Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2018
  2. //

L'équipe type de la Coupe du monde

Le style de Vida, la gymnastique de Mohammadi et la duplication de Kanté : c'est l'équipe type du Mondial 2018.

Modififié
Sur le banc
Juan Carlos
Osorio

Juan Carlos Osorio

L'instigateur de la plus belle équipe du Mondial, c'est lui, le sélectionneur d'El Tri.

Jordan Pickford
Jordan
Pickford

Jordan Pickford

En 2016, il gagnait le tournoi de Toulon avec Gareth Southgate. Deux ans plus tard, il est entré en Russie par la porte Sud et peut désormais emménager durablement dans la cage des Trois Lions. First Pick de la draft 2018.

Cristiano Ronaldo
Cristiano
Ronaldo

Cristiano Ronaldo

Il a cinq Ballon d’or. Pas mal. Il a marqué un coup franc splendide face à la Roja en mondovision et avec un short remonté comme un slip. C'est bien. Mais à 33 ans, il a disputé moins de finales de Coupe du monde que Dejan Lovren.

Ivan Rakitić
Ivan
Rakitić

Ivan Rakitić

Soixante et onze matchs. Il a disputé soixante et onze matchs cette saison. Soixante-douze même avec les trois prolongations disputées par la Croatie. Personne n'a fait mieux en Europe. Et il avait quand même la lucidité pour claquer deux fois le tir au but de la qualification. Ivan Rocher.

Denis Cheryshev
Denis
Cheryshev

Denis Cheryshev

Les nommés pour le prix Puskás 2018 sont : Cheryshev, Russie-Arabie saoudite ; Cheryshev, Russie-Arabie saoudite bis ; Cheryshev, Russie-Croatie. Délicieux comme un chocolat Mon Cheryshev.

Hugo Lloris
Hugo
Lloris

Hugo Lloris

Presque aussi belle qu'une volée de Benji' Pavard, presque aussi étendue que l'Empire romain, l'horizontale du portier français devant Martín Cáceres. Hugo Boss, le parfum de la victoire. Et une dédicace à Karius en finale.

Kieran Trippier <i>
Kieran Trippier

Kieran Trippier

Deux Anglais ont planté un coup franc direct dans l'histoire de la Coupe du monde : David Beckham, le spice boy. Et Kieran Trippier, le garçon qui fait tomber la pluie. La pluie de houblon.

Yerry Mina
Yerry
Mina

Yerry Mina

Trois matchs, trois prestations de cador en charnière centrale, trois coups de casque gagnants pour les Cafeteros. Tout ça pour se faire virer par un rosbeef. Et l'on ne parle pas des Three Lions, mais de Clément Lenglet, la nouvelle recrue du Barça.

Domagoj Vida
Domagoj
Vida

Domagoj Vida

Avoir une tronche de dessin animé. Porter les cheveux comme un guerrier moyenâgeux. Marquer. Dévoiler son torse. Dédicacer à l'Ukraine la victoire contre la Russie sur le sol russe. Faire un bisou à un photographe. La Vida Loca.

Milad
Mohammadi

Milad Mohammadi

Une touche en roulade avant. Un numéro de cirque dans un moment dramatique. Milad Mohammadi a hésité, s'est lancé, a vu sa vie défiler et s'est rétracté. La vérité, c'est qu'il aurait dû aller au bout de sa folie.

Diego Maradona
Diego
Maradona

Diego Maradona

Le véritable homme du match de l'épique Argentine-Nigeria. En l'espace de 90 minutes, il a imploré le ciel, dormi, dansé avec une supportrice, insulté, exulté, montré ses majeurs et fait un malaise au bout d'une soirée de défonce totale. Et pendant qu'il se reposait, le chant continuait de résonner dans la nuit de Saint-Pétersbourg : ... La que tiene a Messi y Maradona.

N'Golo Kanté
N'Golo
Kanté

N'Golo Kanté

Le meilleur, tout simplement. Sauf en finale.

Luka Modrić
Luka
Modrić

Luka Modrić

Comment dit-on Luka a marché sur l'Albiceleste en anglais ? Luke Skywalker.

Kylian Mbappé
Kylian
Mbappé

Kylian Mbappé

Rio Ferdinand, sur le plateau de la BBC, après France-Belgique : « Comment défendre sur Mbappé ? Tu regardes vers le ciel et tu dis "please help me". »

Artom Dzyuba
Artom
Dzyuba

Artom Dzyuba

C'est une grande carcasse qui se déplace avec fracas, mais justesse, avec un style rustique, mais du talent. Devant son peuple, Dzyuba a prouvé qu'on pouvait être un bon footballeur sans avoir de grands pieds.

