Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Demies
  3. // France-Belgique (1-0)

Jusqu'ici, tout est sous contrôle

Qui peut avouer de manière sincère avoir tremblé pendant cette demi-finale ? Mieux : qui peut assurer avoir eu de réelles sueurs froides depuis le début de la compétition ? L’équipe de France file en finale, en étant restée droite, forte et fidèle à ses convictions.

Modififié
Voyant les favoris déclarés de cette Coupe du monde tomber un à un, tour après tour, on pouvait se demander si cette édition russe ne serait pas une vraie partie de dominos pour les grandes nations. La France aurait pu craindre de se faire coucher avant d’accéder au plateau final, comme les autres, tant son premier tour a été au mieux neutre, au pire poussif. Qu’importe : l’essentiel a été assuré malgré les bousculades australiennes, les enflammades péruviennes, puis la séance d’hypnose danoise, et tout ça sans jamais douter. Ah tiens ! Une secousse ! La faute à une Argentine prenant les devants au retour des vestiaires et laissant planer le doute dans les têtes tricolores : et si cette bête blessée allait nous le faire au métier, comme une grande nation du foot qui se réveille ? Mais l’estocade a vite été calmée par cette frappe de Benjamin Pavard. Et entre le moment où cette balle a tourné jusqu’à la lucarne d’Armani, et ce mardi soir et la qualification en finale... Plus grand-chose.

Une leçon bien récitée


Les dangers potentiels uruguayens ont été suffisamment bien anticipés pour pouvoir être anesthésiés. Sans jamais être complètement dépassés, jamais vraiment décrochés, les Belges n’ont finalement jamais pu regarder la France dans les yeux (hormis 10 minutes de bouillon en début de rencontre). Pour pousser le parallèle un peu plus loin : la France a fait subir à ses voisins ce qu’elle a vécu contre l’Allemagne en 2014. À l'expérience. Deux ans jour pour jour après avoir perdu une finale contre le Portugal, comme un symbole.


Une assurance permise par une assise défensive retrouvée autour du carré Lloris-Varane-Umtiti-Kanté, un bloc stable qui gère les secousses à l’expérience, et qui a permis aux lignes offensives d’attaquer sans se préoccuper de ce qui se passe dans le dos. Le plan de Didier Deschamps est parfait et là où le pragmatisme du sélectionneur a pu frustrer les plus exaltés, il a finalement permis aux cœurs les plus fragiles d’arriver jusqu’en finale sans encombre.

Qu'à cela ne tienne


Pourtant, difficile d’aller soulever une Coupe du monde sans connaître plus de remous que sur une barque plantée au milieu du lac de Vincennes. Ce serait trop simple, cela aurait peut-être moins de saveur, qui sait ? Reste à attendre de savoir qui des Anglais ou des Croates aura la primeur de bousculer les Français, voir ce qu'ils ont réellement dans le ventre quand ils sont dos au mur. Mais vu la fraîcheur physique apparente des Bleus après six matchs consécutifs, leur capital confiance et également la sérénité et le calme imposés par leur sélectionneur, la France peut voir arriver la finale en étant bien campée sur ses jambes. C'est sûr, il faudra venir la chercher.

Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

La France est en finale du Mondial bordel !




Dans cet article


il y a 32 minutes Prolongation imminente pour Gignac avec les Tigres 4
Hier à 18:01 Il marque après 729 jours de disette 38

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 16:04 La troisième Coupe d'Europe officialisée en décembre 60 Hier à 14:33 Carrasco offre 10 000 euros à un coéquipier qu'il a envoyé à l'hôpital 15
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Bienvenue chez Air France