Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Marché des transferts

Kickrs, c'est quoi ce bordel ?

Une société belge propose aux particuliers d'investir dans la carrière de joueurs pour « révolutionner le marché européen des transferts » . Du financement de footballeurs ? Tentative de compréhension.

Modififié
« Investissez dans de vrais footballeurs » : c'est peu dire que la phrase d'accroche de kickrs.net interpelle – de ce point de vue, elle remplit parfaitement sa mission, le clic sur le bouton « en savoir plus » suit instantanément. Il mène à Kyn : « Voici Kyn, joueur de grand talent de 18 ans. Investissez dans son avenir. » Et d'afficher une barre d'avancement montrant que près de la moitié des 300 000 euros nécessaires à « son avenir » ont été récoltés. Comment, par qui, pour qui ? Les questions se bousculent et méritent de prendre quelques minutes pour y répondre. Il faut faire vite, il ne reste que 15 jours pour investir dans Panagiotis Kynigopoulos.

Un service pour les clubs, du fun pour les supporters


Elena de la Fuente-Ojeda a un joli minois, une page LinkedIn longue comme le bras, et est à l'origine du projet Kickrs avec cinq associés. « Nous sommes six fans de foot qui voulons rapprocher les supporters et faire de la Fantasy League une réalité » , annonce la Chief Operative Officer. Ses soc' sont des mecs, l'un est CEO, un autre est en charge du développement de l'affaire, un dernier est analyste marketing online. Les intitulés sont posés, Kickrs n'est pas là pour plaisanter. Du moins, en interne. Vis-à-vis des clients, c'est au contraire le but affiché, tant pour les clubs que pour les supporters : « Nous nous sommes lancés, car les clubs ont besoin d'améliorer la manière dont ils communiquent et d'augmenter le divertissement au niveau digital. La perspective des supporters est importante. Il s'agit avant tout d'un divertissement, d'une possibilité de profiter du football d'une nouvelle manière. C'est à la fois une manière sympa de supporter un jeune joueur et son club, et à la fois une façon de faire de l'argent. » Voilà qui deviendrait presque appétissant. Alors, concrètement, comment ça marche ?

Elena poursuit en détaillant l'activité de sa société : « Nous apportons un service aux clubs qui souhaitent mettre en place des campagnes de financement en ligne, ce qui nécessite un haut niveau d'expertise du monde du web, de la finance et du juridique. » Dans le jargon, il s'agit donc de crowdfunding, un mode de financement en vogue depuis les artistes de My Major Company jusqu'aux commerces de proximité avec Bulb in Town. Sauf qu'ici, ce n'est pas la cible principale de la campagne qui la lance, à savoir le joueur, mais le club qui souhaite en bénéficier. Ensuite, on croirait entendre le baron de Coubertin : « Tout le monde peut participer, tous les supporters et investisseurs sont bienvenus, de 25 à 10 000 euros. Vous avez les supporters inconditionnels comme les geeks du football ou ceux qui aiment le sport et possèdent un niveau d'analyse poussé des championnats, des joueurs... » Soit une possibilité de se prendre pour Jorge Mendes derrière son clavier. Une partie de Football Manager impliquant de vrais, et jeunes, joueurs.

Jorge Mendes vs Cote & Match


Évidemment, le système soulève quelques problématiques, au premier lieu desquelles le TPO, acronyme barbare pour Third Party Ownership, en VF tierce propriété. Soit le mécanisme permettant de se partager les droits de propriété d'un joueur, remember les cas Tévez et Mascherano, aujourd'hui interdit dans le football. Kickrs se défend, à raison, d'alimenter cette face obscure du foot business : « Nous sommes en règle avec le TPO. Les investisseurs ne possèdent pas le joueur, ils n'ont pas de droits au niveau du club. Ils ont simplement une créance sur prêt qui va augmenter selon la valeur de marché du joueur. » Car en fait d'avenir, il est limité à la durée du contrat proposé par le club. Dans le cas de Kyn, il s'agit même de couvrir le prix d'acquisition du joueur, déjà payé par son club de Sint Truiden (Jupiler Pro League), et de financer un contrat de deux ans plus une année en option. Et si, à la revente, la valeur du joueur a augmenté, chaque participant recevra un montant proportionnel à son investissement de départ.

Mais avant d'en arriver là, le joueur va devoir prouver sa valeur. À son club et à tous ceux qui ont misés sur lui, ce qui peut représenter une bonne dose de pression supplémentaire. Pas un problème selon Elena : « Les joueurs sont déjà exposés au stress et à la pression. Nous vivons dans une ère digitale où les mouvements des joueurs sont suivis par caméra sur et hors des terrains. Sans parler des réseaux sociaux et des téléphones portables... Il n'y a pas de pression additionnelle. » Mieux, au-delà du joueur, c'est une opportunité pour les clubs de se payer des joueurs auxquels ils n'auraient autrement pas pu avoir accès : « Les clubs utilisent la plateforme pour des joueurs si bons qu'ils ne pourraient pas se les permettre d'une autre façon. Nous avons en interne une équipe d'experts qualifiés qui évaluent les joueurs pour être sûrs que les joueurs proposés ont le talent, ce qui correspond à l'intérêt propre du club. » La chose peut alors être vue ainsi : permettre à son club d'augmenter son pouvoir d'achat donc, à terme, son niveau. Reste que, pour cela, il existe des projets d'actionnariat populaire, par exemple celui de l'association À la Nantaise. Pour ce qui est du divertissement, rien ne vaut un bon vieux Cote & Match de comptoir.

Par Eric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Préparer son équipe 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom
Hier à 12:38 L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 32 Hier à 09:06 Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 11