Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe F
  3. // Borussia Dortmund/Marseille

Kevin Grosskreutz, la roue de secours

Normalement, Kevin Großkreutz est ailier gauche. Ce soir contre Marseille, le natif de Dortmund sera latéral droit et devra s’occuper d’André Ayew. Pourtant, on ne se fait pas trop de soucis de ce côté-là chez les Schwarzgelben. Parce que Kevin répond toujours présent.

Modififié
Le vrai problème du Borussia Dortmund, outre la passion soudaine et immodérée qu’il provoque chez certains, c’est son banc famélique. Alors quand Lukasz Piszczek a pris la décision de se faire opérer de la hanche cet été, avec une longue convalescence à la clef, nombreux étaient les sceptiques. Même si la recrue Sokratis peut dépanner, on ne parle pas vraiment d’assurance tous risques. Ce vieux filou de Jürgen Klopp avait quant à lui son idée sur la question : Kevin Großkreutz allait le remplacer au pied levé. Un ailier gauche qui cachetonne comme arrière droit, une idée à la con, vous pouvez penser. Sauf que l’idée en question a fait son chemin. Aligné à huit reprises sur le flanc droit de la défense (et deux fois à gauche) depuis son retour au club en 2009, KG (comme un autre Kevin) s’est imposé depuis le début de la saison comme l’un des tout meilleurs en Bundesliga. Au point de s’attirer des compliments plutôt mérités : « Kevin s’est beaucoup amélioré. Avant, il avait du mal à lire les trajectoires en phases défensives. Mais depuis, il a fourni une quantité incroyable de travail avec les préparateurs et il s’est grandement amélioré. Et il excelle au duel. Ce n’était clairement pas son poste, mais aujourd’hui il a été vraiment bon.  » Des mots plutôt élogieux sortis de la bouche de Klopp après la victoire des siens ce week-end 5-0 contre Fribourg. Kevin confirme d’ailleurs son attrait pour le poste : « Je peux vraiment être dans le tempo du match et aussi être actif offensivement. »

Un tout-terrain

Si la rapidité de son adaptation en a surpris plus d’un, sa polyvalence en revanche est impossible à remettre en cause. C’est bien simple, Kevin Großkreutz a pratiquement évolué partout sur le terrain : arrière des deux côtés, ailier idem, en pointe, en 10, à la récupération. Comme le dit Klopp lui-même : « Il peut jouer à quasiment tous les postes. » Même gardien de but, comme lors du dernier match de la saison dernière contre Hoffenheim pendant dix minutes. Après l’expulsion de Roman Weidenfeller et les trois remplacements déjà effectués, Kevin a dû mettre les gants et aller affronter Sejad Salihović dans le terrible exercice du penalty. D'accord, il ne l’a pas arrêté, mais a au moins tenté un semblant de plongeon bien ridicule. De toute façon, cette polyvalence ne dérange pas vraiment le principal intéressé : « Peu importe où le coach me met : je donne toujours tout et j’essaye de faire de mon mieux. »

L’enfant chéri


Parce que dans le fond, lui s’en fout de son poste, du moment qu’il joue. Originaire de Dortmund, Großkreutz, qui a grandi dans le quartier ouvrier d’Eving, est un fan de toujours du BVB. Pour lui, porter le maillot noir et jaune est le Graal, la récompense suprême, lui qui passait son temps en Südtribüne, lui qui arbore fièrement un tatouage sur le mollet où on peut voir la ville, la tour de télévision et le stade. Et qui continuera à supporter son club, quoi qu’il arrive : « Je n’oublierai jamais d’où je viens. Et si jamais ma carrière venait à s’arrêter, je retournerais en Süd avec mes potes. » André Ayew, Mathieu Valbuena et tous leurs petits copains olympiens sont prévenus : ils auront affaire à un fanatique du BVB. Pas un fan hipster de la dernière heure.

Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 15

Le Kiosque SO PRESS

il y a 5 heures Le but pas vraiment fair-play d'une joueuse ouzbèke 27 il y a 5 heures Christian Vieri derrière les platines 22
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible