Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Foot & Humour

Julien Cazarre : « L'Olympia, c’est classe ! »

Alors que la deuxième édition de la Grande Soirée de l'humour et du foot se tiendra vendredi soir à l'Olympia, Julien Cazarre présente le menu. Un spectacle qui se déroule dans le cadre du Festival d'humour de Paris 2019.

Modififié
C’est quoi ton rôle pour cette soirée ?
C’est simple ! Tu vois Kad Merad aux César ? Ben, je fais pareil, mais en mieux. C’est le même soir et ça me fait chier pour lui, parce que déjà qu'il était un peu stressé... Nous en plus, c'est à l'Olympia.

Tu as un sketch de prévu quand même ?
Oui, d’abord je ferai la présentation sur un mode un peu stand-up entre les divers numéros et sketchs, mais j’ai aussi un sketch avec Baptiste Lecaplain. Et, comme c’est en partenariat avec Canal +, j’ai aussi deux séquences que je fais sur le modèle J+1, en forme de clin d’œil à l’émission. Mais là, je ne peux rien dévoiler.

Il y aura donc aussi des moments vidéo avec projections d’images ?
Oui, oui. Et, comme ils ont mis le paquet, il y aura, paraît-il, une très belle lumière. L’année dernière, pour la première édition, ça n’avait pas été diffusé, mais là, ça sera diffusé sur Canal un peu plus tard. On a un peu peaufiné le spectacle, tout en gardant le même esprit que celui de la première édition, avec pas mal d'artistes : Lecaplain, Arnaud Tsamère, Sébastien Thoen, Guillermo Guiz, Pierre Samuel, Oldelaf, les Coquettes...

Le concept du spectacle tient aussi à sa durée : 90 minutes, soit la durée d’un match de foot...
C’est un petit peu moins.... Mais finalement, ça fera ça. Tu sais comment c’est, hein... Il y a les arrêts de jeu, etc. Et, comme j’ai tendance à m’étendre... (Rires.) Bon, on va essayer de ne pas saouler les gens non plus.
« Dans ma famille, il y a déjà Pascal Légitimus, alors moi, j’impressionne personne ! »
Et l’Olympia ?
Ah ben, ouais : c’est classe ! Parce que tu te dis qu’ici il y a eu Gilbert Bécaud, Aznavour, Brel... tous les grands ! Et puis bon, t’as eu aussi Franck Dubosc et Patrick Bosso... (Rires.) Du coup, on est à notre place finalement !

Ta famille en pense quoi ?
Écoute, ils n’en ont rien à foutre ! Si tu veux, dans ma famille, il y a déjà Pascal Légitimus, alors moi, j’impressionne personne ! Il n’y aura aucun invité de ma famille. Ils ne sont pas très foot. Je les invite sur d’autres prestations scéniques... Maintenant, si tu n’aimes pas le foot, tu vas avoir des grands moments de solitude. Le but, c’est de faire un spectacle pour ceux qui aiment le foot, et ... Mais naaan, je rigole ! Si t’aimes pas le foot, tu vas te marrer quand même : c’est ça l’intérêt.

Avec la dimension énorme que tu es en train de prendre dans l’humour foot, ça va déboucher sur quoi après dans ta carrière : speaker de stade, D-Jay de stade ?
J’ai d’autres ambitions un peu plus élevées... Pour un mec comme moi qui commence à avoir un tout petit peu d’entregent, je vais essayer d’infiltrer un club. Tant qu’à faire, un club avec des Qataris à sa tête... Et prendre éventuellement la présidence. Ou alors, la vice-présidence. Ou alors, être le mec dans un coin qui parle à l’oreille du patron ! Ce serait génial. Je lance un appel : si jamais Nasser ou qui que ce soit me proposent quelque chose au PSG, n’importe quoi, magasiner, chanteur de vestiaires ou que sais-je, je plaque tout et je dis oui ! Demain, si tu me fous dans les arcanes du club, je plaque tout. Tout ! Femme et enfants ! Pour le PSG. Paris c’est tout, c’est ma vie !

Tu envisages souvent de devenir ringard un jour. Tu en parles même, parfois. Ça t’angoisse de faire le truc en trop, d’être dépassé ou de n'être plus drôle du tout ?
Non, pas du tout.

