Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // FC Séville

Julen Lopetegui, la seconde chance

En un an, Julen Lopetegui a tout connu : la hype avec sa sélection espagnole, un départ théâtral la veille de la Coupe du monde pour signer au Real Madrid, un licenciement après trois mois passés à la Maison-Blanche, puis l'oubli. C'était déjà pas mal, mais le Basque de 52 ans a décidé de ne pas en rester là. Voilà pourquoi il vient d'accepter la main tendue par le FC Séville.

Modififié
Revenu au bercail après deux années passées à Rome, Monchi n'a pas tardé à se remettre au boulot. La première mission du directeur sportif consistait donc à trouver un nouvel entraîneur après le licenciement de Pablo Machin et la fin de la mission d’intérim de Joaquín Caparros. Et si le nom de Rudi Garcia a été annoncé par plusieurs médias, Monchi a finalement obtenu l’entraîneur de ses rêves : Julen Lopetegui. Il faut dire que le coach espagnol n’a pas dû être difficile à convaincre puisqu'il est en vacances dorées depuis son licenciement du Real Madrid en octobre dernier. Un choix qui peut très bien devenir gagnant-gagnant. Comme se transformer rapidement en perdant-perdant.

La dernière chance ?


En débarquant à Séville, Julen Lopetegui va d'abord devoir batailler pour redorer son image. Celle qui a été abîmée après son départ de la sélection espagnole à la veille du début de la Coupe du monde 2018 en raison de son choix d’avoir déjà signé au Real Madrid. Cette même image qui a été définitivement détériorée après son passage sur le banc de la Maison-Blanche qui s’est traduit par une défaite en Supercoupe d'Europe face à l’Atlético (2-4 ap), une autre sur la pelouse du CSKA Moscou en Ligue des champions (1-0), mais surtout par une neuvième place en Liga après dix journées lors desquelles le Real Madrid a enchaîné cinq matchs sans victoire, terminant alors son passage dans la capitale espagnole par une violente manita au Camp Nou (5-1). Licencié dans la foulée de cet affront, Julen Lopetegui et sa cote sont alors au plus bas. Bien loin de la hype qui était alors à son paroxysme lorsqu'il était sélectionneur d’une Roja impressionnante en qualifications à la Coupe du monde et qui débarquait en Russie avec l’étiquette de favori. Revenu sur un banc, et pas des moindres, le technicien basque va alors devoir prouver qu’il n’est pas seulement un bon sélectionneur, ou un bon formateur, mais bien un bon entraîneur. Ce qu’il n’a pas réussi à prouver à Porto (2014-2016) - où, avec le plus gros budget de l’histoire du club, il n’a pas remporté le moindre trophée en dix-huit mois -, ni au Real Madrid.

Le messie Monchi est de retour


Mais la mission de Julen Lopetegui est loin d’être facile. Lors des deux dernières saisons, le FC Séville a testé trois entraîneurs (Eduardo Berizzo, Vincenzo Montella et Pablo Machin) pour à chaque fois le même résultat : l’échec. Alors oui, il y a eu un joli quart de finale de Ligue des champions et une finale de Coupe du Roi en 2018. Mais il y a surtout eu une septième place au classement en 2018 et une sixième un an plus tard. Ainsi qu’une élimination en huitièmes de finale de Ligue Europa face au Slavia Prague en mars dernier. Mais aussi des transferts ratés, des joueurs qui alternent le bon et le très mauvais ou encore une infirmerie pleine. Résultat, l'équipe de Wissam Ben Yedder est en grande galère depuis 2016 et le départ de Jorge Sampaoli, mais surtout de Monchi. Heureusement pour les Andalous, le directeur sportif est de retour. C’est peut-être la meilleure nouvelle de ce mercato estival pour les supporters de Séville. Et pour Julen Lopetegui.



Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur

Hier à 14:08 EuroMillions : 123 millions d'€ à gagner + 1 millionnaire garanti ce mardi
Hier à 18:30 Un coach de D4 anglaise jure 58 fois en 4 minutes et perd son job 4 Hier à 18:15 La Ligue 1 en tête des cinq grands championnats sur les 0-0 32 Hier à 18:00 Le récap de la #SOFOOTLIGUE 1
Hier à 17:12 L’incroyable photo d’un match de U15 aux Pays-Bas 30 Hier à 14:00 Hienghène Sports, éliminé au 7e tour de la Coupe de France, mais qualifié pour le Mondial des clubs 19
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 12:27 Il rate son péno et défonce l'éclairage du stade Hier à 11:00 Michel Platini : « La VAR est une belle merde » 157