Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Strasbourg-Bourg-en-Bresse (2-1)

Jérémy Grimm : « On a un public monstre »

Jérémy Grimm est un homme heureux. Formé au Racing et natif de la région, le vice-capitaine strasbourgeois a vécu dans la même soirée la remontée du RCS en Ligue 1 – neuf ans après –, le titre de champion et même une demande en mariage. Interview avec le cœur alsacien.

Modififié
Avant la dernière journée, le Racing était leader, mais vous n’aviez pas le droit à l’erreur tant le sprint final était serré en tête de la Ligue 2. Comment as-tu abordé ce match face à Bourg-en-Bresse ?
C’est vrai qu’on avait tous hâte que ça se termine, parce que la saison a été longue, stressante. Mais c’est plus agréable que de jouer le maintien. C’est que du plaisir. Une bonne pression, quoi. On a commencé le match, on savait qu’il fallait gagner pour réaliser quelque chose de beau. On a marqué ces deux buts qui nous ont délivrés. Le dernier quart d’heure a été stressant. Ils sont revenus au score à un quart d’heure de la fin (de 2-0 à 2-1, ndlr), le cœur palpitait, mais on a tenu ce résultat jusqu’à la fête. Ce fut une belle fête et une belle libération.

Si Bourg-en-Bresse égalisait à 2-2, la montée vous passait sous le nez. Toi, sur le terrain, tu étais au courant des autres résultats ?
Pas du tout. Il fallait qu’on gagne. Tout le monde a fait les efforts défensivement et s’est dépouillé pour garder ce score jusqu’à la fin. Le public nous a poussés, et c’était une belle fête. C’est mérité, en tout cas, parce qu’on a fait une très belle saison.


La saison dernière, on t’a vu célébrer le titre de champion de National avec un fumigène à la main. Tu as encore craqué une torche cette année ?

Vidéo

Cette fois-ci, j’avais un message à transmettre à ma conjointe. J’étais plus concentré là-dessus. Après avoir fait un tour d’honneur, on s’est arrêté devant nos familles, en particulier, il y avait ma compagne, mes parents, mes beaux-parents : j’ai fait une demande en mariage...

Et alors ?
Elle a dit oui. (rires)

Comment tu t’y es pris ?
Je portais un T-shirt, avec le prénom de ma compagne, il y avait marqué : « Veux-tu m’épouser ? » Ça a fait le tour de la région, en première page des DNA. C’était beau. J’attendais un moment fort pour lui demander, et tout ce dont je rêvais s’est réuni vendredi soir. Donc, je suis très heureux.

« C’était serré, stressant, mais c’était un beau moment à vivre. Nous ne sommes pas des joueurs extraordinaires, mais tout le monde a donné à chaque match, c’est ce groupe qui a fait la différence. »

Ça t’a rajouté une pression supplémentaire, pour que la soirée se termine par la montée...
Je ne pensais qu’à gagner, gagner, gagner. Devant notre public, on était obligé de gagner. Je ne pensais pas à l’inverse. On est imbattable chez nous, on n'avait pas le droit de décevoir nos supporters sur ce dernier match. J’étais confiant et je ne pensais qu’à ça. Personnellement, c’est un rêve de gosse... C’est magique ! On a un public monstre. Moi, j’ai galéré, travaillé, travaillé, travaillé, et aujourd’hui, c’est en train de payer. Et j’ai encore plein de gaz à donner pour découvrir cette Ligue 1. Parce que, certes, on est montés, mais on sait qu’il y aura pas mal de changements, c’est un autre niveau qui vient à nous. Il y aura de très beaux adversaires, il va falloir s’accrocher.

Tu as la voix cassée du supporter qui s’est égosillé pour son équipe...
Durant tout le week-end, on a chanté. Je commence seulement à récupérer (l’entretien s’est déroulé lundi 22, ndlr), parce que c’était dur (rires). On ne fête pas tout le temps une montée en Ligue 1, et un titre de champion, en plus. Maintenant, on va partir en vacances pour savourer tout ça et relâcher la pression. Hâte de retrouver un championnat dont tu rêves depuis tout petit.

Tu as ressenti que la ville attendait cette remontée depuis longtemps ?
Tout à fait. Depuis le dépôt de bilan (à l’été 2011, le Racing est alors tombé de National en CFA 2, ndlr), toute une région est derrière nous pour que le club remonte au plus vite. Cela n’a pas pas été facile, on a connu des hauts, des bas, Avant le dernier match, tout le monde nous envoyait des messages : « Allez, il faut le faire ! » ... C’est incroyable ! Honnêtement, ce club doit être en Ligue 1.


À quel moment de la saison, tu t’es dit : « La montée, elle est pour nous » ?
Une fois que nous avions rencontré toutes les équipes à l’issue de la phase aller. Je n’ai pas senti une grosse équipe qui m’a impressionné. Certes, il y avait de bonnes équipes, mais... je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire, et au fur à mesure de la phase retour, on était toujours aux avant-postes. On se rapprochait de la fin : « On y est toujours. » (Il répète) Quand on va à Reims, il y a 1-1, ils ont un penalty dans le temps additionnel, mais le tireur touche la barre, et notre gardien, Alexandre Oukidja, fait une grosse parade sur la reprise. Ce sont des signes qui nous donnaient encore plus de force pour les matchs suivants. C’était serré, stressant, mais c’était un beau moment à vivre. Nous ne sommes pas des joueurs extraordinaires, mais tout le monde a donné à chaque match, c’est ce groupe qui a fait la différence.


Que de chemin parcouru depuis ton retour au club en 2013, quand le Racing se maintenait à l’arrache en National...
J’ai tout vécu. La première année, on est descendus, on a été repêchés administrativement. Après, on a loupé la montée en Ligue 2 d’un point. Contre Colomiers (le dernier match de la saison 2014-2015, le Racing a terminé finalement quatrième de National, ndlr), on n’avait pas notre destin entre nos mains contrairement à cette année. Ces deux montées, de National en Ligue 2 et de Ligue 2 en Ligue 1, ce sont des moments qui resteront gravés dans ma mémoire.



Propos recueillis par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur