Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options

Joakim : « J’ai l’impression que les gens se sont désintéressés des Bleus »

Exilé aux États-Unis depuis quelques années, Joakim garde toutefois un œil sur l’actualité footballistique. Un regard que le fondateur du label Tigersushi partage avec nous en évoquant l’équipe de France, le foot féminin et ses mauvais souvenirs liés aux Coupes du monde. Bref, une discussion à la fois sympa et éclectique, à l’image du bonhomme.

Il paraît que tes souvenirs liés au foot ne sont pas très bons.
Oui, c’est vrai que j’ai plus de mauvais souvenirs que de bons. En fait, je ne sais pas pourquoi, mais à chaque fois que je sors un album ou que j’entame une tournée, ça tombe tout le temps au même moment qu’un gros événement, que ce soit une Coupe du monde ou une Coupe d’Europe. Par exemple, il y a quelques années, pour un festival tunisien, je devais jouer dans une cathédrale. Tout ça s’annonçait hyper bien, mais au moment de monter sur scène, je ne vois que cinq personnes dans le public. L’organisation me dit alors qu’une demi-finale de Coupe du monde est en train de se jouer. Je suis donc régulièrement en compétition avec le foot, mais autant dire que je suis clairement désavantagé (rires).

Tu n’as donc aucun bon souvenir lié au foot ?
Non, car, en plus de ça, j’ai longtemps eu du mal avec le sport, et les sports collectifs plus particulièrement. Étant super grand et super maigre, je n’ai jamais été à l’aise avec un ballon. Ajoute à cela une endurance merdique et tu comprendras que je ne gardais jamais la balle très longtemps (rires). Et puis je n’ai jamais eu l’occasion de voir un match au stade pour me rendre compte de l’énergie qui s’y véhicule. C’est bizarre parce que je suis à la fois attiré par l’ambiance d’un stade et effrayé par la foule.

Parlons un peu des États-Unis. Tu sens un lien très fort avec le foot là-bas ?
Très fort, peut-être pas. Mais ça commence à sérieusement se développer. Ce qui est à la fois étrange et très bien, c’est que ça se développe surtout chez les femmes. Je pense que le football étant très masculin, il fallait un sport pour compenser. Visiblement, c’est le soccer qui a été choisi.

En France, tu penses que ce n’est pas le cas ?
Non, mais c’est avant tout culturel. En Europe, les sports collectifs sont majoritairement masculins. Exception faite du volley et du handball.

Puisqu’on parle de la France, tu vas suivre le parcours de l’équipe nationale durant la Coupe du monde ?
Oui, ça serait difficile de faire autrement. Les Coupes du monde, c’est toujours un moment où je m’intéresse davantage au foot. Comme beaucoup de gens, d’ailleurs. Mais encore une fois, ça va tomber pendant ma promo et mes concerts. La malédiction se poursuit. Il ne manquerait plus que ma soirée parisienne avec Tigersushi tombe le même soir que la finale. Ce n’est pas le 11 juillet, dis-moi ?

Non, c’est le 13.
Ça va alors, même si ça risque de perturber les habitudes de sorties de la majorité des gens. C’est normal, après tout. C’est tellement fédérateur comme événement. Par exemple, je me souviens de la finale de 1998 qui était assez dingue, mais aussi de la demi-finale en 2006 contre le Portugal. J’étais sur la plage à Marseille et c’était le pied total. C’est à la fois l’occasion de te rassembler entre potes et de rencontrer de nouvelles personnes. C’est incroyable comment une Coupe du monde peut abaisser les barrières sociales.

La France au Mondial, tu y crois ?
N’ayant pas trop suivi leurs derniers matchs, je ne saurais pas trop me prononcer. En tout cas, j’ai l’impression que les gens se sont petit à petit désintéressés de l’équipe de France depuis que les joueurs ont multiplié les résultats décevants et les crises d’égo. Ils ont donné un si mauvais exemple de la France…

Tu as un problème avec les footballeurs ?

Non, pas du tout. J’ai d’ailleurs récemment rencontré Éric Cantona, qui est très intéressé par l’art contemporain. On croit souvent que les footballeurs ne s’intéressent pas à ça, mais c’est faux. Étant donné que certains d’entre eux ont beaucoup d’argent, il faut bien qu’ils le dépensent. Et l’art contemporain est idéal pour ça.

Comment était cette rencontre avec Cantona ?
Vraiment très sympa. On était à Venise à trois, avec un autre footballeur dont je ne me souviens plus le nom. On a visité plein d’expositions. Et comme on était avec Eric, on bénéficiait d’un traitement spécial, très VIP !

Pour finir, qui vois-tu gagner la Coupe du monde si ce n’est pas la France ?
Étant donné que j’aime supporter les mal-aimés et que je suis à moitié suédois, je vais dire la Suède…

Ils n’y sont pas…
Ah, merde (rires). Dans ce cas, le Brésil. D’abord, parce que c’est un pays que j’adore et où j’ai fait plusieurs dates. Et puis parce que ce serait génial pour eux de gagner la Coupe du monde à domicile.

Tropics Of Love, le nouvel album de Joakim, est sorti le 26 mai.

Maxime Delcourt
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 16:11 Premier League : le mercato estival fermera encore plus tôt 4 Hier à 14:25 Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 29

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom
Hier à 11:53 Le but pas vraiment fair-play d'une joueuse ouzbèke 30 Hier à 11:20 Christian Vieri derrière les platines 24