Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. F
  3. // Allemagne-Suède (2-1)

L'Allemagne miraculée contre la Suède

Menée au score, pas en réussite et réduite à 10 : l'Allemagne a fini par se défaire de la Suède grâce à un coup franc de Kroos en toute fin de match. Non, les champions du monde n'ont pas encore abdiqué. Et oui, il faudra compter avec eux.

Modififié

Allemagne 2-1 Suède

Buts : Reus (47e) et Kroos (94e) pour l'Allemagne // Toivonen (32e) pour la Suède

Trente-deuxième minute de cet Allemagne-Suède à Sotchi, les champions du monde s’impatientent. Dominateurs, ils n’arrivent pas à se créer de réelles occasions et la tension monte, la nervosité s’installe. Balle au pied dans son camp, Toni Kroos, auteur d’un bon début de match, tente une passe anodine vers le rond central, le genre de geste qu’il a réussi des milliers de fois dans sa carrière. Bref, une formalité. Oui, mais ce début de Mondial ne ressemble à rien de ce que la Mannschaft a l’habitude de connaître, de maîtriser. Le Madrilène voit sa tentative interceptée, et deux passes plus tard, il observe Toivonen amortir de la poitrine dans la surface avant de lober Neuer, bien aidé par la pointe du pied de Rüdiger. Provisoirement éliminée, la Mannschaft est à terre. Quelques mois après avoir brisé les rêves italiens, la Suède se voit déjà éliminer un autre quadruple champion du monde. Sauf qu’à la fin, c’est toujours l’Allemagne qui gagne. Et aujourd’hui, c’était vraiment très à la fin.

Impuissance allemande et réalisme suédois


Dos au mur, Joachim Löw avait décidé de frapper fort au coup d’envoi, en écartant Hummels, Khedira et surtout Özil – qui restait sur 26 titularisations de rang en compétition internationale, soit depuis la Coupe du monde 2010 – du onze de départ. À leurs places, Rüdiger, Rudy et Reus pour redynamiser une Mannschaft moribonde. Des choix d’abord payants, puisque sous l’impulsion de Rudy, l’Allemagne démarre le match tambour battant et s’installe dans le camp suédois. En alternant passes courtes et renversements de jeu, les champions du monde baladent les Suédois sans pour autant se montrer dangereux, malgré un Julian Draxler remuant, qui bute d’entrée sur Olsen.


Sereins, les Suédois laissent passer l’orage et piquent au moindre contre, comme Berg qui bute in extremis sur Neuer (12e). Alors qu’on la croit monter en puissance, l’Allemagne ralentit, incapable de bousculer le solide bloc suédois, avant de perdre Rudy, touché au nez par Toivonen et remplacé par Gündoğan. Les Scandinaves, eux, suivent soigneusement leur notice, et démontent l’Allemagne pièce par pièce, jusqu’au but de Toivonen (32e). Sonné, la Mannschaft peine à réagir malgré une belle frappe de Gündoğan, et manque même d’encaisser le break juste avant la pause. Mais Manuel Neuer veille au grain.

La Reus’site change de camp


Au retour des vestiaires, l’Allemagne retrouve son vrai visage et son jeu de passe rapide et léché. Très vite, sur un centre rasant de Werner venu de la gauche, Marco Reus surgit pour remettre la Mannschaft sur les rails d’une reprise de l’intérieur du genou (47e). Les Weltmeister respirent et retrouvent leur football. Kroos, Reus et Werner multiplient les tentatives, sans succès. Acculés devant leur surface, les Suédois deviennent de plus en plus rugueux, et le match s’électrise alors que l’Allemagne ne parvient pas à concrétiser son écrasante domination. Une situation mal vécue par Jérôme Boateng.


Averti cinq minutes plus tôt, le défenseur du Bayern Munich, coupable d’un nouveau tacle trop appuyé, récolte un deuxième carton jaune (81e), et abandonne les siens. Avec lui, ce sont les espoirs de huitième de finale qui semblent se dissiper pour l’Allemagne. Pas résignés pour autant, les hommes de Joachim Löw continuent de pousser. Même après une énième parade d’Olsen sur une tête à bout portant de Gómez (87e), même après une reprise de Julian Brandt qui s’écrase sur le poteau gauche, même à dix contre onze. Plus personne n’y croit sauf eux, les Suédois finissent le match grillés comme des Krisprolls et commettent la faute de trop aux abords de leur surface. Sur un coup franc excentré à gauche, Kroos combine avec Reus et enroule dans le petit filet d’Olsen. L’Allemagne est sauvée. 28 ans plus tôt, Gary Lineker avait presque tout vu, sauf que ce soir, le football a été un sport qui s'est joué à 10 contre 11, et à la fin, c'est quand même l'Allemagne qui gagne.


Allemagne (4-2-3-1) : Neuer – Kimmich, Boateng, Rüdiger, Hector (Brandt 87e) – Rudy (Gündoğan 31e), Kroos – Draxler (Gómez 46e), Müller, Reus – Werner. Sélectionneur : Joachim Löw

Suède (4-4-2) : Olsen – Lustig, Lindelöf, Granqvist, Augustinsson – Claesson (Durmaz 73e), Ekdal, Larsson, Forsberg – Toivonen (Guidetti 77e), Berg. Sélectionneur : Janne Andersson


Par Adrien Hémard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 2 heures Mediapro ne revendra pas ses droits 24 il y a 2 heures Rivelino dézingue le jeu de l'équipe de France 90 il y a 3 heures Football Leaks : pour Agnelli et Čeferin, c'est une « fiction » 9

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 16:51 Le double raté d'un joueur du Lesotho 7
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 14:35 Alessandro Nesta va prolonger l'aventure à Pérouse 24 Hier à 14:27 Un match de D4 argentine retardé à cause d'une grenade 1