Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // Disparition
  2. // Kobe Bryant

Kobe Bryant, le Barça dans les gènes

Impensable il y a de cela quelques heures, le décès de Kobe Bryant émeut la planète entière. Avec le départ du Black Mamba, le monde perd bien plus qu’une icône de basketball. Le légendaire numéro 8 et 24 des Los Angeles Lakers était également un fan de sport et plus particulièrement de football, où il avait noué des liens forts avec son club de cœur : le FC Barcelone.

Modififié
L’image fait le tour du monde à l’heure qu’il est, et cela paraît normal tant Neymar da Silva Santos Júnior représente l'image du sportif reconnu à travers le globe. Au moment d’inscrire le deuxième but du PSG sur la pelouse de Lille, le joueur du Paris Saint-Germain profite de la fin d’une accolade collective pour se retourner vers la caméra. Là, le Ney prend un air sérieux et montre deux doigts sur sa main droite, puis quatre sur sa main gauche. 24, soit le numéro historique de Kobe Bryant lors de la deuxième partie de son aventure aux Los Angeles Lakers. En fin de rencontre, le Brésilien s’exprime sur sa soirée tronquée par le décès d’un ami. « J'ai été voir les messages sur les réseaux sociaux à la mi-temps, j'ai vu que Kobe était mort. C'est une grande tristesse pour tous les fans de sport. (...) J'ai fait cette célébration pour lui, j'espère qu'il reposera en paix. » Un hommage loin d’être anodin puisque si Neymar est autant attaché à Bryant, le Black Mamba avait quant à lui le béguin pour le Barça.

La symbiose avec Ronaldinho


Le 23 juin 2013, le Brésil s’impose contre l’Italie lors de son dernier match de poule durant la Coupe des confédérations organisée sur ses terres (4-2). Dans le vestiaire, l’équipe auriverde célèbre son succès, mais ne s’attend pas à recevoir une visite de prestige : celle de Kobe Bryant. Vingt jours auparavant, Neymar était présenté au Camp Nou pour officialiser son transfert au FC Barcelone. Une recrue que Bryant, habitué à porter la tunique du Barça depuis les années 2000 et présent pour une opération marketing à Salvador, avait logiquement envie de rencontrer personnellement. Juste après leur première rencontre, Neymar publie une photo avec le quintuple champion NBA sur Instagram. « Kobe... Celui-là, c’est un phénomène. Je suis complètement fan ! » Fanatique, Kobe Bryant l’est également quand il évoque sa passion pour le Barça. À Los Angeles, l’arrière des Lakers avait déjà eu l’opportunité de rencontrer les Culés lors des tournées estivales, avait aussi disputé un match amical de basket-ball contre le FC Barcelone ou encore participé à une rencontre de football à but caritatif où la légende vivante américaine partageait le même maillot qu’un certain Pep Guardiola.


Si le partenariat Nike créait de facto un lien intime entre les institutions des Lakers et du Barça, Bryant avait d’abord ressenti un coup de cœur grâce à l'AC Milan lorsque son père Joe sillonnait l’Italie après sa carrière US à partir de 1984. « Si tu me coupes le bras, tu verras quatre couleurs, explique Bryant dans un entretien accordé à ESPN. Le bleu, le grenat, mais aussi le rouge et le noir. » Cependant, Bryant va progressivement succomber à la ferveur barcelonaise devant le génie de Ronaldinho, devenu un ami proche au milieu des années 2000 après leur première rencontre au Rose Bowl Stadium de Pasadena. Fan de soccer depuis l’enfance, Bryant admire la tranquillité et la spontanéité de Ronnie qu’il considère comme le meilleur footballeur de la planète.


Mais ça, c’était avant de rencontrer l’héritier. « Messi devait avoir 18 ans à cette époque, peut-être même 17, poursuit Bryant pour ESPN. J’étais en train de parler avec Ronaldinho et il m’a dit : "Kobe, il faut que je te présente le futur meilleur joueur de tous les temps." J’ai dit : "Quoi ? Mais c’est toi, le meilleur !" Et il m’a répondu : "Non non, ce gamin sera le meilleur." » En 2008, Bryant et Messi apprennent à mieux se connaître lors des JO de Pékin où les deux hommes ramèneront chacun une breloque en or à leur nation. Le destin des champions.

Pau Gasol, l’intermédiaire


En parallèle, Bryant parvient aussi à échanger régulièrement autour de sa passion pour les exploits de Messi et consorts en cours de saison chez les Lakers. La raison ? L’arrivée de Pau Gasol dans le vestiaire du Staples Center. Avec l’ancien pivot du Barça entre 1998 et 2001, les discussions vont bon train, et Bryant prend Gasol sous son aile, à l’image d’un « frère aîné » comme le décrit l’Espagnol. Ensemble, les deux partenaires vont jouer trois finales NBA successives et réaliser le back-to-back en 2009 et 2010. De quoi donner à Kobe des envies de découvrir un peu plus le club formateur de son cadet. « Je suis un peu le championnat avec Pau Gasol, expliquait Bryant pour As en 2012. Donnez-moi trois ans pour me voir jouer à Barcelone. J’aime l’Espagne au point de vouloir jouer ici. À choisir, je préfère Barcelone au Real Madrid. J’aime cette ville, la plage est immense, et je pourrais aller voir les matchs de foot. » Une déclaration qui n’était pas tombée dans l’oreille d’un sourd chez les Blaugrana. En 2016, les dirigeants barcelonais approchent Bryant en lui offrant un contrat limité aux rencontres d’Euroligue, afin d’être uniquement opposé aux meilleures équipes du Vieux Continent. Une proposition que l’intéressé avait préféré décliner, soulignant son souhait de ne pas décevoir. La preuve que Bryant était avant tout un immense compétiteur.




Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

Partenaires
Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 09:53 Viens mater OL – Juve lors d’une projection So Foot de tous les exploits 1 Hier à 09:30 25 ans de suspension pour avoir frappé un arbitre 21