Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options

L'entre-soi contreproductif des coachs de Ligue 1

Depuis plusieurs années maintenant, c'est le jeu des chaises musicales sur les bancs de touche de la Ligue 1, avec à chaque fois, les mêmes protagonistes. Et c'est hors de question pour ceux qui n'ont pas la carte de membre de prendre part à la partie.

Modififié
Le 12 janvier, Rolland Courbis devenait conseiller du président du Stade rennais, René Ruello, moins de trois semaines après avoir démissionné de son poste d'entraîneur à Montpellier. Mercredi 20, le même Rolland Courbis a été nommé coach de l'équipe bretonne, en lieu et place de Philippe Montanier. Un véritable coup d'État qui montre une fois de plus que coach Courbis est un sacré roublard, et qui prouve surtout que le marché des entraîneurs de Ligue 1 est complètement fermé. Autre exemple : il y a quelques mois, Hervé Renard, un presque nouveau venu sur les bancs du championnat de France, était évincé, puis remplacé par un vieux de la vieille, Frédéric Antonetti. Depuis des années, les coachs de Ligue 1 se succèdent les uns aux autres au gré des licenciements et des démissions, sans réel projet et sans changer véritablement l'identité de jeu d'un club. Une sorte de mafia du banc de touche qui ne favorise pas la progression des clubs de l'élite française.

Un véritable lobby


« Si Bielsa part, ce sera la victoire du lobby des entraîneurs français. » Les mots de Faouzi Dejedou-Benabid, co-auteur du livre Pourquoi le foot français va dans le mur, sont durs au mois de mai 2015. Quelques mois plus tard, le départ de l'entraîneur argentin du banc marseillais lui donne raison. En un an sur le banc de l'OM, El Loco a autant été encensé par ses supporters qu'il a été descendu en flamme par ses confrères français. Courbis, Dupraz and co étaient les premiers à remettre en cause publiquement son bilan, son comportement et même ses compétences. Même son de cloche pour Leonardo Jardim, quart-de-finaliste de Ligue des champions et troisième du championnat. À la veille des trophées UNFP, où aucun des deux n'est nommé dans la catégorie des meilleurs entraîneurs de l'année, un journaliste ose demander l'avis de Rolland Courbis sur la question. « On peut aussi demander à Bielsa et Jardim s’ils sont surpris que je ne sois pas nommé. C’est peut-être un ego mal placé, mais je ne vois pas pourquoi je ne suis pas dans les quatre. Demandez-leur si, avec l’effectif de Montpellier, ils auraient pu être 7e » , répond-il plein d'aplomb.

À chaque fois qu'un club moyen de Ligue 1 évince un coach comme Hervé Renard ou Philippe Montanier, c'est parce que l'équipe n'a pas de résultats et qu'elle ne propose pas de jeu. Jusque-là, rien d'illogique. Sauf qu'à l'heure où il faut trouver un remplaçant, quand on ne fait pas de la promotion interne, ce sont toujours les mêmes noms qui reviennent sans cesse : Frédéric Antonetti, Rolland Courbis, Élie Baup, Frédéric Hantz… Des entraîneurs qui se sont fait virer pour les mêmes motifs quelques mois ou quelques années auparavant. Une prise de risque zéro due à la peur de se casser la gueule en tentant quelque chose, la peur d'échouer à court terme. « Quand Lille vire Hervé Renard, le président ne peut pas mettre un jeune entraîneur qui n'est pas confirmé, il y a tout un aspect communication et marketing à prendre en compte » , explique Philippe Hinschberger, entraîneur du FC Metz.

Des étiquettes collées


Il est ainsi quasiment impossible pour un bon coach de Ligue 2 de découvrir la Ligue 1, sauf s'il parvient à faire monter son équipe. Pourquoi Jean-Marc Furlan n'est-il jamais évoqué comme probable candidat à la reprise d'un club comme Lille, Rennes, Nice ou Toulouse ? « Les entraîneurs sont estampillés Ligue 1 ou Ligue 2. Et vu le nombre d'entraîneurs qu'il y a déjà sur le marché, si on y ajoute les ex-grands joueurs, c'est difficile de changer de catégorie. Et puis, c'est une histoire de réseau, d'agents, et de journalistes qui parlent de vous ou non. Le football est un métier où il faut faire parler de soi. Que ce soit pour les joueurs ou les entraîneurs. Un entraîneur qui n'entretient pas son réseau, il est mort. Les petits entraîneurs comme moi, on a besoin de quelqu'un au sein du club pour nous appuyer, nous recommander » , expose Philippe Hinschberger.


Un manque d'ouverture d'esprit qui ronge le football français depuis maintenant près de 20 ans. En 2001, Ladislas Lozano, l'entraîneur charismatique du Calais finaliste de la Coupe de France en 2000, s'insurgeait déjà contre cette tendance. « Le monde pro tourne en rond, tout le monde se connaît. On voit arriver Courbis à Lens alors qu'il avait insulté le club six mois avant, et tout le monde se tape dans le dos ! » , s'énervait-il dans les colonnes du Parisien. « Lorsque j'ai rencontré Patrick Proisy (alors président du RC Strasbourg), il m'a dit que des présidents de Première Division pensaient à moi, mais n'osaient pas. » Finalement, Ladislas Lozano n'entraînera jamais plus haut que la Ligue 2, avec le Stade de Reims. Même si l'arrivée de jeunes entraîneurs comme Jocelyn Gourvennec, Christophe Galtier ou Patrice Garande vient servir de contre-exemple, on sait déjà quels noms seront évoqués si l'aventure tourne mal.

Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 8 minutes Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne !
il y a 7 heures Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 116
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 16:41 Ligue des champions : des matchs le week-end dès 2024 ? 55