Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. C
  3. // Allemagne-Ukraine (2-0)

L'Allemagne gagne sans impressionner

Sans impressionner, voire en inquiétant parfois ses supporters, l'Allemagne a réussi son entrée dans l'Euro avec une victoire contre une bonne Ukraine(2-0). Trois points, une première place de groupe, et l'impression que les champions du monde sont loin d'être intouchables. Mais ils ont Neuer, Kroos et Khedira.

Modififié

Allemagne 2-0 Ukraine

Buts : Mustafi (19e) et Schweinsteiger (93e) pour la Mannschaft

Les notes de l'Ukraine

Champion du monde certes, favori pour la victoire à l'Euro aussi. Mais clairement, le but de Bastian Schweinsteiger dans les arrêts de jeu a été plus qu'un soulagement, une vraie libération. Ce premier match de l'Allemagne n'aura pas atténué le sentiment que l'équipe de Joachim Löw est prenable. Face à une bonne Ukraine, notamment offensivement et avec un bon Pyatov, la Nationalmannschaft a dû compter sur les nombreuses parades de son super gardien Manuel Neuer et la maestria de Toni Kroos en première période, passeur décisif et impérial dans un rôle de clé de voûte de l'édifice allemand. Un édifice assez fragile défensivement avec un Boateng qui aime faire peur à ses supporters et des latéraux – surtout Jonas Hector – qui ont laissé pas mal de boulevards aux joueurs de couloir ukrainiens dans le premier acte.

L'Ukraine se prend un coup de Kroos


Dans ce début de rencontre, facile de lire les intentions de Joachim Löw, en train de jouer avec son chewing-gum usagé : il veut du mouvement, du jeu au sol et des prises de risques. Et donc quatre, voire cinq joueurs offensifs – avec Sami Khedira – qui ne cessent d'inter-changer leurs positions devant. Mais dans les faits, les Allemands ont beau mettre le pied sur le ballon et faire circuler, ils ne sont pas aussi dangereux que les Ukrainiens avec un premier tir cadré par Viktor Kovalenko. Mais heureusement pour la Nationalmannschaft, ses joueurs clés sont en forme. Manuel Neuer d'abord, qui claque en corner la première occasion franche des Jaunes, et surtout Toni Kroos. Le 18 allemand prend les choses en mains et dépose un coup franc brossé sur la tête de Shkodran Mustafi. À 1-0, l'Allemagne est censée dérouler, mais se fait peur. D'abord sur une tête de Yevhen Khacheridi que Neuer enlève du cadre, puis sur un ballon de Vyacheslav Shevchuk que Boateng sort de manière peu orthodoxe. Après un but refusé à Roman Zozulya pour hors-jeu à cinq minutes de la pause, un constat s'impose : oui, l'Allemagne est ambitieuse dans le jeu, mais elle est vraiment fragile en défense, notamment sur les côtés.

L'Allemagne se fait peur toute seule


Au retour des vestiaires, les joueurs de Löw mettent le pied sur le ballon et montrent plus de dynamisme offensif. Le jeu en première intention, cela marche toujours, et surtout, cela permet à Julian Draxler, décalé à gauche, d'enrouler une frappe qui accroche le cadre, mais aussi les gants de Pyatov. Les Blancs ne relâchent pas l'étreinte, et, face à une défense regroupée, c'est encore Kroos qui prend ses responsabilités avec une frappe de loin qui effleure la transversale. La Mannschaft veut tuer le suspense, la défense de Mykhailo Fomenko serre les fesses en espérant que l'orage va passer. Quand ce n'est pas Pyatov qui sauve les meubles sur une belle frappe cadrée de Khedira. Sur un malentendu, les Ukrainiens se disent alors qu'ils peuvent éventuellement braquer un point et à chaque petit corner ou coup de pied arrêté, la tribune ukrainienne s'embrase. L'occasion se présente bien avec un coup franc de Yaroslav Rakitskiy. Mais Neuer détourne péniblement en corner. À un quart d'heure de la fin, Götze cadre enfin une première frappe, mais trop mollement avant de décaler Müller pour une énième frappe détournée par Pyatov. À peine entré à la place de Draxler, André Schürrle est proche de plier les débats avec une frappe qui passe à côté. Jusqu'à la fin, la Mannschaft souffre, et Löw se sent obligé de faire entrer Bastian Schweinsteiger pour les arrêts de jeu à la place d'un Götze fantomatique. Payant quelques minutes plus tard avec un contre mené par Özil et son centre au cordeau pour l'ancien milieu axial du Bayern Munich, qui met définitivement à l'abri les siens. Même en faisant n'importe quoi derrière, au final, c'est l'Allemagne qui gagne.



Par Nicolas Jucha, au Stade Pierre Mauroy (Lille)
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Euro 2016 - Gr. C
Allemagne-Ukraine (2-0)




Dans cet article


il y a 5 heures La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 11

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
il y a 10 heures Diego Maradona : « Mourinho est le meilleur coach du monde » 75
À lire ensuite
Les notes de l'Allemagne