Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options
  1. // Mondial 2014
  2. // Éliminatoires
  3. // Zone CONMEBOL

L'Argentine a manqué d'air, la Colombie chute

Le Venezuela a réalisé la grande performance de la 12e journée des éliminatoires CONMEBOL en faisant chuter une euphorique Colombie (1-0). Leader, l'Argentine a survécu à l'altitude en Bolivie, tandis que l'Uruguay, défait au Chili, voit la Coupe du monde s'éloigner.

Modififié
Bolivie - Argentine (1-1):
Buts : Martins (25e) pour la Bolovie. Banega (44e) pour l'Albiceleste.

Asphyxier n'est pas gagner. En Bolivie, l'Argentine a souffert, mais a ramené ce qu'elle semblait être venue chercher : un bon petit nul. Un résultat qui lui permet de se rapprocher encore un peu plus du Brésil, et de tourner la page de l'humiliation (6-1) subie il y a quatre ans à La Paz. Alejandro Sabella qui avait aligné un très prudent 5-2-2-1, et donné une connotation plus Copa Libertadores que Ligue des champions à son onze, peut être content de son coup. Conscient qu'un match à la Paz ne peut s'appréhender selon les paramètres habituels, le sélectionneur n'a pas hésité à renouveler totalement sa ligne défensive, au sein de laquelle Hugo Campagnaro faisait figure de seul « Européen » . Exit Federico Fernandez, Ezequiel Garay, Marcos Rojo, et Pablo Zabaleta. Bienvenue à José Maria Basanta des Rayados Monterrey, et au jeune Gino Peruzzi, de Vélez, tous deux capés officiellement pour la première fois.

Le pari était risqué. L'entame de match des Argentins, et surtout celle des Boliviens, auxquels l'altitude donne des ailes, a d'ailleurs laissé envisager le pire pour l'Albiceleste. Mais l'égalisation d'Ever Banega, juste avant le retour aux vestiaires (44e), a redonné un peu d'oxygène aux hommes d'Alejandro Sabella, et entamé la confiance des Boliviens, qui avaient logiquement ouvert le score grâce à Marcelo Martins (25e). L'Argentine a souffert, mais n'a pas craqué, à l'image d'un Di María temporairement sorti à la 57e sous masque à oxygène, et qui bouclera 89 minutes avant d'être remplacé par Guiñazú. L'Albiceleste a même fini par disposer de la balle de match, mais Messi, que l'on n'avait jamais vu autant mettre les mains sur les genoux, a sabordé son face-à-face (85e), tel un vulgaire Matt Moussilou. « C'est un très bon match nul » , a considéré la Pulga au terme de la rencontre. Les Boliviens ne peuvent en dire autant, enlisés dans les bas-fonds du classement, avec neuf petits points.

Vidéo

Équateur – Paraguay (4-1) :
Buts : Caicedo (37e), Montero (49e), C.Benítez (53e) et Pablo Aguilar (csc, 75e) pour le l'Équateur. Caballero (14e) pour le Paraguay.

Après avoir livré un match plein d'envie et ramené un point d'Uruguay, le Paraguay a sombré en Équateur. Une lourde défaite qui éloigne encore un peu plus l'Albirroja du Brésil. À Quito, tout avait pourtant débuté idéalement pour les Guaranis : dès la 14e minute, Luis Caballero ouvre le score, contre le cours du jeu. Mais le Paraguay n'est pas lanterne rouge des éliminatoires pour rien, et l'Équateur l'une des équipes de tête de la zone CONEMBOL. Sûrs de leur force, Antonio Valencia et consorts ne se sont jamais affolés, égalisant via Felipe Caicedo, avant de prendre le large en deuxième période.

Jefferson Montero a été l'homme du match. Dans un 4-4-2 où l'ex du Betis se trouvait à l'opposé d'Antonio Valencia, Montero a dynamité des Guaranis qui ont égaré leur savoir-faire défensif. Buteur en début de deuxième période, le joueur des Monarcas Morelia a ensuite offert un caviar à Christian Benítez (53e), avant de voir sa frappe, déviée par un pied paraguayen, mourir au fond des filets du pauvre Diego Barreto (75e). Au bénéfice de cette large victoire, l'Équateur reprend sa deuxième place à la Colombie.

Vidéo

ChiliUruguay (2-0 ) :
Buts : Paredes (10e) et Vargas (78e) pour El Chile

Plus rien ne va plus pour l'Uruguay. En chute libre en 2012, la Celeste s'efforce de redresser sa courbe de performance, mais une main insistante lui remet la tête sous l'eau au moment où elle semble se remettre à flot. Vendredi, face au Paraguay, l'Uruguay paraissait tenir sa victoire après l'ouverture du score de Luis Suárez, mais le Paraguay était revenu au score dans la foulée. Mardi soir, au moment où l'égalisation uruguayenne semblait imminente, le Chili a fini par doubler la mise par Vargas. D'autant plus cruel qu'un pénalty aurait dû être sifflé auparavant en faveur de Luis Suárez et consorts : une main de Jara, sans jeu de mots, à la 58e. Qu'importe, Jorge Sampaoli tient sa première victoire avec le Chili.

Une victoire pas non plus imméritée, tant la Celeste s'est fait manger lors de la première demi-heure. Le seule mérite des hommes d'Óscar Tabárez a alors été de ne pas encaisser plus de buts. Étouffé par le remarquable pressing de la Roja, l'Uruguay a notamment déploré un important dégât des eaux sur son côté droit, où Matias Aguirregaray, joueur de Peñarol au style néandertalien, a constamment été pris de vitesse par Jean Beauséjour. La Celeste a payé cher la suspension de Maxi Pereira. Le Chili devait, lui, se passer d'Alexis Sánchez. Appelé de dernière minute pour pallier l'absence du Barcelonais, l'attaquant d'Atlante, Esteban Paredes, a été titularisé. À la dixième minute, il ouvrait le score. Il y a doublure et doublure… En deuxième période, Tabárez a rectifié le tir en sortant Aguirregaray, et en misant sur la jeunesse de Matias Silva (première cape). Un choix judicieux. Avec l'entrée de Forlán (à la place de Gastón Ramírez) à la 70e minute, la pression des visiteurs s'est encore accentuée, mais le Chili a fini par assommer les demi-finalistes de la dernière Coupe du monde. Contre le cours du jeu. L'Uruguay rétrograde à la sixième place, la première non qualificative pour le Mondial. La Roja occupe le quatrième rang.

Vidéo

VenezuelaColombie (1-0) :
But : Rondón (12e) pour le Venezuela

À domicile, le Venezuela aime marquer les esprits. En début de campagne éliminatoire, la Vinotinto avait fait tomber l'Argentine. Cette fois, elle a brutalement interrompu l'impressionnante série de la Colombie, qui restait sur quatre victoires de rang. Un but, en début de match, de Salomon Rondón a suffi aux hommes de César Farías pour faire chuter les Cafeteros. Ce résultat obtenu par cette sélection de caractère confirme que le Venezuela, désormais cinquième du classement, est un candidat sérieux au Brésil. José Pékerman redoutait d'ailleurs ce déplacement à Ciudad Guayana, au point de priver Falcao de son habituel compère d'attaque, Teófilo Gutiérrez. Le joueur de Cruz Azul rentrera en seconde période, comme le meilleur buteur de la Jupiler League, Carlos Bacca, mais rien n'y fera. Falcao s'est bien trouvé à deux doigts d'égaliser à la 78e, mais le poteau a repoussé sa reprise de volée à bout portant. Avec les Nantais Cichero et Arsiteguieta, titulaires, le Venezuela tient son exploit. La Colombie reprendra sa campagne éliminatoire, en juin, par un déplacement en Argentine. L'occasion de titiller à nouveau la tête, ou de voir le peloton des poursuivants se rapprocher.

Vidéo

Le classement : Argentine (24 pts), Équateur (20), Colombie (19), Chili (15), Venezuela (15), Uruguay (13), Pérou (11), Bolivie (9), Paraguay (8).

par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Le Kiosque SO PRESS

Hier à 16:11 Premier League : le mercato estival fermera encore plus tôt 4
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 14:25 Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 29
À lire ensuite
Monreal, royal au bar