Eden Hazard
Eden
Hazard

Eden Hazard

« Je préfère perdre avec cette Belgique que gagner avec cette France. » Sympa, les Bleus ont respecté son choix de quitter la Russie en perdant magnifique. Cela dit, Eden devrait faire gaffe avant de mettre son short à la machine à laver : au fond de sa poche, il doit lui rester la barchichette de Fagner.

Gardien

Hugo Lloris (France) : Presque aussi belle qu'une volée de Benji' Pavard, presque aussi étendue que l'Empire romain, l'horizontale du portier français devant Martín Cáceres. Hugo Boss, le parfum de la victoire. Et une dédicace à Karius en finale.


Défenseurs

Kieran Trippier (Home of Football) : Deux Anglais ont planté un coup franc direct dans l'histoire de la Coupe du monde : David Beckham, le spice boy. Et Kieran Trippier, le garçon qui fait tomber la pluie. La pluie de houblon.

Yerry Mina (Colombie) : Trois matchs, trois prestations de cador en charnière centrale, trois coups de casque gagnants pour les Cafeteros. Tout ça pour se faire virer par un rosbeef. Et l'on ne parle pas des Three Lions, mais de Clément Lenglet, la nouvelle recrue du Barça.

Domagoj Vida (Croatie) : Avoir une tronche de dessin animé. Porter les cheveux comme un guerrier moyenâgeux. Marquer. Dévoiler son torse. Dédicacer à l'Ukraine la victoire contre la Russie sur le sol russe. Faire un bisou à un photographe. La Vida Loca.

Milad Mohammadi (Iran) : Une touche en roulade avant. Un numéro de cirque dans un moment dramatique. Milad Mohammadi a hésité, s'est lancé, a vu sa vie défiler et s'est rétracté. La vérité, c'est qu'il aurait dû aller au bout de sa folie.


Milieux

Diego Maradona (Argentine) : Le véritable homme du match de l'épique Argentine-Nigeria. En l'espace de 90 minutes, il a imploré le ciel, dormi, dansé avec une supportrice, insulté, exulté, montré ses majeurs et fait un malaise au bout d'une soirée de défonce totale. Et pendant qu'il se reposait, le chant continuait de résonner dans la nuit de Saint-Pétersbourg : ... La que tiene a Messi y Maradona.

N'Golo Kanté (planète Terre) : Le meilleur, tout simplement. Sauf en finale.

Luka Modrić (Croatie) : Comment dit-on Luka a marché sur l'Albiceleste en anglais ? Luke Skywalker.


Attaquants

Kylian Mbappé (France) : Rio Ferdinand, sur le plateau de la BBC, après France-Belgique : « Comment défendre sur Mbappé ? Tu regardes vers le ciel et tu dis "please help me". »

Artom Dzyuba (Russie) : C'est une grande carcasse qui se déplace avec fracas, mais justesse, avec un style rustique, mais du talent. Devant son peuple, Dzyuba a prouvé qu'on pouvait être un bon footballeur sans avoir de grands pieds.

Eden Hazard (Belgique) : « Je préfère perdre avec cette Belgique que gagner avec cette France. » Sympa, les Bleus ont respecté son choix de quitter la Russie en perdant magnifique. Cela dit, Eden devrait faire gaffe avant de mettre son short à la machine à laver : au fond de sa poche, il doit lui rester la barchichette de Fagner.


Remplaçants

Juan Carlos Osorio (Mexique) : L'instigateur de la plus belle équipe du Mondial, c'est lui, le sélectionneur d'El Tri.

Jordan Pickford (Angleterre) : En 2016, il gagnait le tournoi de Toulon avec Gareth Southgate. Deux ans plus tard, il est entré en Russie par la porte Sud et peut désormais emménager durablement dans la cage des Trois Lions. First Pick de la draft 2018.

Cristiano Ronaldo (Portugal) : Il a cinq Ballon d’or. Pas mal. Il a marqué un coup franc splendide face à la Roja en mondovision et avec un short remonté comme un slip. C'est bien. Mais à 33 ans, il a disputé moins de finales de Coupe du monde que Dejan Lovren.

Ivan Rakitić (Croatie) : Soixante et onze matchs. Il a disputé soixante et onze matchs cette saison. Soixante-douze même avec les trois prolongations disputées par la Croatie. Personne n'a fait mieux en Europe. Et il avait quand même la lucidité pour claquer deux fois le tir au but de la qualification. Ivan Rocher.

Denis Cheryshev (Russie) : Les nommés pour le prix Puskás 2018 sont : Cheryshev, Russie-Arabie saoudite ; Cheryshev, Russie-Arabie saoudite bis ; Cheryshev, Russie-Croatie. Délicieux comme un chocolat Mon Cheryshev.



Par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 3 heures GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Champions League
il y a 3 heures Un doublé pour Rooney, DC United qualifié pour les play-offs 1 il y a 4 heures R3 : Bourbaki remporte le derby de Pau 7 il y a 5 heures Gignac plante son dixième but de la saison 15

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE