Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Rennes-PSG (2-2, 6-5 TAB)

King Julien

Premier entraîneur du Stade rennais vainqueur de la Coupe de France depuis Jean Prouff en 1971, Julien Stéphan a validé ses cinq premiers mois dans le circuit professionnel par un trophée majeur et a posé un socle prometteur pour l’avenir du club breton.

Modififié
En fin explorateur, Julien Stéphan sait qu’après les vagues viennent les gouttes et que la réussite d’une quête dépend principalement de la gestion du plan de route initial. Celui-ci était simple et aura été préparé pendant de longues journées, avec comme base première un voyage perdu fin janvier, au Parc. Là-bas, dans la gueule du futur champion de France, le Stade rennais avait tenu une heure, mais avait surtout refusé de s’adapter aux circonstances, payant les efforts et se faisant découper sur des erreurs individuelles (4-1). « Là, on s’est contenu sur les efforts, car il fallait garder de l’énergie » , a expliqué Damien Da Silva samedi soir, dans les couloirs du Stade de France, où Rennes a été décrocher son premier titre depuis 1971, date de la victoire du gang de Jean Prouff sur l’OL, à Colombes. Le nouveau plan, donc : face à un PSG qui récupérait ce week-end ses « forces vives » , Stéphan aura livré à la France du foot un condensé de ses cinq premiers mois dans le circuit pro, n’hésitant pas à entrer sur le terrain pour redonner un ballon à Hatem Ben Arfa à l’heure de jeu et à attendre la 106e minute pour effectuer son premier – et seul – changement de la soirée. Cet homme sait où il va et tient un socle de promesses avant de s’avaler sa première saison complète chez les grands.

Blanc, pas si noir

« Tu ne peux pas rêver »


Une certitude : Julien Stéphan a toujours su que ses gars étaient capables de renverser le PSG, même s’il décrivait ce rêve comme un potentiel « tremblement de terre » . On sentait la chose possible, d’autant plus qu’il fallait se rappeler aussi que Stéphan avait annoncé dès le premier jour, lors d’un premier entretien donné à Ouest-France, que le rêve ne fait pas partie de sa vie. « Je ne rêve plus, ça fait longtemps, glissait-il alors au cœur de l’hiver. Tu ne peux pas rêver dans ces moments-là. La vie et le monde du foot sont tellement surprenants que tu dois l’appréhender d’une autre manière. Je rêvais avant, oui. Maintenant, non. C’est terminé, c’est fini. Ça n’empêche pas qu’il y a des émotions, des ambitions, des volontés, mais il n’y a plus de rêve. On est déçu quand on rêve. Quand on rêve trop, en tout cas. Les grands rêveurs sont déçus. » Mais ils croient en leurs idées et le technicien breton fait partie de ces mecs-là : depuis qu’il est arrivé sur le banc du Stade rennais, Julien Stéphan sait ses joueurs capables de péter des montagnes et a réussi à mettre en place une philosophie de jeu spectaculaire et basée sur les tripes. Pourquoi ? « Parce que le foot doit être un spectacle provoquant des émotions, affirme-t-il. Qu’est-ce que le public attend ? Des buts. Pour y parvenir, il faut bien défendre pour mieux attaquer. »

Le prochain défi


Et c’est avant tout ce qu’a fait le Stade rennais samedi soir malgré une première demi-heure compliquée, où les Bretons ont encaissé un but sur coup de pied arrêté et un autre consécutif à une perte de balle au milieu magnifiée par Ángel Di María. Derrière, les joueurs de Stéphan, portés par un énorme Bourigeaud après la pause, ont servi leur sauce : défense en zone, contrôle des espaces, interceptions plutôt que duels, fermeture de l’intérieur du jeu quitte à laisser les latéraux adverses libres d’empiler les centres... Rennes avait fait sauter l’OL en demi-finale et avait construit ses exploits européens (retour au Betis, aller contre Arsenal) ainsi, pourquoi aurait-il changé ? Le succès du week-end est la confirmation de la réussite de son système à cinq paires et d’un football positif, qui sait s’adapter aux événements lorsque le niveau le demande. C’est justement le défi de demain pour Stéphan : transformer une équipe de coups, qu’il tient mentalement, en une machine capable d’imposer son style sur la durée. Aujourd’hui, l’entraîneur breton a surtout réussi à remettre de l’émotion et des couleurs sur les fondations d’un club qui avait tout misé sur cette finale, « comme au poker » (Bensebaini). La preuve : « On n’est plus des losers, mais un club qui a envie de gagner. » Et ça fait du bien.



Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Coupe de France - Finale - Rennes-PSG - On re-re-re-refait le match




Dans cet article


il y a 49 minutes Brocante "So Foot Nostalgie" le 1er juin à Paris 8
il y a 3 heures Un appel aux dons pour assurer la participation de la Martinique à la Gold Cup 14
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi