Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Juventus-Atlético (3-0)

L'Atlético, ce si long refrain

Alors qu’il rêvait de disputer une finale de C1 à la maison, l’Atlético s’est fait détrousser mardi soir à Turin (3-0) et s’est, une nouvelle fois, fait balayer par Cristiano Ronaldo. Putain de refrain.

Modififié
Et, d’un coup, la deuxième partie du spectacle commence. Tout apparaît sous nos yeux : la tension, l’inquiétude, la stupéfaction. En quittant la manche aller à Madrid, Diego Simeone avait prévenu son monde : « Rien n’est fait. N’oubliez pas que c’est la Juve en face ! Le retour à Turin sera extrêmement compliqué... » L’Argentin n’a que trop bien appris à souffrir pour ne pas se couvrir au moment de pousser ses hommes dans la tempête. De sa zone technique, Simeone comprend rapidement : si l’Atlético est capable de ramasser des vagues en regardant l’adversaire comme un gangster en lui répétant qu’il peut toujours venir et que rien ne peut l’atteindre, le cadrage tactique de ce huitième de finale retour retourne rapidement l’estomac du Cholo. Car, du bord du terrain, Diego Simeone voit le monstre grandir et la Vieille Dame s’élever, il voit ses hommes trembler et le destin lui revenir en pleine bille. Le football est un chien de l’enfer, un drôle d’univers qui trompe les illusions et où l’espoir enfantin se transforme souvent en chagrin adulte. Puis, mercredi soir, à Turin, Simeone a surtout vu revenir son détraqueur : Cristiano Ronaldo, encore et toujours Cristiano Ronaldo.


Oui, le même Cristiano Ronaldo qui était venu marcher sur ses espoirs au printemps 2017 lors d’une demi-finale aller de C1 disputée au Bernabéu et largement perdue par l’Atlético (3-0). Ce soir-là, le Portugais avait claqué un triplé, déjà. Ce n’était pas nouveau, puisque Ronaldo en avait déjà claqué deux sous les yeux de Diego Simeone, en Liga. Cette fois, CR7 a récidivé, sous le maillot de la Juventus, pour un résultat copié-collé : le Portugais a plié l’Atlético en trois et laisse Simeone suspendu au-dessus de la fugue d’un énième rêve. On s’interroge depuis toujours sur l’histoire d’amour qui lie l’Argentin à l’Atlético et ce soir peut-être plus que jamais : quelle peut être la suite de l’aventure ? Combien de saisons s’écouleront avant que le Cholo ait envie de changer de veste ? Lui répète à chaque entretien qu’il se verrait bien un jour à l’Inter ou à la Lazio, mais lors de la dernière Saint-Valentin, Diego Simeone a décidé de prolonger de deux ans son contrat avec les Colchoneros. Cet homme avait alors un rêve : disputer une troisième finale de C1 avec l’Atlético et en remporter une, qui plus est celle-ci, à la maison, au Wanda Metropolitano. Perdu Diego.

La fin d'un cycle


Que restait-il de l’Atlético vainqueur de la Juventus à l’aller (2-0) mercredi soir ? À l’Allianz Stadium, où étaient passés les « frères » vantés par Simeone ? L’Argentin avait demandé à ses gars « tranquillité et humilité » , ces derniers ont découvert une nouvelle destruction sentimentale au bout de leur route et n’auront offert qu’une occasion et demie de rébellion : une tête de Morata avant la pause, une frappe non cadrée de Correa en seconde période. C’est tout. Sinon, l’Atlético s’est replié sur lui-même d’une façon diamétralement opposée à celle d’un match aller d’où la Juventus était ressortie avec quelque 63% de possession de balle. Cette fois, avec un taux de possession identique, la Vieille Dame a étouffé les Madrilènes sur les moindres relances durant une majorité de la rencontre grâce à un trio Matuidi-Pjanić-Can excellent au rouleau et à des croqueurs d’espaces (Cancelo-Bernardeschi d’un côté, Ronaldo-Spinazzola de l’autre) brillants.



Sur ce point, Simeone a vu son objectif de « profiter des espaces offerts » pour « jouer le meilleur match possible afin que Morata puisse donner le meilleur de lui-même » fondre sans avoir vraiment la possibilité de lever le petit doigt. L’Atlético est tombé mardi soir sans avoir été lui-même et c’est peut-être le plus difficile à digérer pour Diego Simeone, dont certains choix tactiques (la titularisation de Lemar notamment) seront discutés demain. Cette défaite marque aussi la fin d’un cycle : cet été, Godín quittera certainement ses potes, tout comme peut-être Antoine Griezmann, mais l’Atlético reviendra, c’est une certitude. Turin laisse une nouvelle cicatrice, ouvre une nouvelle blessure : le monstre a de nouveau attrapé ce club. Pouvait-il en être autrement ? Un match de football exige une performance coordonnée de tous ses acteurs : à Turin, l’Atlético a avancé désarticulé et s'y est évaporé.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Débriefons ce triomphe de la Juve




Dans cet article


À lire ensuite
La Champions Ronaldo