Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Amateurs
  2. //

La Josy, pilier de La Chapelle-Neuve

En 2013, Josiane Guillemette avait une volonté : tout faire pour que le club de foot de La Chapelle-Neuve, dans le Morbihan, ne mette pas la clef sous la porte. Six ans, deux promotions et un Grand Prix 2019 du Vrai Foot Day plus tard, les Paotred du Tarun sont toujours là. Avec, derrière le bar et le bureau de présidente, la Morbihannaise pur jus. Avant le derby des Chapelles, gros plan sur une dirigeante qui n'a toujours pas lâché la buvette.

Modififié
Été 2013. L’heure est à l’inquiétude du côté de La Chapelle-Neuve. Dans cette bourgade d’à peine 1000 âmes, située dans le Morbihan non loin de Pontivy, le président de La Chapelle-Neuve Football vient de mettre les voiles vers un club voisin. Dans ses valises, il emporte une quinzaine de joueurs de l’équipe première. L'ultime vestige d’une association fondée en 1975. Un coup quasi fatal, en quatrième division de district. Avec son malheureux contingent de trois ou quatre cadres vieillissants, le club chapelle-neuvois a un pied dans la tombe. Décidée à ne pas voir périr une entité qui lui est chère, Josiane Guillemette choisit, sur les conseils de son beau-frère Didier Pédronneau, de taper, avec l'autre moitié de l'effectif, à la porte des habitants du coin. Comme on le faisait jusque dans les années 1990 pour vendre aspirateurs et encyclopédies.

Le porte-à-porte de La Chapelle


« Je trouvais ça dur que le club disparaisse : mon beau-frère a joué dedans, mon garçon aussi » , replace la sexagénaire. Avec son beauf, ex-trésorier et président du club, Josiane parvient à réunir suffisamment de volontaires pour offrir un sursis aux Paotred du Tarun (Les amis du Tarun, en VF, le cours d'eau qui borde La Chapelle-Neuve). Cerise sur le kouign-amann, les recrues la nomment présidente de La Chapelle-Neuve Football. Le point culminant d’une idylle qui l’aura vu débarquer au parc des sports Nehue comme simple spectatrice, au début des nineties, transiter avec brio par la buvette avant d’embrasser l’ingrate fonction de secrétaire du club. Un plan de carrière à faire pâlir un autre produit du Morbihan, Anthony Le Tallec, natif d’Hennebont, commune d’un peu plus de 15 000 habitants située sur la route de Lorient, à une trentaine de bornes de là. Mais une ascension pour le moins inattendue.


Fille de la Bretagne et du Morbihan, Josiane n’a pas toujours aimé le football. Pas plus qu'un autre sport d'ailleurs. « Quand j’étais jeune, on ne proposait pas autant de sports qu'aujourd'hui » , clame celle qui a grandi dans le village voisin de Guénin, au pied du Manéguen (la Montagne blanche, en breton). Elle n’a pas non plus, comme la plupart de ses joueurs, prêté allégeance au FC Lorient. Plutôt branchée broderie, toujours secrétaire d’un club d’activités manuelles, elle est venue au ballon rond comme on aurait découvert les îles Kerguelen : un peu par hasard. Coupeuse en confection de carrière, c’est pour soutenir son beau-frère, Didier, qu’elle a la première fois emprunté la rue du Stade. Le seul auquel elle se rend, trois fois par semaine, depuis un gros quart de siècle.

Adoubée par la nouvelle génération


Indifférente, sympathisante, hier dirigeante, la Morbihannaise devient donc, à l'été 2013, la tête pensante de La Chapelle-Neuve Football. Elle l’ignore, mais elle n’a encore rien vu. Un autre mouvement d'envergure se prépare, dans l’autre sens cette fois. En juin 2014, une petite trentaine de jeunots frappe à la porte d’une Josiane aussi surprise que réjouie. « Ils cherchaient un club familial, se souvient-elle. C’est le cas : ici, on est bien, on est soudés, c’est convivial, chaleureux. » La relève est assurée, et la nouvelle génération maintient la présidente dans ses fonctions. Mieux, l’esprit franchouillard et bon enfant des Paotred perdure : « J’en connaissais déjà quelques-uns, je savais qu’ils étaient sérieux. Je les aime bien, mes joueurs. Ce sont de bons vivants, ils sont très agréables. Si je devais les définir en un mot ? Respectueux. C’est le plus important. »


Pour le reste, en plus d’avoir des idées, les gamins ont du ballon. Ce qui ne gâte évidemment rien, et permet à La Chapelle-Neuve de monter deux fois de suite, en 2015 et 2016, de se stabiliser en Départemental 2 et d’aborder en favori le premier derby des Chapelles, ce dimanche face à La Chapelle-Neuve des Côtes-d’Armor, pensionnaire de D3. Ce match, la présidente le vivra à la buvette, d'où elle ne manquera pas de balancer ses habituels « Allez les Rouges ! » Classique, mais apprécié. « Je laisse l’entraîneur faire son travail, justifie la dirigeante, prompte à jouer collectif et à souligner le rôle précieux des membres du bureau et autres bénévoles. Chacun son poste. » Le sien se trouve donc derrière le bar du local du club, aux côtés de sa belle-fille, Florence, préposée aux sandwichs. Elle y aurait, dit-on, parfois la main lourde, ce dont elle se défend mollement.

Rendez-vous à la buvette


Ce qui fait moins débat, c’est la bienveillance avec laquelle, peu importe le résultat, elle aborde ses protégés à l’heure de leur remettre leur casse-dalle d’après-match. « Elle a toujours un petit mot super sympa » , apprécie Gwenaël Laurent, ancien buteur providentiel de la première et aujourd’hui secrétaire adjoint et CM du club. « J’essaie toujours de rester positive et de dire les choses gentiment » , répond-elle sobrement. Ne pas s'attendre, donc, à voir la présidente vilipender l'arbitre ou l'adversaire : la pression, Josiane ne la met pas, elle la sert. Chose à laquelle elle n'a aucune intention de renoncer, tant par habitude que par plaisir : « S'il n'y avait pas le foot, je ne sais pas ce que je ferais de mes dimanches. Je suis très bien avec eux, donc tant qu'ils voudront de moi, je serai là. Et le jour où j'aurai décidé de ne plus être présidente, je continuerai à les suivre et à tenir la buvette. » Là où tout a commencé, ou presque, pour la dirigeante. Là où risque de se prolonger le derby des Chapelles dimanche soir. Et l'on entendra forcément ce gimmick : « Allez la Josy, remets-nous la petite sœur ! »

Par Simon Butel Le Vrai Foot Day 2019, en partenariat avec :

Footéo

Sport Easy

Rematch

Fondaction du Foot

France 3
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi