Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options

Joaquín Almunia, l'Espagnol qui attaque le football espagnol

Commissaire européen à la concurrence, Joaquín Almunia vient d'envoyer un gros coup de pied dans la fourmilière du football ibère en ouvrant plusieurs enquêtes simultanées sur des liens supposés illégaux entre plusieurs clubs du pays et argent public. Trahison digne de Judas ou croisade d'un juste contre un système corrompu ?

Modififié
Monsieur Joaquín Almunia, ancien dignitaire du Parti Socialiste espagnol, fossoyeur des chantiers navals de Vigo et actuel Commissaire européen en charge des questions de concurrence s'est lancé un défi : repérer, examiner et sanctionner toutes les subventions publiques illégales dont auraient disposé certains clubs espagnols depuis les années 1990. Almunia compare le football européen à unvaste marché dans lequel les aides publiques sont autant d'entorses à la concurrence. L'homme se base sur un argumentaire simpliste mais imparable : « plus les clubs ont de l'argent, plus ils sont capables d'attirer des joueurs de premier ordre et plus ils réussissent dans les compétitions européennes, ce qui par la suite leur assure de nouveaux revenus, par exemple en droits TV ou en publicité » . C'est donc sur cette base que l'Union Européenne a ouvert une série d'enquêtes à l'encontre d'une liste précise de clubs espagnols. Le Real, le Barça, Bilbao, Osasuna et trois clubs de la Communauté Autonome valencienne (le FC Valence, Elche et Hercules Alicante) sont dans le collimateur des enquêteurs de l'UE. Des cas bien évidemment différents les uns des autres mais qui ont tous un point commun : le mélange des genres entre clubs privés et argent public.


Micmac foncier entre le Real et la mairie de Madrid


Avant tout, c'est le système des « clubs de socios » qu'attaque Almunia. Au moment où la majorité des équipes espagnoles se transformaient en sociétés anonymes au début des années 1990, quatre entités (le Real, le Barça, Osasuna et Bilbao) ont disposé de dérogations pour échapper à ce statut. Une situation qui a perduré et qui aujourd'hui, selon le commissaire à la concurrence, leur offre un statut fiscal avantageux. Sur ce point, l'argumentaire de l'ancien ministre de Felipe Gonzalez paraît bancal puisque les clubs européens sont soumis à des politiques fiscales différentes selon leur pays de résidence, ce qui implique forcément des disparités au niveau des taux d'imposition.

L'enquête paraît plus sérieuse cependant à propos des relations entre le Real et la Mairie de Madrid. L'attention de la commission s'est portée sur un terrain situé à las Tablas (non loin du centre d'entraînement du Real) que la ville a « échangé » avec le club en 1998 contre d'autres parcelles dont disposait la Maison Blanche. Quelques années plus tard, il est apparu que la ville n'avait pas le droit de céder ces parcelles puisqu'elles étaient juridiquement réservées à un usage public. Si la commission d'enquête de l'UE reconnaît cette faute, elle s'intéresse surtout à la valeur des dites parcelles au moment où la Mairie a décidé d'indemniser le club, en 2011. Estimé à un peu plus de 500 000 euros au moment de l'échange en 1998, le terrain a été évalué au moment de l'indemnisation à plus de 22 millions par la ville. L'affaire a donc permis au Real de faire une plus-value équivalente à 44 fois sa mise initiale… Un investissement juteux dont l'UE questionne la légalité puisque sur la même période la valeur des terrains alentours n'a été multipliée que par 2,5. En bref, Joaquín Almunia insinue qu'à travers cet opaque micmac immobilier, la ville de Madrid a offert une vingtaine de millions d'euros au club de Chamartín. Un bien beau cadeau qui, selon le commissaire, fausse donc la concurrence entre les clubs européens.

Régulièrement mise en cause pour des cas de corruption depuis la fameuse affaire Gürtel, la Communauté Autonome de Valence est à nouveau pointée du doigt puisqu'à travers un organisme publique de crédit (El Instituto Valenciano de Finanzas), elle aurait financé des prêts octroyés à trois clubs, le FC Valence bien sûr, champion incontesté de la mauvaise gestion, mais aussi Hércules Alicante et Elche, promu en Liga cette saison. Ces prêts, échelonnés entre 2009 et 2011 pour une valeur totale de 118 millions d'euros, n'ont jamais été remboursés et l'argent n'a pas été réclamé.


Florentino Perez : «  une campagne contre le football espagnol  »



Ce que remet en cause la commission d'enquête dirigée par Almunia, c'est finalement le régime de faveur dont dispose le football en Espagne. Depuis le début de la crise économique, ce sentiment s'est accentué puisque la dette des clubs s'est creusée sans que les différentes administrations publiques, pourtant très largement créancières, ne réagissent vraiment. « Les clubs de football doivent être financés par leurs propres fonds et non par l'argent du contribuable » , assène Almunia, avant d'ajouter : « si ces avantages supposées sont démontrés par l'enquête, des sanctions devront être prises et les clubs devront rendre l'argent public illégalement perçu » . La menace du bâton européen plane… Face à ce qu'ils considèrent comme « une campagne contre le football espagnol  » , dixit Florentino Perez, les autorités publiques et les clubs concernés font bloc. Miguel Cardenal, Secrétaire d'Etat aux Sports a sommé l'Union Européenne de préciser des allégations qui selon lui portent atteinte à l'image du sport en Espagne. Certains, comme le ministre de l'agriculture Miguel Arias Cañete montent au créneau pour dénoncer la jalousie et la mauvaise foi des autres pays face aux succès des clubs espagnols et de la Roja.

Almunia fait aussi face à des attaques plus cinglantes et plus personnelles. Emily O’Reilly, Défenseur du Peuple Européen, s'étonne en effet qu'Almunia, natif de Bilbao et supporter convaincu de l'Athletic, ait finalement décidé de ne pas enquêter sur la partie publique du financement du nouveau stade de San Mamés alors que des soupçons de malversations existent depuis des mois. Avec un Barça également dans la tourmente à propos du transfert de Neymar et de la commission qu'aurait touché Sandro Rosell dans la transaction, c'est finalement tout le football espagnol qui navigue en eaux troubles. Les attaques en dessous de la ceinture se succèdent et les noms d'oiseaux fusent de toutes parts. La chasse aux sorcières est ouverte.

Par Pablo Garcia-Fons
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:01 Tournois rétro vintage indoor 2019 5
Hier à 16:51 Le double raté d'un joueur du Lesotho 4

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 14:35 Alessandro Nesta va prolonger l'aventure à Pérouse 19
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 14:27 Un match de D4 argentine retardé à cause d'une grenade 1