Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Nice-Dijon (0-4)

Jules Keita, bombe estivale

Un gabarit de feu follet, une entrée fracassante à l’Allianz Riviera et des déclarations du même acabit face caméra dans la foulée. Oui, Abdoulaye Jules Keita est sans aucun doute le grand frisson de ce week-end sur la planète football. Parce qu’à vingt ans, on est invincible.

Modififié
En Ligue 1 Conforama, un Keita peut souvent en cacher un autre. Cet été, Keita Baldé a quitté le championnat de France, et Monaco, à la suite d'un prêt avec option d’achat proposé à l’Inter. Sans y laisser de souvenirs marquants, et ce, malgré un caractère que beaucoup considéraient comme sulfureux avant son arrivée. Son bilan comptable en Ligue 1 avec l’AS Monaco ? 23 matchs, huit buts et cinq passes décisives. Pas mal, mais il manquait tout de même cette dose de caractère. Un critère que Jules Keita, la nouvelle pépite de Dijon, semble avoir déjà coché dans son curriculum vitae.

« Au pays, les gens m’appellent Baba Neymar »


Ce Keita-là n’est pas sénégalais, il est guinéen. Ce Keita-là n'a pas été formé à la Masia du Barça, mais à la plus modeste école du FC Atouga. Fils de l’ancien international Mamadou Aliou Keita, dit N'Jo Léa, l’héritier ne sent pas la pression sur ses épaules au moment de fouler la pelouse de l’Allianz Riviera. Il sent juste que l’histoire est en passe de s’écrire. Une entrée à la place de Romain Amalfitano, et hop, Dijon ouvre le score à Nice une minute plus tard. Un porte-bonheur, ce Keita-là ? Bien plus que cela, puisque l’intéressé va transformer la victoire bourguignonne en gifle monumentale. Une passe décisive pour servir Oussama Haddadi sur un plateau pour le break (0-2, 83e), avant de planter un doublé en cinq minutes (89e, 93e). Quatre buts à rien, de quoi placer le DFCO en co-leader de Ligue 1, en compagnie du Paris Saint-Germain après trois journées. Fou, mais ce n’est pas tout.


Après avoir célébré la victoire avec les supporters présents dans le parcage visiteur, l’homme du match est invité à s’exprimer aux micros de Canal+. Une formidable occasion pour connaître un peu plus cet OVNI dont les seules expériences du haut niveau étaient quatorze minutes de jeu cumulées lors des victoires contre Montpellier (1-2) et le FC Nantes (2-0). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que son franc-parler est au moins aussi impressionnant que sa réussite balle au pied. « Neymar, c’est mon idole, explique l’ailier de 20 ans. Au pays, les gens m’appellent Baba Neymar. Je peux être plus fort que Neymar, Inch’Allah... Le championnat ne fait que commencer. » Après tout, à son âge, Neymar n’avait qu’une modeste Copa Libertadores avec le FC Santos dans les pattes et une bonne vingtaine de sélections avec le Brésil. Pourquoi rougir ?

Stage en Corse et mondial coréen


Apte à évoluer sur tous les fronts de l’attaque, excepté au poste d’avant-centre, où il avoue lui-même n’avoir jamais joué, Jules Keita connaît déjà sa deuxième expérience au sein d’une équipe française. La première, c’était avec le Sporting Club Bastia, entre 2015 et 2017. D’un œil expert, le club référent en Haute-Corse repère le garçon lors d’un passage au Niger. « Bastia m’a repéré à la Coupe d’Afrique U17, expliquait récemment Keita pour Goal. Ils ont ensuite contacté mon agent et j’ai signé deux ans là-bas. J’étais stagiaire pro. » Hélas, son stage ne débouche pas sur un contrat pro, rétrogradation administrative du club en DH oblige. La perle effectue un retour en Guinée, puis participera à la Coupe du monde U20 en Corée du Sud. Malgré un parcours collectif chaotique (un nul et deux défaites, un but marqué pour neuf encaissés), Keita évoque ce voyage comme sa « plus belle expérience jusqu’à maintenant » . Depuis samedi soir, son ratio but/passe décisive en 2018-2019 peut lui permettre de regarder Neymar droit dans les yeux. Une chouette expérience.

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:29 La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 14

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:52 Diego Maradona : « Mourinho est le meilleur coach du monde » 75
À lire ensuite
L'équipe type du week-end