Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barrages Coupe du monde 2014
  3. // Mexique/Nouvelle-Zélande (5-1)

L'Azteca fête la « qualification » du Mexique

Sous une température quasi-hivernale, le Mexique s'est sorti une grosse épine du pied en écrasant (5-1) une très faible Nouvelle-Zélande en barrage aller. Sauf catastrophe thermonucléaire, El Tri sera de la Coupe du monde.

Modififié
«  Nous allons au Mondial, nous allons au Mondial » . Les 100.000 spectateurs du Stade Azteca tirent leur conclusion dès la 70e minute, sans attendre la fin du temps réglementaire, ni le match retour. Le Mexique mène 3-0 et sa supériorité sur les Néo-zélandais est si manifeste que la certitude d'être du prochain Mondial a pris le pas sur le scepticisme régnant avant la rencontre. Le stade Azteca ne fait pas la fine bouche. Sa réaction était pourtant redoutée, après une campagne de qualification calamiteuse (deux victoires en dix matchs), qui avait fait d'El Tri un objet d'exaspération national. Au final, il ne fut qu'appui inconditionné pour une équipe formée uniquement par des joueurs évoluant dans le championnat national.

Les buts du match :
Vidéo

Sans Chicharito, ni Giovani, ou Hector Moreno, le Mexique s'est baladé, mais la délivrance a quelque peu tardé à venir. Le premier bain de bière -la tradition de l'Azteca veut que des verres de houblon parfois copieusement remplis soient projetés sur les rangs du dessous à chaque but d'El Tri- s'est produit à la demi-heure de jeu. Paul Aguilar, arrière latéral droit de l'America, profite alors d'un mauvais renvoi du gardien kiwi pour ouvrir le score. Champion en titre, l'America, club le plus détesté et le plus aimé du pays, constitue la base de cette sélection chargée de passer avec succès l'épreuve des barrages. Au total, sept joueurs aguilas ont été alignés par Miguel « El Piojo » Herrera, le néo-sélectionneur, prêté par ... l'America. Herrera pourrait d'ailleurs revenir sous peu sur le banc des Aguilas pour la conclusion du championnat mexicain.

Aux sept joueurs de l'America titularisés par El Piojo, se sont greffés trois joueurs de Leon, dont le capitaine Rafa Márquez, et Oribe Peralta de Santos, héros des Jeux olympiques 2012 et auteur d'un doublé (48e, 79e). Au club appartenant au géant des communications, Televisa, El Tri n'a pas seulement emprunté son entraîneur, et ses joueurs, mais aussi son schéma : un 5-3-2 qu'affectionne Miguel Herrera, coach au franc-parler tendant vers le vulgaire. Mardi, alors que le Mexique tremblait encore, El Piojo s'est pointé en conférence de presse avec sa traditionnelle assurance. « On va gagner » a t-il déclaré, manière de montrer qu'il était l'homme de la situation pour sauver le Tritanic du naufrage.


La Fédération mexicaine avait programmé le match à 14h, afin de liquéfier les Néo-Z sous le soleil de Mexico. La météo n'a pas été conforme aux prévisions : un vent glacial soufflait, parkas et gants étaient de sortie … Mais ce climat ne semble pas franchement avoir favorisé les visiteurs. En tribunes, on se réchauffait notamment en exécutant la Ola, ce phénomène inventé au Mexique en 1984 et qui a fait tant de mal au Stade de France. Soulagé par la prestation et l'efficacité des siens, l'Azteca a commencé à se montrer arrogant à partir du troisième but, le public en demandant un quatrième, puis un cinquième, et même un sixième. Ce dernier ne viendra jamais. Les Néo-zélandais parviendront même à profiter d'un moment de flottement d'El Tri pour réduire le score (5-1, 85e). Invaincu lors du Mondial 2010 (trois nuls), la Nouvelle-Zélande n'est pas parvenue à s'adapter au forfait de Winston Reid (West Ham), grand référent de la défense et de l'équipe. Les Kiwis n'ont pu camoufler le déclin d'un groupe qui peine à se renouveler depuis l'Afrique du Sud. Leur impuissance les a même conduits à envoyer du tampon façon All-Blacks lors du dernier quart d'heure.

Face à la Nouvelle-Zélande, la sélection verte a signé sa première victoire autoritaire, en match officiel, de l'année 2013. Avant le retour à Wellington, mercredi prochain, le Mexique n'a aucun souci à se faire. L'avenir d'El Tri reste pourtant dominé par l'incertitude. Car, que faire de ces joueurs qui viennent de rendre un gros coup à la nation, mais qui, pour la plupart, pourraient être amenés à s'effacer, devant les Chicharito (encore extrêmement présent sur les panneaux publicitaires), Giovani, ou Hector Moreno ? Pourrait-on aussi assister au retour des Argentins naturalisés à la hâte ces dernières semaines, mais snobés par Miguel Herrera ? Quant au néo-sélectionneur, si le résultat de mercredi le conforte dans sa position, son contrat se circonscrit aux matchs de barrages. Ne pas le reconduire pourrait paraître farfelu, mais la Fédération qui a décidé de l'embaucher est la même qui a usé quatre sélectionneurs en cinq semaines. Une certitude toutefois : le Mexique va au Mondial. Sauf catastrophe ...

Thomas Goubin, à Mexico
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:11 Premier League : le mercato estival fermera encore plus tôt 4

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 14:25 Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 29
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 11:53 Le but pas vraiment fair-play d'une joueuse ouzbèke 31