Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
  1. // Autres championnats – MLS – Impact Montréal

« J'avais mis des genouillères pour l'ascension »

Fan de l'Impact de Montréal depuis des années, Frédéric Emond a créé la sensation cette semaine en gravissant, à genoux, les 283 marches menant à l'oratoire Saint-Joseph-du-Mont-Royal. Une folie pour fêter l'arrivée de Didier Drogba au club, et qui prouve qu'un vrai supporter n'a qu'une seule parole.

Modififié
Alors, pas trop mal aux genoux ?
(Rires) Non, ça va ! Evidemment, j'avais mis des genouillères pour l'ascension. Tous les participants en avaient pour se protéger. C'était drôle, très fun. C'est parti de rien mais les gens ont accroché. Vraiment, ce n'est parti que d'une publication Facebook, donc c'est d'autant plus marrant. J'étais vraiment content que cette plaisanterie se concrétise.

Tu es supporter de l'Impact depuis combien de temps ?
Et bien ça fait déjà quelques années. Moi je joue au soccer depuis que j'ai 4 ans, j'en ai 25 aujourd'hui. Je suis l'Impact depuis longtemps. Didier Drogba c'est vraiment une idole de jeunesse, je le suivais beaucoup quand il jouait à Chelsea.

D'où elle t'es venue cette idée folle ?
En fait, l'oratoire Saint-Joseph c'est un lieu symbolique ici. On a une expression ici. On entend souvent les gens dire : « Je vais monter les marches de l'oratoire à genoux. » Par exemple, je ne sais pas si vous connaissez notre équipe de hockey, les Canadiens de Montréal, mais c'est une équipe très populaire ici. Et bien très souvent, des fans des Canadiens montent les marches de l'oratoire à genoux pour demander à Dieu une victoire en coupe Stanley. Quand j'ai lancé ma blague sur Facebook, un de mes amis, qui est consultant en médias sociaux, m'a proposé de tenir ma parole et de réaliser ce défi. On voulait prouver qu'à Montréal, on était des fanatiques de sport, et pas seulement de hockey. On voulait prouver que Montréal est une ville de soccer.

C'était vraiment si impensable que ça que Drogba signe à l'Impact ?
L'Impact de Montréal, c'est tout de même un petit marché. Si on regarde les autres équipes en MLS, comme le Los Angeles Galaxy, ce n'est pas la même chose. Le premier grand joueur qui est venu, c'était David Beckham. Par la suite, il y a d'autres gros marchés qui se sont développés, comme le New-York Red Bulls qui a signé Henry, Orlando avec Kaká, le New York City FC avec David Villa, Frank Lampard et Andrea Pirlo. A côté d'eux, Montréal n'a pas une si grosse enveloppe salariale. Donc faire venir un joueur comme Didier Drogba, qui a un impact sur le terrain, mais aussi en dehors, ça relève presque du miracle. C'est fou ! Moi j'étais au match hier (1-1 contre le NY Red Bulls, ndlr). Malheureusement, Drogba n'a pas joué parce qu'il n'était pas prêt. Mais il a été présenté à la foule et c'était la folie !

Les joueurs et le club t'ont suivi dans ta démarche ? Certains sont venus te voir ?
Oui ! On a contacté l'Impact de Montréal qui a été très généreux et qui m'a offert un chandail de Didier Drogba. On avait contacté aussi le capitaine, Patrice Bernier, mais malheureusement il n'a pas pu venir. Mais il nous a envoyé un message de remerciement pour notre dévouement, notre passion. En revanche, j'avais invité des journalistes, et ils sont venus relever le défi avec moi, comme la mascotte des Jeux du Québec. Même eux, ils sont très enthousiastes. On n'y croit pas encore. Pour la ville de Montréal, pour le soccer, pour le sport, c'est vraiment une très grande acquisition. Malheureusement, je n'avais pas pu aller accueillir le joueur à l'aéroport. Mais beaucoup de gens y sont allés. C'était un événement. On a hâte qu'il commence à jouer.

T'aurais aimé que Didier vienne te voir ?
Oui, ça aurait été superbe... Mais malheureusement il n'était pas à Montréal, il était en Europe. Il était retourné en Angleterre pour s'occuper de la paperasse.

Tu penses qu'il va faire une bonne saison ? Et si jamais ça ne marche pas ?
Oui ! Je suis convaincu qu'avec cet ajout là on va être bon pour faire les séries d'après saison. Drogba va ajouter un petit peu de punch à notre attaque. C'est un grand joueur et nous, on veut voir plus de buts à Montréal.

Est-ce que le soccer prend de l'importance dans ta ville ? Il y avait quand même un bel engouement autour du club pour la finale de C1. Et puis en MLS, ça se passe mieux que l'année passée, non ?

Cette année, on remarque effectivement que l'engouement autour de l'Impact est décuplé. Pas nécessairement à cause de Drogba, même si sa venue va aller dans ce sens aussi. Le chemin en Ligue des Champions a fait énormément de bien. Au début de la compétition, beaucoup critiquaient le fait que l'Impact ne prenait pas la compétition au sérieux, ne faisait pas jouer ses titulaires. Quand on a vu que même sans grands joueurs, on réussissait à aller loin, tout a pris de l'ampleur. Le propriétaire du club est sorti dans les médias pour réclamer un soutien maximum. Pour la finale, il y avait quand même entre 50 000 et 60 000 personnes au stade olympique. Même si Montréal est une ville de hockey, le soccer commence à prendre de l'importance. Actuellement, l'Impact est considérée comme la troisième équipe sportive de la ville, derrière les Canadiens et les Alouettes. Pourtant, lors de la dernière semaine, la couverture médiatique a été cinq fois plus importantes pour l'arrivée de Drogba que pour les Canadiens. C'est exceptionnel.

D'après toi, où en est le football en Amérique du nord ? C'est vrai qu'en Europe, beaucoup ont du mal à voir la MLS comme autre chose qu'un championnat médiocre, où les vieux joueurs partent à la retraite...
Effectivement, la perception des joueurs qui viennent terminer leurs carrières en MLS est fondée, mais je pense que le championnat essaye de faire évoluer un peu tout ça. On va chercher des jeunes joueurs en Amérique latine et en Amérique du sud. Je pense à Dos Santos qui vient de signer en MLS, par exemple. Je crois que dans les dix prochaines années, on réussira à faire venir des grands noms qui ne seront pas nécessairement en fin de carrière. Et puis en Europe, le phénomène des académies de football est très développé. Et bien on commence à en voir de plus en plus en MLS. A Montréal, même. On prend les jeunes à l'école primaire et on commence à les entraîner au club pour qu'ils se développent. On essaye d'enseigner le soccer aux plus jeunes. Il faut développer la formation des joueurs locaux.

Quel est le joueur que tu aimerais vraiment voir jouer à l'Impact ? Tu serais prêt à faire quoi pour qu'il vienne ?
Maintenant qu'on a Didier Drogba, j'aimerai bien voir arriver Cristiano Ronaldo (Rires). Mais bon, il faut garder les pieds sur terre. Autrement, j'ai toujours été un fan de Frank Lampard. Bon, là il est à New York, mais je pense que ce n'est pas impossible qu'il vienne faire une saison un jour avec l'Impact de Montréal. Il faut voir les choses en grand maintenant qu'on a réussi à attirer Didier Drogba !

Bon, et ce sera quoi ta prochaine folie ?
Je crois que je ne vais pas m'avancer à nouveau sur des promesses ! On sait jamais si ça réalise...


Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 39 minutes Kashima cuisine les Chivas 2
À lire ensuite
Yann M'Vila loca