Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barrages
  3. // Lazio/Bayer Leverkusen (1-0)

Keita qui rit, Bayer qui pleure

La Lazio dispose du Bayer Leverkusen au Stadio Olimpico (1-0) grâce à un but de Keita Baldé en fin de rencontre. Une très belle partie, disputée, qui donne envie de suivre le retour.

Modififié

Lazio 1-0 Bayer Leverkusen

But : Keita (78e) pour la Lazio

La Lazio et Leverkusen se sont livré une vraie bataille, plus proche d'un match de poule à la dernière journée où la qualification est en jeu que d'un vulgaire tour préliminaire du mois d'août. Grand match dit grands joueurs. L'homme de la rencontre, cela aurait pu être le génial meneur turc Hakan Çalhanoğlu. Juste avant la pause, il a tenté de marquer du milieu de terrain. Comme Bechkam ou Pelé. Mais c'est passé de peu à côté. En seconde, il a ouvert le score sur un centre en retrait. Mais l'arbitre a refusé le but pour un hors-jeu très litigieux de Kiessling. Le héros, c'est donc un joueur de la Lazio, l'Espagnol Keita Baldé, qui a poussé une première fois Leno à une grosse parade, avant de marquer en prenant la charnière adverse de vitesse. Avec ce 1-0, la Lazio fait un premier pas pour rejoindre la Roma et la Juve en Ligue des champions. Mais Leverkusen a de quoi renverser la tendance dans une semaine.

Deux poteaux en trente secondes


À Rome, l'équipe allemande s'est organisée pour ramener un bon résultat et faire la différence au retour, logique. Cela donne une formation bien disciplinée, avec une seule pointe, le grand Kiessling, Çalhanoğlu donc juste derrière, et puis deux lignes bien resserrées. Le problème, c'est qu'en face, la Lazio est une équipe de contres et ne va pas changer ses habitudes au simple prétexte qu'elle reçoit. Candreva, Anderson et ce bon vieux Miroslav Klose restent donc à l'affût pour placer une attaque rapide.

Après un long round d'observation, les deux équipes accouchent d'une séquence de folie. C'est d'abord Lars Bender, qui, servi en retrait, trouve le poteau d'une frappe bundesliguesque. La Lazio veut y voir un signe du destin et joue le plus vertical possible, histoire de faire encore plus mal en contre. Felipe Anderson donne à Klose qui crochète le gardien pour frapper dans le but, mais l'Allemand... trouve lui aussi le poteau. Forcément, les deux équipes repartent derrière dans un round de récupération. Mention spéciale à Onazi, le Nigérian, qui récupère un nombre de ballons incalculable au milieu. Et donc à Çalhanoğlu pour sa tentative.

Cruel pour Leverkusen


Pour la seconde période, c'est le jeune Baldé Keita qui prend la place de Klose. Mais la Lazio subit. Son défenseur Mauricio n'est pas loin du rouge avec une intervention de karatéka où il emporte tout. Mehmedi, rentré lui aussi à la pause, n'est à son tour pas loin d'ouvrir le score d'une forte frappe croisée. Il y a donc ensuite le but refusé au meneur turc, dont la frappe est déviée involontairement par un Kiessling en légère position de hors-jeu.

Les Allemands poussent, sont bien mieux physiquement. Mais le coaching de Stefano Pioli va payer, avec l'ouverture du score de Keita à douze minutes du terme, d'une superbe frappe croisée au bout d'une accélération. Les Laziali font attention dans les dernières minutes pour ne pas se faire rejoindre bêtement. La fameuse expérience de la Coupe d'Europe, ce qui est plutôt paradoxal puisque c'est Leverkusen qui est habitué à ce genre de rendez-vous. La culture italienne ? Attention aux conclusions hâtives, il reste un match retour à jouer. Et il sera passionnant à suivre.

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:53 Le coup de gueule de Didier Quillot après les multiples reports en L1 86 Hier à 16:04 Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne ! 15
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 08:58 Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 125