Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 28 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Interview Arno

« Je fumais des joints à la mi-temps »

Figure mythique de la scène belge, Arno est encore aujourd’hui, à 66 ans, ce trublion à l’hygiène de vie douteuse, aux anecdotes folles et à l’humour constant. Le Flamand a donc profité de Human Cogito, son nouvel album à paraître le 15 janvier, pour nous raconter son parcours d’ancien footballeur, sa chanson reprise en chœur par les supporters d’Ostende et sa vision des Diables rouges.

Modififié
Tu jouais au foot étant petit...
J’ai joué à Ostende jusqu’à 15 ans et demi. J’étais vraiment bon, mais j’ai tout arrêté à cause d’une abeille. Je t’explique : dans les années 60, des mecs étaient venus de Bruxelles pour m’observer dans l’idée de me faire jouer avec l’équipe nationale. J’avais les cheveux longs à l’époque, un style de jeu à la George Best, un short extra-large et on me complimentait régulièrement. Pour ce match, j’avais choisi d’aller au stadium en vélo et, juste avant d’y arriver, une abeille m’a piqué dans la bouche. On m’a fait quelques piqûres de cortisone et ça allait mieux, mais j’ai fait l’erreur de fumer un joint dans la foulée. J’en avais l’habitude, mais le mélange avec le traitement a provoqué quelques effets secondaires. J’ai super mal vécu la combinaison des deux. Par conséquent, j’ai fait un très mauvais match.

Ça n’a pas dû plaire aux dirigeants ça, non ?
Ils étaient super fâchés. Ils pensaient que je me foutais complètement de leur gueule. Après tout ça, comme je le disais, j’ai d’ailleurs décidé d’arrêter ma carrière de footballeur pour devenir un chanteur de charme raté (rires).

Avec le recul, tu regrettes cette erreur ?
Non, ça me fait rire. Et puis ça m’a permis de m’orienter dans une nouvelle voie. Bon, j’ai troqué mes capacités physiques contre de sérieux rhumatismes, mais ça valait le coup (rires). Et puis j’aime encore le foot. Enfin, j’aime surtout Ostende, qui joue très bien en Jupiler League cette année. Je me balade souvent avec mon écharpe rouge et verte. C’est ma façon aussi de les remercier de chanter une de mes chansons lorsque l’équipe marque un but. D’autant que «  Oh La La La, C’est magnifique !  » est une vieille chanson que j’avais écrite avec mon groupe TC Matić.

Vidéo

Ça te fait quoi d’entendre cette chanson reprise par des milliers de personne ?
Putain, c’est vraiment jouissif : ça me file une érection aussi longue que la tour Eiffel !

C’est à Ostende que tu dois tes plus gros frissons ?
Non, c’est à une cicatrice sur mon genou, elle ne m’a jamais lâché celle-là (rires). À l’époque, lors d’un match, j’ai glissé aux abords du but et je me suis planté une espèce de clou dans le genou. Aujourd’hui, la cicatrice est là pour me rappeler cette douleur.

Tu avais quand même l’air d’être un joueur bien particulier…
Tu ne crois pas si bien dire. À l’époque, j’étais très influencé par le jeu anglais. Mon arrière-grand-père est britannique, et j’entretiens son héritage dans ma façon de jouer. Attention, je te parle du foot anglais des années soixante et soixante-dix, pas celui actuel. Ils ont perdu tout le charme de leur football, les British ! George Best, par exemple, c’était clairement de l’entertainment. J’étais un peu comme lui, sauf que je fumais des joints à la mi-temps.

Et tu penses quoi de la sélection belge ?
Tout ce que je vois est très encourageant. Kompany, De Bruyne, Hazard, c’est du solide tout ça. Wilmots aussi est impressionnant. Ce n’est pas l’entraîneur le plus charismatique du monde, mais il fait ce qu’il veut, il ne s’étend pas dans les médias et ça me plaît. Il peut encore faire grandir l’équipe.

Au point de remporter l’Euro ?
Tu sais, j’ai l’impression que notre époque est hyper bizarre, et qu’avec tous ces flingues qui traînent dans la rue, on vit presque dans un film de cowboy. Et tout est possible dans un film de cowboy. Alors, oui, j’y crois !

En plus de l’hymne à Ostende, tu aimerais que la sélection fasse d’un de tes morceaux leur chant officiel ?
Oh, tu sais, j’ai déjà un hymne européen avec Putain, Putain. En plus, j’ai deux enfants avec une Française, j’habite en plein centre de l’Europe, à cinquante kilomètres au sud de la frontière et à cinquante kilomètres au nord d’une autre frontière. Alors la notion de frontière ou d’appartenance, je m’en fiche un peu.

On le sait, la Belgique est divisée en deux clans, les Flamands et les Wallons. Tu penses qu’une compétition comme l’Euro peut unir le peuple ?
Cette histoire d’opposition, c’est surtout un truc de politiciens. La majorité de la population n’en a strictement rien à foutre. Après tout, il faut vraiment être con pour séparer un pays d’à peine onze millions d’habitants. C’est presque comme si on cherchait à séparer Paris en deux. En tout cas, ça prouve bien les dangers du nationalisme. Il y a des guerres partout, des gens qui meurent de faim, des peuples en crise, et nous, on s’invente des problèmes. Si tu veux mon avis, beaucoup de nos dirigeants ont de sérieux problèmes de zizis.

Quelle chanson, ça aussi...
Vidéo


Par Maxime Delcourt
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:41 NOUVEAU : 150€ OFFERTS en CASH chez ParionsSport jusqu'au 14 novembre seulement ! il y a 42 minutes Gignac va prolonger aux Tigres il y a 1 heure Les rescapés de Thaïlande à l'entraînement avec le LA Galaxy
Hier à 18:07 Le but contre son camp lunaire d'un Russe en finale de futsal aux JOJ 28 Hier à 15:02 Un coin de pelouse du Mondial 1998 mis aux enchères 18
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi
Hier à 11:25 Enzo Zidane rate un tir au but, son équipe éliminée 29