Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Rétro
  2. // Euro 2000

L'équipe type de l'Euro 2000

Des épaules azzurri, deux pattes orange, un cœur bleu, des ailes lusitaniennes et une drôle de canine, voilà à quoi ressemblerait la créature de Frankenstein si celui-ci avait jeté un œil à cet Euro 2000.

Modififié
Sur le banc
Vítor Baía
Vítor
Baía

Vítor Baía

Tout le monde sait que Zinédine Zidane tire toujours ses penaltys sur sa gauche. Sauf Baía, qui a préféré admirer la lucarne trouvée par le Français depuis son côté opposé. Rageant compte tenu du tournoi de haut vol réalisé jusque-là. Le Vítor est en eux.

Christian Chivu
Christian
Chivu

Christian Chivu

Moldovan, Ilie, Mutu, Monteanu, Ganea... Il y avait du potentiel dans cette équipe roumaine. À tel point que Patrick Montel s'emmêle les pinceaux – oui, ça pouvait lui arriver – lorsque le centre du jeune Chivu (19 ans) termine sa course dans la lucarne de Nigel Martyn. Chivu-mi.

Pep Guardiola
Pep
Guardiola

Pep Guardiola

Dans les faits, la révélation espagnole de ce tournoi se nomme Raúl. Mais ce serait également sous-estimer le rôle de Pep, plus patron que jamais dans cette Roja. Deux hommes qui auront ensuite tout le temps d'amasser les succès ailleurs qu'en sélection nationale.

Sergio Conceição
Sergio
Conceição

Sergio Conceição

Un hat trick, un vrai, pour défenestrer l'Allemagne : il n'y a pas à dire, Serge n'a fait aucune conceição. Une invitação à la rehabilitação des mèches blondes.

Francesco Totti
Francesco
Totti

Francesco Totti

Maillot numéro 20 sur le dos, Totti a choisi la Belgique et les Pays-Bas pour poser sa première pierre avec la Nazionale. Buteur face à la Belgique et la Roumanie, sa panenka pour enfoncer les Oranje et sa majestueuse talonnade sur l'ouverture du score en finale lui ont permis de prendre la tête dans son duel fratricide avec Del Piero.

Savo Milošević
Savo
Milošević

Savo Milošević

Que ce soit pour faire la nique aux voisins slovènes (3-3), choper les trois points contre la Norvège (1-0) ou pour sauver l'honneur face aux Pays-Bas (1-6), le col relevé est toujours du meilleur effet. Sachez-le.

Francesco Toldo
Francesco
Toldo

Francesco Toldo

Deux buts encaissés avant d'arriver en finale, une baraka monstre au tour précédent... Ce devait être l'Euro de Gigi Buffon, mais le rempart de la Fio a pallié sa blessure et a fait honneur à son sélectionneur Dino Zoff. Reste une question en suspens : pourquoi mettre la main sur la frappe de Wiltord ? À deux doigts de l'éternité.

Dent de Requin
Dent de
Requin

Dent de Requin

Si Fernando Couto s'est montré plutôt incisif, il se fait arracher sa place dans cette équipe par un accessoire incontournable : le fameux collier « dent de requin » . Le même que l'on peut dénicher sur les plages de la Côte d'Azur. Figo a croqué dans cette compétition avec ce cordon serré autour du cou, Kluivert a surfé sur cette vague également, quand le Slovène Zlatko Zahovič a vu son précieux se casser lors du premier ...

Alessandro Nesta
Alessandro
Nesta

Alessandro Nesta

Cannavaro à sa droite, Iuliano à sa gauche, Nesta conduit le char italien avec une main sur les rênes, l'autre sur le colbac de ses adversaires. Et toujours avec le buste droit. Le bougue de l'an 2000.

Frank de Boer
Frank de
Boer

Frank de Boer

En plus d'un jumeau, Frankie a aussi une double personnalité. La faible qui lui fait rater deux tentatives à onze mètres en demi-finales, la forte qui lui permet de libérer les siens contre la République tchèque, de défoncer la lucarne de Lama, d'exceller dans ses passes longues, mais aussi d'avoir le cran de se présenter à nouveau face à Toldo après un échec. Top of the ...

Paolo Maldini
Paolo
Maldini

Paolo Maldini

Désespérément beau, incroyablement fort, infiniment charismatique, profondément altruiste... la panoplie parfaite de l'homme parfait. Son seul défaut ? Ne pas jouer à droite. Cela aurait pu permettre à sa Squadra de rester également parfaite à la 93e minute du dernier match.

Luís Figo
Luís
Figo

Luís Figo

Que ce soit clair, on ne devient pas Ballon d'or et l'objet d'un record d'indemnités de transfert (65 millions d’euros déboursés par le Real) par l'opération du Saint-Esprit. D'autant que si Dieu existe, Luis n'aurait pas terminé son Euro en marcel à injurier les arbitres.

Patrick Vieira
Patrick
Vieira

Patrick Vieira

Laissés sur le banc au coup d'envoi du premier match face au Danemark, Patrick et ses grands compas ne sont plus jamais ressortis du XI de Roger Lemerre. Et si on a coutume de dire que cette équipe de France jouait mieux qu'en 1998, le facteur X n'est peut-être pas à chercher plus loin.

Zinédine Zidane
Zinédine
Zidane

Zinédine Zidane

Héros national deux ans plus tôt, Zidane a évidemment gardé les clés du camion bleu. Mais il devra attendre quelques tours de chauffe avant de trouver sa vitesse de croisière : un coup franc magistral dans la lunette de Cañizares, un penalty décisif face au Portugal et encore une myriade de gestes fous pour déposer son équipe sur le toit de l'Europe.

Patrick Kluivert
Patrick
Kluivert

Patrick Kluivert

Avant d'être un fantôme au LOSC ou dans les bureaux du PSG, il y avait un superbe attaquant, capable de claquer un quadruplé lors d'un quart de finale d'Euro. Peut-être aurait-il fallu lui adjoindre un Dennis Bergkamp à vie pour garder cette efficacité sur le long terme...

Nuno Gomes
Nuno
Gomes

Nuno Gomes

Il y a une époque où le Portugal pouvait sortir des poules en gagnant des matchs. Il y a une époque où la Seleção avait plusieurs options en pointe. Il y a une époque où l'équipe de France ne voyait pas ses rêves se briser sur une frappe lointaine et opportuniste d'un Lusitanien aux cheveux longs. Il y a une époque où le Portugal ne soulevait pas de trophée. Et cette époque appartenait à Nuno ...

Thierry Henry
Thierry
Henry

Thierry Henry

À tous ceux qui peuvent s'extasier devant un génie français, qu'ils se remémorent que ce que Kylian Mbappé fait, Thierry Henry l'a déjà réalisé. Peu importe l'âge.

Gardien

Francesco Toldo (Italie) : Deux buts encaissés avant d'arriver en finale, une baraka monstre au tour précédent... Ce devait être l'Euro de Gigi Buffon, mais le rempart de la Fio a pallié sa blessure et a fait honneur à son sélectionneur Dino Zoff. Reste une question en suspens : pourquoi mettre la main sur la frappe de Wiltord ? À deux doigts de l'éternité.

Défenseurs

Dent de Requin (Marché) : Si Fernando Couto s'est montré plutôt incisif, il se fait arracher sa place dans cette équipe par un accessoire incontournable : le fameux collier « dent de requin » . Le même que l'on peut dénicher sur les plages de la Côte d'Azur. Figo a croqué dans cette compétition avec ce cordon serré autour du cou, Kluivert a surfé sur cette vague également, quand le Slovène Zlatko Zahovič a vu son précieux se casser lors du premier tour.

Alessandro Nesta (Italie) : Cannavaro à sa droite, Iuliano à sa gauche, Nesta conduit le char italien avec une main sur les rênes, l'autre sur le colbac de ses adversaires. Et toujours avec le buste droit. Le bougue de l'an 2000.

Frank de Boer (Pays-Bas) : En plus d'un jumeau, Frankie a aussi une double personnalité. La faible qui lui fait rater deux tentatives à onze mètres en demi-finales, la forte qui lui permet de libérer les siens contre la République tchèque, de défoncer la lucarne de Lama, d'exceller dans ses passes longues, mais aussi d'avoir le cran de se présenter à nouveau face à Toldo après un échec. Top of the flops.

Paolo Maldini (Italie) : Désespérément beau, incroyablement fort, infiniment charismatique, profondément altruiste... la panoplie parfaite de l'homme parfait. Son seul défaut ? Ne pas jouer à droite. Cela aurait pu permettre à sa Squadra de rester également parfaite à la 93e minute du dernier match.

Milieux

Luís Figo (Portugal) : Que ce soit clair, on ne devient pas Ballon d'or et l'objet d'un record d'indemnités de transfert (65 millions d’euros déboursés par le Real) par l'opération du Saint-Esprit. D'autant que si Dieu existe, Luis n'aurait pas terminé son Euro en marcel à injurier les arbitres.

Patrick Vieira (France) : Laissés sur le banc au coup d'envoi du premier match face au Danemark, Patrick et ses grands compas ne sont plus jamais ressortis du XI de Roger Lemerre. Et si on a coutume de dire que cette équipe de France jouait mieux qu'en 1998, le facteur X n'est peut-être pas à chercher plus loin.

Zinédine Zidane (France) : Héros national deux ans plus tôt, Zidane a évidemment gardé les clés du camion bleu. Mais il devra attendre quelques tours de chauffe avant de trouver sa vitesse de croisière : un coup franc magistral dans la lunette de Cañizares, un penalty décisif face au Portugal et encore une myriade de gestes fous pour déposer son équipe sur le toit de l'Europe.

Vidéo

Attaquants

Patrick Kluivert (Pays-Bas) : Avant d'être un fantôme au LOSC ou dans les bureaux du PSG, il y avait un superbe attaquant, capable de claquer un quadruplé lors d'un quart de finale d'Euro. Peut-être aurait-il fallu lui adjoindre un Dennis Bergkamp à vie pour garder cette efficacité sur le long terme...

Nuno Gomes (Portugal) : Il y a une époque où le Portugal pouvait sortir des poules en gagnant des matchs. Il y a une époque où la Seleção avait plusieurs options en pointe. Il y a une époque où l'équipe de France ne voyait pas ses rêves se briser sur une frappe lointaine et opportuniste d'un Lusitanien aux cheveux longs. Il y a une époque où le Portugal ne soulevait pas de trophée. Et cette époque appartenait à Nuno Gomes.

Thierry Henry (France) : À tous ceux qui peuvent s'extasier devant un génie français, qu'ils se remémorent que ce que Kylian Mbappé fait, Thierry Henry l'a déjà réalisé. Peu importe l'âge.

Vidéo

Sur le banc

Vítor Baía (Portugal) : Tout le monde sait que Zinédine Zidane tire toujours ses penaltys sur sa gauche. Sauf Baía, qui a préféré admirer la lucarne trouvée par le Français depuis son côté opposé. Rageant compte tenu du tournoi de haut vol réalisé jusque-là. Le Vítor est en eux.

Christian Chivu (Roumanie) : Moldovan, Ilie, Mutu, Monteanu, Ganea... Il y avait du potentiel dans cette équipe roumaine. À tel point que Patrick Montel s'emmêle les pinceaux – oui, ça pouvait lui arriver – lorsque le centre du jeune Chivu (19 ans) termine sa course dans la lucarne de Nigel Martyn. Chivu-mi.

Pep Guardiola (Espagne) : Dans les faits, la révélation espagnole de ce tournoi se nomme Raúl. Mais ce serait également sous-estimer le rôle de Pep, plus patron que jamais dans cette Roja. Deux hommes qui auront ensuite tout le temps d'amasser les succès ailleurs qu'en sélection nationale.

Sergio Conceição (Portugal) :Un hat trick, un vrai, pour défenestrer l'Allemagne : il n'y a pas à dire, Serge n'a fait aucune conceição. Une invitação à la rehabilitação des mèches blondes.

Francesco Totti (Italie) : Maillot numéro 20 sur le dos, Totti a choisi la Belgique et les Pays-Bas pour poser sa première pierre avec la Nazionale. Buteur face à la Belgique et la Roumanie, sa panenka pour enfoncer les Oranje et sa majestueuse talonnade sur l'ouverture du score en finale lui ont permis de prendre la tête dans son duel fratricide avec Del Piero.

Savo Milošević (Yougoslavie) : Que ce soit pour faire la nique aux voisins slovènes (3-3), choper les trois points contre la Norvège (1-0) ou pour sauver l'honneur face aux Pays-Bas (1-6), le col relevé est toujours du meilleur effet. Sachez-le.

Vidéo


Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom

il y a 3 heures Tony Vairelles veut lancer une Star Academy du foot 18
Hier à 18:52 Dybala, Aubameyang et Witsel font visiter à MTV leur maison 15 Hier à 17:41 Maracineanu : « Ce n'est pas au gouvernement de faire le calendrier » 39
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 15:10 Montpellier va rééditer un maillot emblématique de 1990 21 Hier à 13:52 Yvan Le Mée présente son projet de série télé sur le mercato 27