Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des nations
  2. // Demies
  3. // Pays-Bas-Angleterre

L'Angleterre promise

Demi-finaliste de la Ligue des nations moins d'un an après avoir atteint le dernier carré du Mondial, l'Angleterre de Southgate, qui se mesure aux Pays-Bas, est au Portugal pour transformer les attentes.

Modififié

Il y a ceux qui jugent les qualités d'un entraîneur au poids de son armoire à trophées et ceux qui préfèrent regarder ces drôles de types à travers un autre critère : celui de l'émotion et donc de l'esthétisme. Un jour de conférence de presse à Marseille, en août 2014, Marcelo Bielsa avait creusé à sa manière ce fossé : « Ce qui nous unit, c'est la joie de partager l'expression de gestes techniques superbes, surtout quand les joueurs sont de l'équipe que l'on soutient. Malheureusement, au niveau de l'émotivité, ça a été déformé. Le succès écrase tout le reste, au détriment du facteur esthétique. C'est ce qui a éteint un peu la pureté originelle du football. (...) On est dans l'exercice tout bête des tâches quotidiennes parce que c'est la routine, mais on oublie parfois que le foot, c'est la création de l'émotion, captiver des gens qui ne demandent qu'à s'enflammer. » Gareth Southgate, lui, a décidé de dessiner la chose à la manière d'un Allen Johnson, soit en posant des haies à franchir pour « changer » , à terme, « la perception de ce que l'Angleterre est capable de faire » . Voilà maintenant un peu moins de trente-deux mois que l'opération reboot du système a commencé, que Southgate est sorti des starts et que les Three Lions ont entamé leur changement de dégaine.


Assez de temps pour voir le premier entraîneur du pays souffler, il y a quelques mois : « L'été dernier, avec notre demi-finale en Russie, on a franchi de nombreuses barrières. Une première victoire sur un match à élimination directe depuis plus de dix ans (et un Angleterre-Équateur remporté 1-0 lors des huitièmes de finale de la Coupe du monde 2006), une séance de tirs au but remportée pour la première fois depuis l'Euro 96... Ensuite, on devait être capable de rivaliser avec les meilleures nations. Cette équipe est assez courageuse pour ça et l'a prouvé. » Et ce, en changeant d'approche après le Mondial russe, en développant un nouveau système (un 4-3-3 assez classique) et en allant remporter une victoire de prestige en Espagne (2-3) mi-octobre avec le onze de départ aligné le plus jeune depuis 1959. Nouvelle haie : gagner.


« C'est impossible de se relâcher »


Gagner, non seulement pour voir l'Angleterre fêter un truc pour la première fois depuis le sacre de 1966, mais aussi gagner pour consacrer le gros travail effectué depuis le premier jour par Gareth Southgate, qui aura réussi à créer une équipe, une vraie. Une équipe capable de jouer un football libéré, maîtrisé et résolument offensif, de battre quasiment n'importe qui et même de retourner les situations mal embarquées, comme contre la Croatie (2-1) en novembre. Avant de se frotter aux Pays-Bas jeudi soir en demi-finale d'une Ligue des nations qui n'est pas un Euro, mais qui n'a rien d'une coupe de quartiers, les Three Lions sont invaincus depuis le 8 septembre et arrivent au Portugal bourrés de confiance, 48% du groupe convoqué (11 joueurs sur 23) étant composé de joueurs ayant soit remporté la Premier League, soit remporté la Ligue des champions, soit disputé la finale de cette même C1. Cela pousse aussi le staff en place en sélection à faire grimper un peu le curseur, comme l'expliquait cette semaine Steve Holland, l'assistant de Southgate : « Cela nous pousse à être au niveau et à progresser, c'est évident. On était contents de notre parcours à la Coupe du monde, mais on n'était pas rassasiés non plus. Même si on avait remporté la Coupe du monde, cela ne nous aurait pas suffi. C'est impossible de se relâcher parce que le reste des nations travaille et on peut toujours s'améliorer, humainement, tactiquement, sur chaque détail. » Tout n'a pas été parfait, évidemment, et Southgate n'a pas oublié comment ses gars avaient perdu le fil d'une demi-finale qu'ils tenaient entre les mains en Russie.



Aujourd'hui, on se demande si cette Angleterre peut s'offrir cette Ligue des nations, et la réponse est évidemment oui, mais l'objectif est surtout de franchir un nouveau cap à moins d'un an d'un Euro 2020 qui est la réelle cible. En ça, jouer les Pays-Bas est un bon test, les Oranje étant eux aussi en pleine construction et à un virage intéressant de leur projet. Ces deux nations ont une ligne droite et une pente forte devant eux, que Gareth Southgate va attaquer jeudi avec un questionnement semblable à celui qui habitait Pochettino la semaine dernière : que faire d'Harry Kane ? Oui, Kane est indispensable au système des Three Lions, mais sa forme physique actuelle inquiète, assez pour ouvrir la porte à son absence dans le onze, ce qui pourrait être aussi le cas de Jordan Henderson, rincé de son sacre madrilène, alors que l'Angleterre aura une grosse bataille à remporter au milieu. Seule quasi-certitude : pour sa cinquantième cape internationale, Raheem Sterling devrait porter le brassard de capitaine et confirmer son statut d'encadrant. Place à la transformation des attentes.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE

il y a 1 heure EuroMillions : 123 millions d'€ à gagner + 1 millionnaire garanti ce mardi il y a 1 heure Hienghène Sports, éliminé au 7e tour de la Coupe de France, mais qualifié pour le Mondial des clubs 3
il y a 2 heures Il rate son péno et défonce l'éclairage du stade 1 il y a 4 heures Michel Platini : « La VAR est une belle merde » 115
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE