Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options

Jérémy Mathieu au Barça, c'est si surprenant que ça ?

Au Barça ? Pour 20 millions d'euros ? On parle bien du rouquin de 30 ans ? Celui qui a foulé les pelouse de Bonal et du Stadium ? Le même qui passe derrière Lucas Digne en équipe de France ? Eh oui, Jérémy Mathieu vient bien de signer au Barça. Alors voici pourquoi ça ne surprend qu'en France.

Modififié
Stupeur. Le 30 janvier 2009 changera à jamais l'histoire du mercato. Juande Ramos est alors entraîneur du Real Madrid, champion en titre. Mais la Maison Blanche va mal. Il lui faut un mec sur le côté droit. N'importe qui. Au même moment, Julien Faubert se lève à Londres. Il commence quand même à se faire un peu de souci : 27 apparitions, 0 but avec West Ham, ça commence à se voir. Le téléphone sonne : « Le Real te veut en prêt. Tu pars ce soir » . En France, c'est l'incompréhension générale et les Français ont raison. Ils l'ont vu jouer en Ligue 1. Julien Faubert, ce n'est quand même pas fulgurant. Le rapprochement est vite fait entre les deux cas, mais Faubert n'est pas Mathieu. En Espagne en tout cas, on ne se fait aucun souci sur la signature de Jérémy Mathieu.

Un caméléon


Tout d'abord parce que le mec a 30 balais. En Espagne on ne dit pas qu'il est trop vieux mais qu'il a de l'expérience. Jocelyn Angloma sait de quoi il parle : « En Espagne, à cet âge-là, on n'est pas cramé. La Liga, c'est un championnat où l'expérience prime énormément, où on peut jouer jusqu'à un certain âge. Il a encore deux, trois ans devant lui, à très haut niveau. » Là-bas, les défenseurs peuvent donc se rabattre sur leur positionnement et leur hargne. Jérémy est aussi un joueur interchangeable. Julien Escudé voit en lui le nouveau Abidal : « Barcelone recherche ce profil depuis le départ d'Eric et la retraite de Puyol. Il a réussi à s'imposer au poste de latéral gauche avant d'être replacé en défenseur central à Valence. C'est un avantage pour l'entraîneur. » Et nul doute qu'il trouvera sa place dans le collectif blaugrana : « Il est discret mais il fera son trou. Au début, les joueurs ont besoin de s'adapter au championnat, d'apprendre la langue puis après, de prouver ce qu'ils valent sur le terrain. Jérémy Mathieu a déjà tout ça. Et en plus son style de jeu colle parfaitement au championnat espagnol. »

Un roc


Mais 20 millions, c'est quand même un gros paquet. C'est pourquoi Julien Escudé nous propose un rapide cours d'économie : « 20 millions, s'il joue pendant quatre ans et qu'il aligne quarante matchs par saison, on va dire que ce n'est pas beaucoup. C'est le prix du marché, c'est ce que demandait Valence, et on a le sentiment que Barcelone était un peu pressé. Maintenant, il va être confronté à beaucoup plus de pression. » Et vu qu'en Espagne, ils ont réponse à tout, César Sánchez, l'ancien portier de Valence et coéquipier de Jérémy, explique comment il va y résister : « C'est un régal ce mec. Ce n'est même pas une surprise. Le Barça a des vues sur lui depuis un moment. Il est bon offensivement, il se place bien, il sait jouer en contre, il est spectaculaire, solide. C'est quand même le capitaine de Valence. Et t'as vu sa frappe de balle ? Mathieu et Alves sur les côtés, ça peut faire mal. Il a tout pour réussir à Barcelone. »

La moche du collège


Alors c'est quoi qui coince ? Eh bien en Espagne, on ne connaît son parcours que depuis Valence. Un peu comme une fille moche au collège, qui subitement se transforme en top model au lycée. En toute logique, ceux qui la connaissaient à l'époque restent bloqués, alors que les autres se la tapent sans scrupule. Jérémy Mathieu, c'est un peu ça. Les Espagnols ne voient que le beau Jérémy Mathieu. Celui qui met des pralines, celui qui enchaîne les passes décisives, le capitaine de l'une des meilleures équipes de Liga. Tout simplement. Alors que nous, on le connaît depuis trop longtemps. Non pas qu'il ait été mauvais en France, mais on voit mal comment une carrière peut mener de Sochaux à Barcelone en deux escales. C'est trop beau pour être vrai, ou du moins, trop beau pour fonctionner.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

Hier à 16:11 Premier League : le mercato estival fermera encore plus tôt 4
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 14:25 Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 29
À lire ensuite
Top 10 : Je m'appelle Serge