Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. //
  3. // Roma-Juventus (3-4)

José Mourinho n'est pas éternel

Défaite 4 buts à 3 par une Juventus décadente ce dimanche, la Roma a probablement déjà acté l'échec de sa saison en cours. Mais aussi celui du recrutement de José Mourinho sur le banc, alors que le Portugais achève de démontrer que sa méthode, visionnaire quinze ans plus tôt, n'est décidément plus dans l'air du temps.

Modififié
José Mourinho n'est pas un homme qui change. Bien sûr, depuis ses années golden boy à l'Inter, le dos s'est légèrement tassé, la chevelure s'est teintée de fils gris et les cernes se sont creusées. Mais le football de José Mourinho n'a pas foncièrement changé. On l'a successivement vu à Manchester United et Tottenham depuis 2016. On le voit à la Roma cette saison également. Défait 4 à 3 par la Juventus ce dimanche après avoir mené 3-1 à la 70e minute, le club de la capitale est enlisé dans une saison qui a déjà tous les airs d'un exercice raté.

La win d'hier


Voilà les Giallorossi tristes 7es d'un championnat pourtant homogène, où l'Inter semble être la seule équipe destinée à dominer aisément le plateau. Ce dimanche, la Roma a joué un football de qualité intermittente face à une Juve abyssale de médiocrité pendant une heure de jeu. Avant de s'effondrer mentalement, en concédant 3 buts en sept minutes. Si la lose est historiquement chevillée au corps de la Louve, elle s'était presque autoconvaincue que le Special One, lui, pourrait briser le signe indien. Archétype du winner dans la décennie 2000, génie iconoclaste d'un nouveau football axé sur une maîtrise aiguë de la communication et de la gestion psychologique des joueurs, le Portugais devait enfin faire bouger les lignes à Rome. Rigoriser l'approche tactique et mentale d'une formation souvent placardisée pour ses faiblesses de caractère.



Voilà qui aurait sans doute pu ressembler à une bonne idée dix ans plus tôt. Sauf que ces dernières années, Maurizio Sarri à Naples, Gian Piero Gasperini à l'Atalanta ou Simone Inzaghi à la Lazio (puis à l'Inter), ont changé la face de la Serie A. Les rigoristes mentalistes à la Capello ou à la Lippi ne sont plus en haut des charts. Même Massimiliano Allegri - dernier vestige d'un football italien à l'ancienne - s'en est retrouvé ringardisé : sa Juventus déploie cette saison une créativité offensive inquiétante et pointe seulement à la 5e place de la Serie A. Doté d'un groupe qualitativement inférieur à celui de son homologue bianconero, José Mourinho ne pouvait prévisiblement pas faire mieux.

Mou du genou


Oh, bien sûr, on l'a vu déployer ses artifices habituels. Geindre constamment sur l'arbitrage. Sur les insuffisances de son effectif. Certains joueurs, comme Jordan Veretout, ont aussi assuré qu'il avait réussi « à changer la mentalité » de ses poulains. Tout cela est bien beau, mais, dans le football moderne, c'est insuffisant. Huitième attaque et surtout huitième meilleure défense de Serie A, la Roma nage dans le quelconque. José Mourinho n'a pas su la doter d'automatismes collectifs capables de fluidifier son jeu offensif, ni même la rendre plus imperméable derrière. Ce dimanche soir, après la défaite abracadabrantesque de ses hommes contre la Juve, il reconnaissait aussi à demi-mots son impuissance à transformer mentalement ses hommes : « Quand la Juve est revenue à 3-2, la peur s'est installée. Un complexe psychologique... Il y a des gens dans ce vestiaire qui sont un peu trop gentils, un peu trop faibles. »


Mais est-ce seulement surprenant ? Voilà des années que la méthode du Mou, relativement improductive à Manchester United et Tottenham, a montré ses limites. À cet égard, on peut même s'étonner du recrutement du Portugais dans la Ville éternelle. Cet été, la Serie A a laissé partir son jeune entraîneur le plus prometteur, en la présence de Roberto De Zerbi. L'homme qui a fait pendant trois ans de Sassuolo l'une des formations les plus ébouriffantes d'Italie a filé au Shakhtar Donetsk. Le technicien de 42 ans aurait pourtant tout aussi bien pu poursuivre sa progression au pays, dans une formation de standing supérieure. Une formation comme la Roma. Mais les Giallorossi ont manifestement privilégié la filière Mourinho, plus médiatique, plus alléchante à l'œil des observateurs lointains du championnat italien. Mais ceux qui regardent les matchs le savent : le filon que creuse le Portugais tend vers l'épuisement. La Roma ne s'en était pas peut-être pas rendu compte, mais le football a changé. Et José Mourinho est resté à la traîne.



Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom