaignait jamais.

Nicolas Anelka : Je l'ai côtoyé à Clairefontaine, quand on avait 13 ans, c'est mon pote. Il a une personnalité controversée. Personnellement, je l'ai toujours connu introverti, mais égal à lui-même. À l'aise avec ses potes, mais méfiant avec les médias. En tout cas, il allait à 2000 à l'heure, techniquement très à l'aise, vraiment un super joueur.

Michael Landreau : Sur la durée, c'est un exemple. Sa force, c'est la régularité. Il ne fait pas l'unanimité, mais son jeu au pied était au-dessus du lot.

Fred Mendy : Je venais d'arriver à Bastia. J'avais 20 ans, il faisait peur. C'était l'époque de la pression, c'était chaud à Bastia. Un match, on le gagnait à 70% dans les couloirs.

Fernando Redondo : Je n'ai jamais joué avec lui, c'est pour ça qu'il est remplaçant, mais sinon il est titulaire à 100%. C'est mon modèle. C'était le premier à mon poste à être le premier relanceur, un vrai meneur de jeu devant la défense. Exceptionnel ! Mon idole.

Stéphane Ziani : L'un des derniers numéros dix à l'ancienne. Il faisait que courir, il avait un coffre impressionnant.

Angelos Charisteas : Le joueur le plus bidon que j'ai jamais vu. Rectification, le seul joueur avec qui j'ai joué, mais que je n'ai jamais vu. Il est parti rapidement à Schalke 04 et il a marqué en Ligue des champions derrière. Incroyable.



Propos recueillis par Christophe Gleizes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE