Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2019
  2. // Gr. D
  3. // Argentine-Japon (0-0)

L'Argentine s'offre un nul historique contre le Japon

Finalistes de la dernière édition et victorieuses en 2011, les Japonaises ont été accrochées lundi au Parc par une valeureuse Argentine (0-0), qui décroche ainsi le premier point de son histoire en Coupe du monde. Brillant !

Modififié

Argentine 0-0 Japon



L'Argentine en Coupe du monde, c'était d'abord ça : six matchs joués, deux buts marqués, trente-trois encaissés. L'Argentine dans un Mondial face au Japon, c'était aussi ça : deux confrontations, deux défaites (dont un 6-0 cinglant en septembre 2003). Puis, 2019, la France, le Parc, Carlos Borrello toujours sur le banc, et voilà que tout éclate. Non, l'Argentine n'a pas remporté sa première victoire dans un Mondial lundi contre le Japon, mais elle a réussi l'essentiel : prendre le premier point de son histoire dans la compétition. Brillant.


Un match de Coupe du monde comme une fable. Celle de la petite bête qui veut manger la grosse, mais aussi un peu plus que ça : il était écrit que l'Argentine, en pleine résurrection après cinq ans de galères et de bastons pour exister, se présentait à Paris, lundi, pour se faire avaler sans être prémâchée par un Japon restant sur deux finales mondiales consécutives. De quoi faire peur au pilote de l'écurie sud-américaine, Carlos Borrello, en poste lors des deux dernières participations au buffet mondial de l'Argentine (en 2003 et 2007) ? En aucun cas, et le sexagénaire a refusé de se planquer ce week-end : « Une chose ne se mesure pas. C'est la passion. Ce quelque chose qui vient de l'intérieur. Je fais totalement confiance à mes joueuses, à mes guerrières, pour cette bataille. » Bataille pour se prouver des choses, bataille pour « montrer ce dont est capable la femme argentine » (Banini), mais bataille qui passe d'entrée par une gestion tactique rigoureuse d'un Japon qui semble avoir été rangé par Marie Kondō : rien ne dépasse de cette équipe, de sa sélectionneuse, Asako Takakura, à son jeu discipliné, désormais déployé par un groupe ultra-jeune (douze joueuses sur les vingt-trois qui ont fait le voyage en France sont nées en 1996 ou après).

Jour historique et discussion hachée


Attendues, les Japonaises peinent à vraiment inquiéter une Albiceleste aussi courageuse que limitée, mais guidée par une Estefanía Banini en balade technique. Dans un Parc à moitié plein, les femmes de Borrello tiennent le choc, laissent le Japon se fracasser les dents contre leur 4-5-1 et Hasegawa jouer du sombrero au-dessus de Ruth Bravo, et ne concèdent quasiment rien, à l'exception d'une tête en bout de course de Sugawasa facilement captée par Correa. Ce deuxième match du groupe D prend l'allure d'un duel de western-spaghetti où personne ne veut se tacher le short, sauf peut-être Sole Jaimes, venue planter le décor avant même le coup d'envoi en s'installant genoux au sol et doigts tendus vers le ciel : pour débloquer cette rencontre, il faudra certainement s'en remettre à une intervention divine. La faute à une discussion hachée (six fautes argentines en trente-cinq minutes, deux cartons jaunes pour les Japonaises) et à un niveau technique faiblard, ce qui a rapidement rendu dingue le sage Carlos Borrello. Asako Takakura, elle, aura réussi l'exploit de passer 45 minutes quasi figée dans sa zone technique : à l'entracte, la sélectionneuse des Nadeshiko a les bras croisés et le visage fermé. Pas bon signe.


D'autant que le début de seconde période est un message : sur son premier ballon touché dans le deuxième acte, Virginia Gómez balance et se replace instantanément. L'Argentine veut tenir, point. Yokoyama veut plutôt faire monter la fièvre et force Correa à se rouler dans le gazon parisien alors que Sameshima tente d'embraser l'aile droite ciel et blanc. Mains sur les hanches, Borrello voit son ensemble fondre doucement : son bloc ne tient plus le ballon (plus de 60% de possession de balle pour le Japon), ses filles n'enchaînent plus deux passes... mais Hasegawa continue de croquer dans le vide. Seuls éclairs argentins : un contre emmené par Banini, foiré par Jaimes à l'heure de jeu, puis une première frappe cadrée signée Bonsegundo à vingt minutes de la fin. Et alors ? Dans son coin, Borrello y croit, voit le premier point de l'histoire de l'Argentine en Coupe du monde à l'horizon, barricade son affaire et Correa sort une énième parade. Il est 19h48, nous sommes le 10 juin 2019 : l'Argentine vient de renaître pour de bon et d'écrire un peu plus son histoire.


Argentine (4-5-1) : Correa ; Gómez, Barroso, Cometti, Stabile ; Banini, Bravo (Santana, 64e), Benítez (Coronel, 80e), Mayorga, Bonsegundo (Larroquette, 78e) ; Jaimes. Sélectionneur: Carlos Borrello.
Japon (4-2-2-2) : Yamashita ; Shimizu, Kumagai, Minami, Sameshima ; Sugita, Miura ; Nakajima (Endo, 75e), Hasegawa ; Sugasawa (Takarada, 90e), Yokoyama (Iwabuchi, 57e). Sélectionneuse: Asako Takakura.


Par Maxime Brigand, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Un autre t-shirt de foot est possible

dimanche 7 juillet Emmanuel Macron : « Pour le sport féminin, les choses ne seront plus jamais les mêmes » 70 dimanche 7 juillet Revivez États-Unis - Pays-Bas (2 - 0) 255
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
vendredi 5 juillet Infantino veut une Coupe du monde féminine à 32 équipes 22 mercredi 3 juillet Revivez Pays-Bas - Suède (1 - 0) 190 mardi 2 juillet Valenciennes bat des records d'affluence aux buvettes du Mondial 36 lundi 1er juillet Les stations de métro de Lyon rebaptisées au nom des capitaines du Mondial 16 samedi 29 juin Dhorasoo : « J’espère que la France ne sera pas la dernière à réagir » 195 vendredi 28 juin Revivez France - Etats-Unis (1 - 2) 493 jeudi 27 juin Pierluigi Collina défend la VAR 94 mardi 25 juin La mascotte Ettie volée au Parc des Princes 39