Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options

Jason Denayer, la revanche dans la peau

Lyon vient de faire un coup de filet sur un nouveau défenseur central, Jason Denayer, pour 10 millions d'euros. Un renfort qui arrive à point nommé pour l’OL et une aubaine pour le Belge, longtemps placardisé au rang de grande promesse à son poste, avant d’être trimbalé dans une série de prêts sans fin par Manchester City ces dernières saisons.

Modififié
Les suiveurs acharnés des nombreuses rumeurs qui déchaînent le mercato estival l’auront remarqué. Ce n’est pas la première fois que Jason Denayer pointe le bout de son nez dans la boîte à idées de l’OL. Il y a un an, à l'été 2017, le Belge au bouquet de dreads sur le casque n’est en effet pas loin de débarquer en Rhône-Alpes. Il a suffi pourtant que son employeur-formateur, Manchester City, se montre plus exigeant dans les conditions d’achat pour faire capoter le transfert. Une démarche plombante pour le défenseur central, qui fait savoir plus tard son dégoût à Voetbal Magazine : « Lyon était un club parfait. Nous étions d'accord avec l'OL, mais pas City, qui veut absolument me prêter à Gérone. Or, ils sont promus, jouent en contres, c'est une petite ville, avec peu de supporters. Tout le contraire de Lyon. »


Finalement, on l'envoie une seconde fois en prêt à... Galatasaray. L’OL, de son côté, rebrousse chemin et met le paquet sur le Brésilien Marcelo, à Beşiktaş. Une saison plus tard, le lâcher-prise final des Citizens, qui viennent de refourguer leur produit maison à Lyon pour 6,5 millions d’euros (3,5 millions en bonus), symboliserait presque la fin des emmerdes de Jason, à 23 piges.

The new Kompany


Depuis 2014 et la fin de sa formation, Jason Denayer a surtout subi les affres d’un management à la ParcoursSup : à savoir, aller où le vent l’emmène. Si, très vite, sa première expérience au Celtic (saison 2014-2015) montre des prédispositions à gagner des duels aériens malgré un gabarit moindre pour un défenseur (1,84m), il galère dès son retour à se faire une place dans les plans de Manuel Pellegrini. Patrick Vieira, qui l’entraînait chez les jeunes auparavant, se félicite pourtant du boulot : « Quand je l’ai vu se débrouiller lors de son passage au Celtic, j’étais vraiment fier. »



À sa décharge, dès le retour à la maison, Nicolas Otamendi vient de débarquer pour 45 millions d’euros à la rescousse d’une défense qui a cogité toute la saison. Rebelote, Jas’ est envoyé un an en exil à Galatasaray taper du ballon. Et c’est ce qui définit à peu près tout son passage à City : l’éternelle attente d’une confiance qui ne s’est jamais pointée. Et ce, alors que les comparaisons affluent en Angleterre tout comme au pays avec son aîné Vincent Kompany. Pep Guardiola, qui prend les rênes des Sky Blues à l’été 2016, n’en a cure. Denayer est envoyé au casse-pipe à Sunderland, où il ne peut empêcher le glissement du club en Championship à l’issue de la saison.

« Vraie force tranquille »


Cette situation instable finit par gaver le natif de Bruxelles : « Ils ne veulent pas me vendre ou alors uniquement à des conditions exorbitantes et irréelles, comme par exemple avec une clause de rachat au même prix que celui de la vente. Du coup, les clubs me veulent, mais uniquement en prêt. »


Ce transfert à Lyon permet donc de constater que City a fini par lui lâcher les baskets. Jason n’en est pas à son premier combat de gagné, lui que son ancien entraîneur à la JMG Académie d’Anderlecht qualifiait de « vraie force tranquille. » Certes, certains prétexteront que, comme tout successeur prédestiné de Kompany, Denayer s'est, lui aussi, pris de passion pour l’infirmerie, une jolie collection de bobos depuis quatre ans à la clé (dix, en tout, dont plusieurs claquages). Mais son profil ne sera pas de refus pour une défense lyonnaise parfois inconsistante sur une saison (43 pions encaissés la saison dernière). Avec l'assurance d'insuffler un peu de hargne dans le socle défensif des Gones. Car Jason Denayer a, il faut le dire, une revanche sur la vie dans la peau.

Par Alexis Souhard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:02 La Premier League aux couleurs de l'arc-en-ciel 23

Le Kiosque SO PRESS