Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Châteauroux-Sochaux

Jean-Claude Plessis : « Sochaux est en train de mourir dans l'indifférence »

Ancien président emblématique du FC Sochaux (1999-2008), Jean-Claude Plessis coule une retraite paisible à Brest, ce qui ne l’empêche pas de suivre d’un œil avisé l’actualité des Lionceaux, où Omar Daf a succédé à l’Espagnol José Manuel Aira sur le banc. Car dans le Doubs, l’heure est grave : l’équipe est dix-huitième de Ligue 2, et la DNCG a relégué le club en National 1 à titre conservatoire, en raison d’un déficit estimé entre 4 et 6 millions d’euros. Bref, de quoi faire réagir l’ancien patron.

Modififié
Omar Daf entraîneur, c’est une bonne nouvelle ?
Je ne connaissais pas Aira, mais Omar m’en avait parlé en bien. Omar, je le connais parfaitement, et je l’ai appelé quand il a été nommé. Je suis content pour lui, même s'il hérite d’une situation compliquée. C’est quelqu’un qui a le club dans la peau, qui connaît tout le monde à Sochaux et qui est compétent. Je pense que sa nomination rassure les supporters, qui sont complètement perdus. Le club a besoin de calme, de stabilité, et Omar est le mec qu’il faut. C’est un catalyseur, un sage. J’espère juste qu’il aura les moyens de bosser.

Vous en doutez ?
La situation est mauvaise sportivement. J’espère vraiment qu’on ne va pas lui demander de bosser avec un staff réduit, pour faire des économies. Car pour ce qui est de ses compétences, je n’ai pas d’inquiétude. Il a eu beaucoup d’entraîneurs quand il était joueur, et comme c’est un type intelligent, il va aussi s’inspirer de ce qu’il a pu voir. Il ne sera pas un coach au rabais, je le connais...

Au-delà du cas d’Omar Daf, c’est celui du club tout entier qui interpelle...
Je suis triste de le voir dans cette situation. Sochaux, c’est un grand nom du football français, mais j’ai l’impression qu’il est en train de mourir dans une certaine forme d’indifférence. Les médias en parlent peu. Et moi, je n’ai pas envie de le voir sombrer. Mais si on continue comme ça, on y va tout droit. J’en suis même parfois à me demander s’il ne vaudrait pas mieux repartir en National 3, tout reconstruire sur des bases saines. C’est ce que tente de faire Bastia. Strasbourg l’a fait, et regardez où en est le Racing aujourd’hui.

Oui, mais le National 3, ça ne fait pas rêver. Et personne n’a l’assurance d’en sortir...
C’est vrai. Mais un gros club doit s’en sortir. Bon, nous n’en sommes pas là, et le mieux serait de se maintenir en Ligue 2 et d’arrêter les conneries. Moi, je me pose toujours la même question à propos de Sochaux.

Laquelle ?
« Qui dirige ce club ? Franchement, je n’y comprends pas grand-chose. On a un président chinois, M. Li, mais le club est sous tutelle des Espagnols d’Alavés. Ce n’est pas viable. Il faut une vraie organisation, avec des gens qui connaissent le foot. »
Qui dirige ce club ? Franchement, je n’y comprends pas grand-chose, et c’est sans doute la même chose du côté des supporters. On a un président chinois, M. Li, mais le club est sous tutelle des Espagnols d’Alavés. Ce n’est pas viable. Il faut une vraie organisation, avec des gens qui connaissent le foot. Avec un directeur général qui rend des comptes au président tous les cinq ou six mois. Monsieur Li n’est quasiment jamais là. Un club, c’est une entreprise, mais ça ne se gère pas exactement comme une entreprise. Un club, il a des supporters. Il y a du cœur, le suivi des médias tous les jours, etc. Là, ça part dans tous les sens. Le FCSM a été relégué à titre conservatoire par la DNCG en National 1. Comme l’an dernier, d’ailleurs. Il faut vraiment s’inquiéter et penser à l’avenir : on monte un vrai budget, on met en place des gens qui connaissent leur boulot. Il faut recréer du lien avec les supporters. Vous savez ce que représente le club dans la région...


C’est une locomotive. Ou c’était...
Mais oui ! Sochaux en Ligue 1, cela représentait quelque chose. Économiquement, mais pas seulement. On supporte le club dans les familles depuis des générations. Des joueurs ont eu des parents qui bossaient chez Peugeot. Les supporters sont tristes, les anciens joueurs sont tristes de voir le club là où il est. Ils sont comme moi.

On a l’impression que Peugeot a vendu le club sans trop chercher à savoir qui était l’acquéreur...
À l’époque, en 2015, on avait présenté le groupe chinois Ledus, car il était coté à la bourse de Hong Kong. Et il paraît qu’être coté à Hong Kong, c’est une référence. Je n’y connais rien dans ce domaine, alors pourquoi pas... Mais on s’est aperçu que Li ne remplissait pas vraiment ses obligations. Peugeot, quand Carlos Tavares est arrivé à la présidence (1er avril 2014), a décidé de vendre tout ce qui n’était pas automobile. Et je pense que le club a été vendu trop vite. Pourtant, tout le monde sait que la famille Peugeot est très attachée au FCSM.


D’ailleurs, Romain Peugeot avait formulé au printemps dernier une offre de rachat à Wang Sang Li, sans obtenir de réponse...
Oui, Li a préféré trouver un accord avec les Espagnols.
« Je pense que Romain Peugeot n’a pas abandonné l’idée de refaire une offre le jour où le club sera en vente. Avec d’autres entrepreneurs de la région. Moi, je verrais ça d’un bon œil. »
Je pense que Romain Peugeot n’a pas abandonné l’idée de refaire une offre le jour où le club sera en vente. Avec d’autres entrepreneurs de la région. Moi, je verrais ça d’un bon œil. On sent bien que les Espagnols ne sont pas satisfaits du niveau d’engagement de Li. Pour combien de temps sont-ils là ? Li ne semble pas pressé de vendre. De toute manière, depuis le rachat du club, beaucoup de conneries ont été faites. On a viré des historiques, des mecs qui connaissaient le club, le foot français, tout. Bernard Genghini, par exemple. Pour les négociations, il était très fort. Et puis, il y a autre chose qui me semble évident : les joueurs ne semblent pas être respectés, hormis par le staff technique. D’ailleurs, j’ai des retours de l’ambiance générale dans le club : beaucoup de gens s’inquiètent pour leur avenir.

Sochaux peut-il encore miser sur la formation ?
Mais la formation, c’est l’ADN du club ! Il y a encore quelques années, les jeunes voulaient venir à Sochaux, car c’était une référence. Et il y a encore des gens qui font très bien leur boulot au niveau de la formation. Aujourd’hui, si vous êtes père de famille, vous envoyez votre fils à Sochaux, au centre de formation, avec l’image que le club a en ce moment ? Pas sûr. Sochaux a eu des générations exceptionnelles grâce à des joueurs formés au club : Paille, Pedretti, Frau, Boudebouz, Mathieu, Martin, etc. Les supporters avaient l’habitude de les suivre depuis les catégories de jeunes jusqu’en pro. Mais depuis des années, ils voient l’équipe complètement changer tous les étés ! Comment voulez-vous qu’ils s’y retrouvent ?


Que faut-il à Sochaux pour sortir de cette ornière ?
Un vrai patron, qui devra comprendre notamment que les gens viennent au stade pour un spectacle. Avec un organigramme précis, un vrai budget et un projet à long terme. Un patron qui sait diriger : regardez Jean-Michel Aulas ! Il est à tous les matchs de son équipe, c’est le vrai taulier. Un président à l’ancienne, mais qui a tout compris. Moi, je vais vous avouer une chose : à l’époque où j’étais en poste à Sochaux, il y avait des mecs comme Aulas, qui aimaient leur club : Gervais Martel, Loulou Nicollin, Bernard Caiazzo et Roland Romeyer, Jacques Rousselot, Jean-Michel Aulas... De vrais présidents. On prenait parfois plaisir à s’engueuler, mais on allait toujours casser une graine ensemble, et on refaisait le monde. Quand j’étais à Sochaux, parfois, les supporters venaient gueuler quand les résultats n’étaient pas là. Ça pouvait m’emmerder, mais ça faisait partie du jeu. J’ai connu une belle époque avec tous ces présidents. On va peut-être dire que je suis un vieux con en disant ça, mais je l’assume complètement !

Propos recueillis par Alexis Billebault
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures Ligue des champions : des matchs le week-end dès 2024 ? 28 il y a 6 heures Rooney à la Maison-Blanche 21
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Schieber Sayan