Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. // Éliminatoires Euro 2016
  2. // Groupe D
  3. // J7
  4. // Allemagne/Pologne (3-1)

L'Allemagne écarte la Pologne

La Mannschaft avait à cœur de rendre la pareille à une équipe de Pologne qui l'avait battue 2-0 en octobre dernier. Mission accomplie pour les hommes de Joachim Löw, qui prennent la tête du groupe D. Le tout grâce à un Mario Götze retrouvé.

Modififié

Allemagne 3-1 Pologne

Buts : Müller (12e), Götze (19e, 82e) pour les Germains / Lewandowski (36e) pour les Polonais

On le croyait perdu pour toujours. Voilà des semaines, des mois qu'il ne faisait plus rien, qu'il était plongé dans le doute. Mario Götze était bel et bien à terre, mais pas encore mort. « Je sais que j'ai d'énormes qualités et que je ne vais pas les perdre du jour au lendemain » , avait-il prévenu en conférence de presse. Et il a pris ses responsabilités. En marquant deux fois face à la Pologne, l'homme au numéro 19 a montré qu'il était encore capable de jouer au ballon. Et surtout, qu'on ne peut pas se passer de lui aussi facilement. En effet, plus le temps passe, et plus il est en train de devenir le nouveau Lukas Podolski : la sélection est en train de devenir son club, son refuge.

Müller le renard


L'Allemagne débute cette rencontre très haut, et squatte d'entrée la moitié de terrain polonaise. La donne est simple : il y a une victoire à aller chercher, ainsi qu'une première place de groupe. C'est le minimum syndical quand on est champion du monde. Bellarabi allume les premières mèches, mais la cartouche fatale viendra de Jonas Hector. Sur son côté gauche, le sociétaire de Cologne joue quasiment ailier. Grâce à un une-deux avec Bellarabi, Hector efface toute la défense polonaise et sert tranquillement Müller qui traînait bien évidemment par là, tout seul (12e). Comme à son habitude, la Mannschaft décide de ne pas s'arrêter en si bon chemin et continue donc de pousser. Et sept minutes après le premier but, Mario Götze double la mise. À l'ancienne : dribbles dribbles dribbles, frappe au premier poteau, gardien masqué, Tor.

Lewandowski, évidemment


La Pologne semble perdue, et ce, même si les Allemands décident de ralentir légèrement le jeu. C'est simple : plus les Polonais poussent, et plus ils semblent brouillons. Mais les Biało Czerwoni ont de la fierté à revendre, d'autant plus qu'ils jouent quasiment à domicile (si l'on se fie à la reprise par le public de la Commerzbank Arena de Francfort de l'hymne polonais). Alors ils se concentrent de nouveau et, devant le nombre d'occasions manquées par les Allemands, se disent qu'il y a un coup à jouer. Bien vu : suite à une énième occasion ratée de l'Allemagne, Grosicki, remarquablement servi, met un subtil centre de l'extérieur du pied. Un centre qui trouve Robert Lewandowski, qui ne se fait pas prier pour prendre le meilleur sur la charnière centrale et crucifier son collègue Manuel Neuer (36e).

Götze, homme du match


2-1, le score parfait pour la suite du match. La Pologne ne s'avoue pas vaincue, et l'Allemagne sait qu'elle devra encore cravacher pendant un peu plus d'une mi-temps. Juste avant les citrons, Manuel Neuer, qui s'ennuyait, dégage n'importe comment. Le ballon revient vite dans sa direction, Robert Lewandowski envoie une frappe de brute, mais le natif de Gelsenkirchen sort une grosse parade. Devant des Polonais volontaires, le milieu de terrain lâche un peu prise, d'où l'entrée de Gündoğan pour Bellarabi. Pas à l'abri, la Mannschaft continue d'attaquer et de pilonner le but de Fabiański, qui tient le coup. De son côté, la Reprezentacja profite des espaces pour s'en aller contrer. Mais ni Lewandowski ni aucun de ses camarades n'arrivent à inquiéter Neuer. Ça attaque dans tous les sens, un vrai match de Bundesliga. Götze tente une Thierry Henry, mais ne touche que l'aluminium. Mais en fin de rencontre, il sera récompensé pour ses efforts et met au fond le ballon détourné au préalable par Fabiański suite à une frappe de Müller (82e). La Pologne, qui n'a vraiment pas démérité, s'avoue vaincue. L'Allemagne monte sur le trône du groupe D, et Mario Götze peut savourer sa belle soirée. Francfort lui est sûrement plus douce que Munich en ce moment.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 8 minutes Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne !
il y a 7 heures Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 116
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 16:41 Ligue des champions : des matchs le week-end dès 2024 ? 55