Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Liverpool-PSG

Juan Bernat prépare l'examen Mohamed Salah

Bousculé par Yannis Salibur et Kévin Monnet-Paquet pour sa première avec le PSG, Juan Bernat va devoir élever son niveau de jeu à Anfield si Paris ne veut pas encaisser un quadruplé de Mohamed Salah. D'autant plus qu'avec la blessure de Layvin Kurzawa, l'Espagnol pourrait bien être le titulaire au poste de latéral gauche pendant un petit moment.

Modififié

L’histoire retiendra que pour son premier match sous le maillot du Paris Saint-Germain, Juan Bernat a vécu l’enfer face à Yannis Salibur et Kévin Monnet-Paquet. Car si le club parisien s’est baladé face à Saint-Étienne (4-0), le latéral espagnol, lui, a pris un grand pont de l’ancien Guingampais sur sa première action défensive, avant de se faire déborder par KMP sur sa deuxième. Pas vraiment de quoi rassurer les supporters du PSG présents au Parc des Princes. Pourtant, en conférence de presse, Thomas Tuchel s’est montré enthousiaste au moment d’évoquer la performance de Juan Bernat face aux Verts : « Il a très bien joué. Il a montré qu’il était un top joueur technique. Il ressent les espaces. Il sait quand il doit attaquer ou couvrir les autres. Je suis très heureux de sa performance. » Ah.

Un choix par défaut


Alors deux choses. Soit Thomas Tuchel a perdu l’usage de la vue et ne s’est pas rendu compte que Juan Bernat a pris le bouillon face à Saint-Étienne. Soit, et c’est l’interprétation la plus probable, le technicien allemand caresse son latéral dans le sens du poil pour ne pas briser son moral et qu’il se sente apprécié à Paris. Il faut dire que l’Espagnol sort de trois années à alterner entre l’infirmerie et le banc douillet du Bayern Munich et qu’il sait très bien qu’il n’était que le dixième ou quinzième choix du Paris Saint-Germain pour le mercato estival. Mais, fair-play financier oblige, Alex Sandro est resté à la Juventus, tout comme Filipe Luís à l’Atlético. Résultat, avec l’opération d'une hernie discale lombaire de Layvin Kurzawa, Juan Bernat a été propulsé nouveau latéral du PSG et ne semble pas vraiment inquiet concernant son adaptation à l'équipe : « C'est toujours difficile de s'adapter à un nouveau lieu. Mais le style de Thomas Tuchel me va bien. J'ai commencé comme ailier gauche et maintenant, depuis que j'ai 20 ans, je suis arrière gauche, c'est ma position naturelle. Je peux jouer dans plusieurs systèmes, dans une défense à quatre ou cinq. »


Souviens-toi l'été 2014


Face à Liverpool, le Paris Saint-Germain devrait évoluer à quatre derrière. Un système qui oblige Juan Bernat à prendre Mohamed Salah en un contre un. Et si l’Espagnol n’a jamais affronté le Messi égyptien, il a déjà dû défendre face au vrai Lionel Messi. Et Juan Bernat n’en a pas forcément gardé un bon souvenir. Notamment lors de la demi-finale aller de la Ligue des champions 2015 entre le Barça et le Bayern (3-0). Une rencontre dont les amateurs du ballon rond se souviennent comme le jour où Lionel Messi a humilié Jérôme Boateng, tout en oubliant les 89 autres minutes durant lesquelles la Pulga s’est amusée avec le pauvre Juan Bernat.


Mais, résumer le latéral de 25 ans à cette confrontation face au Barça ou à son match face à Saint-Étienne serait cruel. Car, avant d’enchaîner les pépins physiques, Juan Bernat était considéré comme l’un des meilleurs latéraux de Liga et une belle promesse du football espagnol. Raison pour laquelle Pep Guardiola décide de le faire venir au Bayern Munich à l’été 2014. Juan Bernat a alors 21 ans, devient un titulaire régulier chez le Rekordmeister et même international espagnol (7 sélections). Quatre ans plus tard, la situation n’est plus du tout la même, mais le latéral espagnol, dont tout le monde attend qu’il se foire à Anfield, ne peut pas rêver meilleure occasion de faire taire ses détracteurs et prouver qu’il possède bien « les mêmes qualités sportives que Jordi Alba » comme le déclare son ancien entraîneur en équipe réserve de Valence, Sergio Ventosa. À la différence près que Jordi Alba n’a jamais pris le bouillon par Kévin Monnet-Paquet.

par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 1 heure NOUVEAU : 150€ OFFERTS en CASH chez ParionsSport jusqu'au 14 novembre seulement ! il y a 7 heures OFFRE SPÉCIALE LIMITÉE : 10€ offerts sans avoir à déposer le moindre centime 1
il y a 2 heures Un coin de pelouse du Mondial 1998 mis aux enchères 10 il y a 6 heures Enzo Zidane rate un tir au but, son équipe éliminée 28
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
À lire ensuite
La fièvre du mardi soir