Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/2 finale aller
  3. // Bayern Munich/FC Barcelone

Jordi Alba, cinq étoiles au guide du vice

Il est ce qui se fait de mieux au monde au poste de latéral gauche. Rapide, technique, endurant : sous cette montagne de qualités se cache pourtant une petite garce. Ou un gagnant invétéré, joueur rêvé pour chaque entraîneur. Lui, c’est Jordi Alba, l’homme qui ferait passer Busquets pour un ange.

Modififié
Jordi Alba agace. Talentueux au possible, le lutin de l’Hospitalet de Llobregat n’en reste pas moins un sacré fourbe. Une image de mauvais bougre qui lui collait à la peau sans pour autant en être sa caractéristique principale. Mais ça, c’était avant. Avant un quart de finale retour de Ligue des Champions qui a changé la donne. Après s’être fait sécher par Lavezzi, le coquin en rajoute des caisses : des roulés-boulés ridicules, des « je-me-frotte-l’oreille-sans-raison » , et une colère d’enfant capricieux – qui font gagner une bonne minute au Barça. En une action, le Catalan cristallise toute la frustration parisienne. Car oui, Jordi Alba est une belle catin, capable de pourrir un match de par son comportement de petit trublion. « Il fera toujours tout pour son équipe, nous explique César Ferrando, ancien entraîneur d’Alba au Gimnàstic Tarragona lors de la saison 2008-2009. Il travaille toujours pour les autres. C’est un joueur que tout entraîneur souhaiterait entraîner. Tu peux le mettre où tu veux, ailier ou arrière, il donnera toujours tout sans broncher » . Un statut de joueur rêvé qui fait face à celui d’adversaire redouté. Jordi Alba, un homme qui ne laisse pas indifférent.

« Pas un simulateur, un gagnant  »

Comme beaucoup de Blaugranas, Jordi Alba est un pur produit de la Masia. Mais a contrario des Xavi, Iniesta ou Busquets, il a été contraint à l’exil pour se parfaire aux exigences du plus haut niveau. Pourtant, pas de destination à la Cesc Fabregas ou à la Gerard Piqué. A 16 ans, il part pour le voisin de l’Unió Esportivo Cornellà. Un club périphérique de l’Espanyol Barcelone qui lui permettra deux ans plus tard de signer pour le Valence CF. Sans plus convaincre son monde, il est illico prêté au Gimnàstic Tarragona en 2008. César Ferrando, ancien boss de l’Atlético Madrid, en est alors l’entraîneur. Il raconte : « Lorsque j’étais son entraîneur, il était toujours très attentif, il souhaitait toujours s’améliorer. Il a toujours eu un physique sans faille, il a toujours pu enchaîner les longueurs. Mais il ne jouait pas forcément latéral. Lorsqu’il est arrivé de Valence, il était ailier gauche. Il voulait toujours participer au jeu, il ne pouvait pas rester en place  » . A l’entraînement comme en match, « Jordi a toujours été un gagnant, poursuit son ancien mentor. Quand tu le vois jouer, il attaque, il défend, il veut toujours apporter sa pierre à l’édifice. Il est de ce genre de joueurs qui ne lâchent jamais rien de la première à la dernière seconde. Jordi peut tout faire pour gagner » .

Au point de truquer ? « Non, non, non, répète César Ferrando. Ce n’est pas un simulateur, c’est un gagnant » . Un gagnant qui n’a finalement que peu gagné. De retour au bercail barcelonais depuis cet été, Jordi Alba affiche un palmarès quasi-vierge. A vrai dire, il n’a jamais rien remporté avec son club adoptif de Valence. Abonné au côté gauche, la flèche de Mestalla glane ce sobriquet après son passage au Nástic. En octobre 2011, il découvre la Roja. Pour ne plus la quitter. Et s’offrir ainsi son premier titre lors de l’Euro 2012, pour ce qui reste à l’heure actuelle sa seule et unique breloque dorée. Nabil El Zhar, ailier droit de Levante, a déjà croisé sur son chemin la mobylette catalane. Et il nous confirme les dires de Ferrando : « Lors de tous les matchs que j’ai pu jouer contre lui, lorsqu’il était à Valence ou à Barcelone, il a toujours été très tranquille. Dans le cas du match face au PSG, il y avait beaucoup de tension, tout le monde essayait de faire péter un plomb à l’autre. En plus, il est latéral, un poste où tu as souvent des contacts, donc des petites frictions comme celle-ci peuvent arriver » . Comme le résume César Ferrando, « Jordi a énormément de caractère » .

« Ils ne sont pas deux là ? »

Et aussi énormément de talent. Successeur de Jordi Alba dans l’effectif valencian, Aly Cissokho loue son potentiel : « Il a d’excellentes qualités techniques et de vitesse. Offensivement comme défensivement, il est très solide. Surtout sur le plan offensif, il fait beaucoup d’efforts et est décisif. Il arrive toujours à débloquer des espaces, pour lui ou pour ses coéquipiers, et donc à créer le surnombre » . Une hyperactivité qui l’a toujours caractérisé. « En jouant latéral, il a beaucoup plus de travail et il aime ça, explique son ancien entraîneur, qui l’a découvert comme ailier. Il a également plus de travail en partant de derrière » . Racheté cet été par le FC Barcelone, son retour apparaît aujourd’hui comme une évidence. « Il convient très bien au jeu du Barça où les latéraux doivent apporter beaucoup offensivement, poursuit Nabil El Zhar. Il a un coffre exceptionnel pour enchaîner autant de montées et de retours. A son poste, il est phénoménal puisque pendant tout le match, il ne fait qu’attaquer ou défendre. Il n’a jamais de temps mort » . Juxtaposée au Brésilien Dani Alves, sa présence a rééquilibré le système offensif catalan. Quitte à dégarnir l’arrière-garde.


De l’avis de tous, Jordi Alba est actuellement ce qui se fait de mieux au monde. « Tu en connais beaucoup des latéraux qui se retrouvent cent fois en un match dans la surface de réparation adverse ? s’interroge l’ailier de Levante. Il est vraiment spécial, très spécial. Il doit avoir un moteur quelque part, je ne vois pas d’autre explication  » . Et il poursuit : « Ce n’est pas impossible de le suivre pendant 90 minutes puisqu’il faudrait déjà que tu le voies. Il est toujours devant, derrière, devant, derrière… Tu demandes combien sont-ils ? Ils ne sont pas deux, là ? De ton côté, tu essayes de bloquer Iniesta qui te fixe et tout d’un coup, tu vois une moto partir sur l’aile. Le pire, c’est qu’il revient et que toi, tu n’as pas eu le temps de te replacer… C’est une vraie mobylette » . Ce « latéral moderne par excellence » , comme le décrit Aly Cissokho, a donc de quoi inquiéter le Bayern. « Si je suis l’entraîneur adverse, j’ai peur » , avoue César Ferrando avant de rajouter : « Il n’a jamais eu aucun problème avec ses coéquipiers lorsque je l’avais sous mon autorité. C’est un super partenaire » . Autant qu’un adversaire infect.

Son jeu de scène face au PSG :

Vidéo


Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Le Kiosque SO PRESS

Hier à 11:34 Football Leaks : une enquête de la FIFA sur les transferts troubles entre Aspire et Eupen 16
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
Hier à 08:01 Venez regarder un match chez So Foot ! 6