Parce que tu occupes quand même, aujourd’hui, une place assez unique en France.
Ce qu’il y a de fou, c’est que, déjà, quand je suis arrivé, il n’y avait presque rien. Je suis étonné qu’il n’y ait pas eu tant de mecs que ça qui fassent dans cet humour. Après, c’est spécial, parce qu’il faut être un peu humoriste et il faut être aussi très foot. Je connais des mecs qui pourraient faire ça : Arnaud Tsamère, Baptiste Lecaplain, c’est des mecs qui sont très branchés foot, sauf qu’ils ont une vraie vie, une vraie carrière, précisément dans le one-man-show. Moi, ça ne m’intéresse pas le one-man-show, donc j’ai le temps. Bon, je ne fais pas que des trucs de foot, j’ai des projets à côté, pour le théâtre ou alors l’écriture d’autres choses, mais c’est ce qui est le plus vu. J’ai le temps de produire des trucs sur le foot. T’as des tas de mecs qui ont du talent, mais eux n’ont pas le temps. Du coup, j’ai un monopole : j’ai créé un monopole. Un statut unique, comme tu disais. Et comme disait Jean Yanne, auquel je ne me compare pas, il faut toujours se barrer d’un domaine avant que les gens trouvent que tu es devenu ringard. Moi, je me donne encore pas longtemps avant de passer à autre chose.

« Si on n’en a rien à foutre, on peut dire ce qu’on veut. Je ne suis pas sur les réseaux sociaux et je n’ai aucun problème à dire ce que je veux. Parce que les associations ne savent pas où m’attraper ! »
Je voulais te parler de Jean Yanne, justement ! Je trouve que, par moments, tu lui ressembles beaucoup. Dans la gouaille, les éclats, le punch, l’irrévérence !
Si j’avais ne serait-ce qu’un dixième de son talent, déjà, je serais ravi. Parce que, oui, si tu me demandes les gens qui m’inspirent, ce serait des artistes comme Jean Yanne, plutôt qu’Anne Roumanoff...

... Coluche ?
Oui, tout ça ! C’est des gens dont j’étais fan. Alors, oui, j’entends souvent : « Aujourd’hui, on ne pourrait plus dire ce qu’ils disaient, eux, à leur époque. » Moi, je pense différemment : on ne pourrait plus dire si on a peur de se faire insulter sur les réseaux sociaux ! Si on n’en a rien à foutre, on peut dire ce qu’on veut. Je ne suis pas sur les réseaux sociaux et je n’ai aucun problème à dire ce que je veux. Parce que les associations ne savent pas où m’attraper !

Tu n’es plus sur les réseaux sociaux ? Et le compte Twitter Cazarre ?
Je n’ai jamais été sur les réseaux sociaux, donc ce n’est pas moi ! Ce compte Twitter Cazarre ne m'appartient pas. Ceci dit, le gars qui tient ce compte est très drôle. Et moi, je m’en fous, je laisse ça vivre. Le gars qui gère le compte Super Cazarre est assez drôle. Qu’il continue, si ça fait marrer les gens !

C’est quoi le média que tu préfères : la télé, la radio, les vidéos, les pastilles, le cinéma ?
Moi, j’adore la radio. Parce qu’il y a un rapport privilégié, je trouve. Un truc plus familier. J’aime bien tous les divers médias que tu viens de citer, mais il y a certains trucs en radio que tu ne peux pas créer en télé. En fait, les moyens que tu mets ne se voient pas en radio. À partir du moment où tu es bon en radio, tu es à égalité avec un mec qui a deux millions d’euros pour faire une émission de télé : y a qu’une voix qu’on entend, plus trois-quatre musiques. Et y a pas de décors, de lumières, de zapping, ou de machins... Là, c’est brut, quoi : c’est toi qui fais travailler l’imaginaire des gens, quand tu déconnes et tout ce que tu crées autour. Donc, moi, j’aime bien.

Tu aurais fait quoi si tu n’avais pas fait cette carrière de comédien, d’humoriste ?
J’aurais été dans le milieu du voyage. J’adore ça ! Mes parents étaient agents de voyage. Moi, tu sais, dans les vacances, ce que je préfère, c’est pas les vacances, mais la préparation des vacances. Attends ! J’ai des potes qui me demandent d’organiser leurs week-ends ! Je peux passer des heures, des demi-journées à repérer des endroits sympas où aller, faire un parcours, etc. Je pense que j’aurais été voyagiste si je n’avais pas fait ce que je fais.

Tu étais prêt à enquiller sur ce boulot après tes études, alors...
Attends, mes études, déjà, ça a été un échec, mais cuisantissime ! Du coup, si je m’étais retrouvé avec un truc à faire... Parce que très vite, je me suis retrouvé à faire des petits boulots et du théâtre à 20-21 ans. Donc finalement, je n'ai pas eu le temps de me poser trop de questions. En plus, j’avais pas les réponses ! Oui, voyagiste, parce que pour le reste... Tu vois, t’entends des fois des mecs, du genre « Moi, si j’avais pas été artiste, j’aurais été rien du tout ! » Non, mais franchement, faut pas exagérer !... La réussite, ça tient des fois à des rencontres ! T’as des tas de gars qui ont beaucoup de talent et qui ne font pas les bonnes rencontres au bon moment. Moi, y a deux-trois rencontres qui ont tout changé. Personnellement c’est beaucoup de bol, et oui, avec un peu de talent aussi.
« Je peux passer des heures, des demi-journées à repérer des endroits sympas où aller, faire un parcours, etc. Je pense que j’aurais été voyagiste si je n’avais pas fait ce que je fais. »
Mais après, ce bol, je l’ai exploité, j’ai beaucoup travaillé. Et puis, tu peux faire plein d’autres jobs dans la vie. Moi, j’aurais fait un autre métier et j’aurais été un rigolo dans mon boulot, voilà quoi !

C’est quoi tes projets ?
Hors foot, j’ai un projet d’écriture de série qui avance pas mal. J’ai aussi un film qui va peut-être être financé, je ne dis pas par qui parce que si ça ne se fait pas, tu as toujours l’air d’un con. J’ai enfin une pièce de théâtre qui est carrément en production que j’ai coécrite et dans laquelle je joue. De toute façon, faut se diversifier parce que si ton métier, c’est comique de foot, l’avenir n’est pas à toi.

Sans rien dévoiler, tes projets c’est plutôt comique et c’est sur l’univers du foot ?
Ben justement ! Le film, c’est une comédie qui tourne indirectement autour du foot. La pièce est humoristique aussi, mais ça n’a absolument rien à voir avec le foot, mais plutôt dans une veine historique... Pour ce qui est de l’écriture, tout ce qui est foot, je l’écris tout seul. Et hors foot, j’ai un vrai nègre. (Rires.) Il est noir en plus ! Il est camerounais !

Le 28 octobre 2018, tu as commenté le classico OM-PSG aux côtés de Sébastien Thoen sur Canal + Décalé... Ça t’a plu ? Ça va se refaire ?
Ça peut se refaire. Il y a peut-être des choses à modifier, mais ça, c’est de la cuisine interne. Oui, ça m’a fait marrer, commenter en direct c’est toujours un plaisir. Voir aussi mon pote Sébastien Thoen humilié en direct, c’était un plaisir ! Après, commenter dans un esprit humoristique, je pense qu’il faut le faire à titre exceptionnel, dans un cadre particulier. Bon, là, le match était à chier, ça passait bien je pense. Mais il y a des matchs où t’as pas envie de te marrer. Quand t’aimes le foot, tu veux regarder et vivre ton match. Point barre. J’ai l’impression qu’on veut maintenant mettre de la blague partout. Mais je pense que parfois faut pas chercher à en mettre dans tout, justement. Moi, le foot à regarder, j’ai pas envie de rigoler : quand je suis un match, surtout le PSG en Ligue des champions, j’ai pas envie de me marrer. Je ne me marre pas avec mes potes quand on se mate un match. C’est pas des blagues. Je suis concentré, je suis à bloc et je suis avec des potes aussi à bloc, pas avec des rigolos, pour le coup. Tu sais, j’ai toujours refusé des soirées où on me proposait d’aller dans les stades, y compris en Ligue des champions top niveau, où j’aurais déconné avec des clients et où je me serais fait rincer à balancer des blagues et faire le rigolo. Je peux pas... C’est pas ça le foot pour moi ! Déjà, le foot, pour moi, c’est pas dans les loges. Moi, je veux bien me marrer, mais après. Tu vois, je ne ferais pas une émission comique pour lancer un match de foot. Après le match, tu peux déconner de tout, OK. Mais avant le match, tu n'as pas envie de te marrer et que le gars te fasse un sketch. Je ne ferai jamais un sketch avant un match de foot.

Dernière question. Si je te dis : monsieur Claude-Bernard Filoucelli...
... Nan, je vois pas. C’est qui ?

Le sketch des Inconnus ! C’est un président de club de foot. Un peu escroc, à la Tapie...
Aaaah ! Toshiba ! « Fais sortir Toshiba ! » (Rires.) Cherche pas ! Eux, c’était des génies ! Ça n'a pas vieilli, leurs sketchs. Ce sketch-là, c’est super drôle. C’est la référence. Génial. C’est peut-être le premier vrai sketch sur le foot. Et qui a vraiment marqué. Je n'ai pas de souvenirs avant. Parce que des sketchs sur le foot, y en a pas eu des masses parce que c’est très particulier. Quand tu connais pas, quand tu ne maîtrises pas le foot, t’as beau être drôle, t’es à côté. Et eux, ils ont été assez forts pour des mecs qui n’étaient pas très foot au départ.

Vidéo


Propos recueillis par Chérif Ghemmour
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



À lire ensuite
Le Khan qui pèche