Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es de finale
  3. // Saint-Étienne/PSG

Jérémy Ménez, salut l’artiste

À 26 ans et plus que six mois de contrat sur la table, l’histoire d’amour entre Jérémy Ménez et le PSG, son club de cœur, semble tranquillement se terminer. En dépit d’un talent monstre, le Français n’a jamais réussi à saisir sa chance. Entre nonchalance, petites crises passagères et insultes, le numéro 7 semble condamné à partir. Sans jamais s’être véritablement imposé.

Modififié
Il y a six mois, Jérémy Ménez marquait le but du titre pour le PSG, enchaînait les titularisations et s’invitait régulièrement en équipe de France. Aujourd’hui, le numéro 7 francilien est un tricard à mauvaise réputation et sa présence au Brésil, dans la liste des 23 Français, serait un véritable miracle. Que s’est-il passé en l’espace d’un semestre pour que l’ancien joueur de la Roma soit à ce point dans le brouillard ? On pourrait lui trouver des circonstances atténuantes, comme son opération pour une hernie discale en début de préparation estivale. Mais à bien y réfléchir, on n’a plus tellement envie de défendre le joueur. Un homme qui, pourtant, forçait le respect d’Ibrahimović en janvier dernier - « Le meilleur, c’est Ménez » - et s’invitait même dans les discours de jeunes mariés au cœur du printemps.

Oui, à un moment, Jérémy Ménez était l’égal des plus grands au PSG. En quatre mois, l’homme, plus que le joueur, a tout foutu en l’air. Il y a déjà son craquage contre Benfica où, quand il apprend qu’il n'entrera pas en jeu, il préfère filer au vestiaire plutôt que de fermer sa gueule. C’est déjà le deuxième dérapage du genre en 2013 (il avait déjà fait le coup contre Valence). Et quand le joueur retrouve le terrain, il ne donne pas l’impression d’être concerné par l’équipe. Les deux dernières sorties d’Évian et de Lisbonne ont montré un joueur nonchalant, qui semble peu préoccupé, toujours aussi peu souriant et peu investi dans les efforts collectifs. Bref, un casse-couilles. Un rendement qui irrite particulièrement Laurent Blanc, qui n’a pas manqué de le faire savoir après la victoire à Rennes, balançant une phrase lourde de sens et de sous-entendus : « J’espère que les remplaçants ont bien regardé le match…  »

Pastore paye pour son niveau, Ménez pour son œuvre globale

Bien sûr, Ménez n’est pas le seul visé. Dans son malheur, il est accompagné de Javier Pastore, autre nonchalant talentueux du groupe, également porté disparu depuis six mois. A propos le duo, le Président dresse dans les colonnes du Figaro un constat d’échec : « Je n’arrive pas à tirer le maximum de ce qu’ils peuvent faire. C’est un petit échec. Mais, au final, j’ai onze noms à choisir pour le match. L’entraîneur, ce n’est pas le gentil GO qui met l’ambiance en donnant sa confiance à tout le monde. » C’est la première fois qu’un entraîneur parisien version Qatar avoue ne pas savoir y faire avec Ménez. Un joueur pourtant couvert d’éloges par Kombouaré, puis Ancelotti. Toujours dans le Figaro, Blanc adresse un autre message caché à son joueur. Plus direct : « Dans un projet, tout le monde doit tirer dans le même sens, sinon… Je suis très collectif dans ma vision. Il faut que les talents individuels soient à la disposition du groupe. Si c’est l’inverse, alors l’équipe est vouée à l’échec. » Comme souvent depuis le début de sa carrière, Ménez est rattrapé par sa mentalité. Le soliste de trop pour que la mélodie reste audible.

Présenté très tôt comme un crack, il aurait pu (dû ?) atterrir dans les plus grands clubs. On a quand même parlé de lui à Manchester United avant que ses premiers boutons d’acné n’explosent sur le miroir de sa salle de bain. Aujourd’hui, Ménez arrive à six mois de la fin de son contrat. Les dirigeants parisiens n’ont aucune envie de lui proposer une rallonge, alors que lui n’attend que ça.

Il n’a plus d’excuse


Parce que oui, Ménez est chez lui, à Paris. Il aime Paname et sa banlieue, c’est son territoire. Ainsi, il peut tourner des clips où des AK-47 donnent la réplique à des culs stringués pour ses potes rappeurs, se montrer dans les hauts lieux branchés de la nuit parisienne et côtoyer les siens. Et, détail non négligeable, le PSG est son club de cœur. Alors pourquoi passer son temps à cracher dans la soupe ? C’est là toute l’ambivalence du joueur. Pendant longtemps, on a placé ses « conneries » sur le compte de sa jeunesse. Aujourd’hui, le milieu de terrain offensif avance sur ses 27 ans, il est père de famille et fréquente le milieu depuis plus de dix ans. L’excuse de l'immaturité ne marche plus. Il faut passer à autre chose.

Cette saison, son profil et son talent auraient dû l’installer dans ce poste d’attaquant gauche dont personne ne veut. Les caractéristiques du poste et le duo Ibra-Cavani plaidaient pour un joueur comme lui. Mais non, Ménez n’a pas saisi sa chance. Quand un Pastore à 42 millions ne se bazarde pas comme ça, un Ménez acheté 8 millions d’euros est, logiquement, traité avec moins de pinces. Surtout quand celui-ci fait tout pour être détesté. Presse y compris. Récemment, la Juventus est revenue à la charge pour embarquer le joueur (on parle d’une offre comprise entre 2 et 3,5 millions d’euros pour racheter les 6 mois de contrat restants). Monaco ? Pas certain qu’un homme comme Claudio Ranieri souhaite récupérer un joueur qu’il connaît pourtant très bien, quand on voit à quel point le recrutement monégasque a été axé avant tout sur la mentalité plutôt que le talent. Finalement, les propositions ne sont pas si nombreuses que ça. Logique. On récolte ce que l’on sème.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Podcast Football Recall